Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Corsair

Corsair

LabelShadow Kingdom Records
styleRock Progressif/NWOBHM
formatAlbum
paysRoyaume-Uni
sortieavril 2012
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Corsair. Ce n'est ni une compagnie d'avion reliant l'ile de beauté à la métropole et inversement, ni un side project d'un membre d'Alestorm encore trop bourré du Rhum que lui a servi le nain du clip de « Shipwrecked ». Cela n'a strictement rien à voir, le groupe nous vient de l'État de Virginie aux Etats-Unis et s'est formé autour de Marie Landragin et Paul Sebring qui se sont connus dans un groupe de reprise Black Sabbath. Même que ça s'appelait Mass Sabbath. Ayant des envies de bon vieux Rock'n Roll, cette paire de guitaristes s'est retrouvée à monter ce groupe avec Aaron Lipscombe à la batterie et Jordan Brunk à la basse. Quatre ans et deux EP plus tard, voilà Corsair prêt à nous offrir son premier album, éponyme Il n'en fallait pas plus pour convaincre le site du Roadburn qui fait déjà les yeux doux à nos Américains. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire pour rester hype.

Blague à part, il n'y a qu'à voir les photos du groupe pour comprendre que ces quatre types ont autre chose à foutre que de jouer la carte de l'apparence. Ils sont beaucoup trop occupés à jouer du Rock qui sonne comme du Thin Lizzy ou Boston et qui va jusqu'à dépasser certaines frontières, s'aventurant tout naturellement vers le Heavy Metal des débuts d'Iron Maiden dans l'empreinte des soli mais aussi vers le Rock Progressif par ses longs ponts instrumentaux venant couper les morceaux, où le but fondamental est de faire sonner du mieux possible chacun des instruments.

Le feeling dégagé par Corsair est assez ahurissant. Souvent en écoutant les groupes œuvrant dans cette scène Revival pleine de nostalgie, il est facile de se rendre compte qu'il s'agit de formations jeunes rien qu'au niveau du son qui contredira l'attitude. Pour Corsair, j'ai vraiment l'impression d'être de retour dans la fin 70's/début 80's en train de vous chroniquer un album d'un groupe culte comme Thin Lizzy ou d'autres. Ça ne ressemble pas à tout ça, c'est bien plus fort, ça en a LA flamme.

Les influences de cette époque sont très variées et cela fait que l'album manque d'un ligne directrice. L'instrumentale « Agathyrsi » vient ouvrir l'album d'une manière bien plus Heavy que le reste de l'album. La première fois, c'est même surprenant de retomber avec un titre comme « Chaemera » aux influences très clairement Thin Lizzy. Encore plus étrange, cet ovni en fin d'album intitulé « The Desert » qui part sans commune mesure dans un excellent Space Rock emmené par une Marie qui prend les rênes du chant toute seule pour la seule fois de l'album. Vous retrouverez même quelques traces de Reggae sur les rythmiques « Gryphon Wing » mais heureusement, ça reste léger pour le bien du morceau.

Le credo de Corsair est « tout pour la mélodie » et cet opus est travaillé, léché de manière à ce que tout sonne agréable à l'oreille. Il est impossible de ne pas ressortir de chacune des écoutes avec la banane tant le bonheur de jouer de ces musiciens passionnés est communicatif. Ce Corsair est l'un des plus beaux hommages de 2012 avec celui de Christian Mistress. Je conseille à Mikael Akerfeldt de se pencher sur ces deux formations pour prendre exemple parce que Corsair est un album montrant comment aurait du sonner Heritage.

1. Agathyrsi 
2. Chaemera
3. Falconer
4. Gryphon Wing
5. Path Of The Chosen Arrow
6. Mach
7. Of Kings And Cowards
8. The Desert

Les autres chroniques