Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Mournful Congregation

The Book Of Kings

LabelWeird Truth
styleFuneral Doom
formatAlbum
paysAustralie
sortienovembre 2011
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

« I've seen things you people wouldn't believe. Attack ships on fire off the shoulder of Orion. I watched C-beams glitter in the dark near the Tannhauser gate. All those moments will be lost in time... like tears in rain... Time to die. »

Depuis, le temps que je voulais placer cette superbe citation, j'aurais été un peu cruche de ne pas saisir cette opportunité sur cette chronique particulière. Une citation tirée d'un film que vous reconnaitrez sans problème et dont je suis un fan éperdu qui est à l'image de Mournful Congregration, mêlant une beauté absolue et un désespoir abyssal comme si Pink Floyd rencontrait Evoken.

J'ai été très étonné d'apprendre que Mournful Congregation sortait déjà un nouvel album, deux ans après The June Frost (Bon ok, presque trois quand même). Pour ainsi dire, les Australiens nous avaient plutôt habitués au minimum au double. Il est vrai que pour The June Frost, la plupart des titres était déjà composé depuis longtemps. « A Slow March To The Burial » est même apparu sur un split avant même The Monad Of Creation qui avait vu le jour en 2005. On imagine bien que le groupe s'est avancé dans ses devoirs afin de sortir rapidement The Book Of Kings, son tout nouvel album qui amène Mournful Congregation à aller toujours plus loin en revenant à un format moins abordable pour le commun des mortels. La force de The June Frost résidait en partie là-dedans. Chacun des longs morceaux (ou presque) étaient entrecoupés d'interludes pour faire souffler l'auditeur et lui redonner un peu de moral dans cet élan de tristesse à ne pas mettre à proximité de toutes les oreilles. The Book Of Kings revient au fondement de The Monad Of Creation avec seulement quatre titres pour soixante-dix-sept minutes (soit dix-sept de plus que The Monad Of Creation) dont trente-trois rien que pour le titre éponyme. Cela fait émettre chez moi quelques craintes puisque hormis « Water, The Great Sea Wept », j'ai du mal à me noyer dans cet album comme dans The June Frost, la faute au format et aussi, n'y allons pas par quatre chemins, parce que la musique de Mournful Congregation y est moins inspirée. Ce que semble me confirmer The Book Of Kings.

En effet, ce nouvel album - sorti, comme par hasard, un 1er Novembre - malgré sa longueur passe comme une lettre à la poste et il y a tellement à louer à son sujet tant The Book Of Kings est une œuvre qui est l'égal de The June Frost, si ce n'est plus. L'album se laisse moins dompter à cause de son format et il faut savoir persévérer, savoir tendre l'oreille à l'instant opportun pour se laisser bercer par son dessein funeste. Sous ces mélodies et soli qui accrochent l'oreille au final, se cache une tristesse sans commune mesure. Que dis-je ? Un désespoir profond (« The Catechism Of Depression »). Sur chaque riff jusqu'au final de « The Book Of Kings » en guise d'apogée solennel et tragique, la mort ne cesse de s'approcher. A chaque clignement d'œil, son ombre est de plus en plus perceptible jusqu'au coup de faux ultime. Face à ce fatalisme, il n'y a plus d'autres choix que de profiter des derniers instants. Chaque nouvelle respiration est vécue comme une chance, chaque souffle du vent senti sur la peu est une jouissance qui vaudra toutes les nuits avec les femmes que vous aurez rencontrées (« The Waterless Streams » et « The Bitter Veils Of Solemnity »). En même temps, les souvenirs des bons moments vous rappellent toutes les choses que vous ne revivrez jamais, vous plongeant dans le chagrin qui ne feront que renforcer la douleur de vos blessures physiques et morales (« The Book Of Kings »). C'est tout ça The Book Of Kings. Un album qui vous prend aux tripes jusqu'à ce que pleures s'en suivent.

The Book Of Kings est un album bouleversant pour un groupe qui n'a décidément rien en commun avec le reste d'une scène qui va vers la noirceur quand Mournful Congregation recherche la lumière (mais ne la trouve pas tout le temps). Une scène, aussi; qui joue sur l'infréquentabilité des compositions quand les Australiens ont un son et une musique Ô combien gracieuse. C'est en cela que Mournful Congregation peut plaire aussi bien aux fans de Doom comme aux fans de Progressif, nostalgiques des touchers et de la profondeur de jeu des Steve Rothery (Marillion) et David Gilmour (sans la sensualité du guitariste de Pink Floyd), pour le coup). Mournful Congregation mérite vraiment d'être plus connu et on s'efforcera sur U-zine à mettre ce groupe bien en avant comme il se doit.

1. The Catechism Of Depression
2. The Waterless Streams
3. The Bitter Veils Of Solemnity
4. The Book Of Kings

Les autres chroniques