Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Pain of Salvation

Road Salt Two

LabelInside Out
styleRock Progressif
formatAlbum
paysSuède
sortieseptembre 2011
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Se sont-ils faits passer le mot ? Toujours est-il que la rentrée 2011 est chargée pour tous les amateurs de Musiques Progressives mais ne restera pas dans les annales ou alors pour de mauvaises raisons. Opeth a réalisé un bon album mais dont j'attendais plus. A ses cotés, Dream Theater a profité du départ de Mike Portnoy pour se remettre en question et sortir l'un de ses plus mauvais albums. En attendant de tendre une oreille vers le nouvel opus de Steven Wilson, qui lui, ne devrait pas me décevoir sans trop savoir pourquoi, je me suis penché sur Pain Of Salvation qui sort la suite de son très bon Road Salt One et qui est encore là pour régaler.

Le groupe s'est remobilisé après la déception Scarsick avec Road Salt One dans une veine très Seventies-Hippie-Rock'n Roll, comprenons par là, que l'album semblait être direct mais qu'il reposait sur des piliers enfoncés suffisamment profonds dans les entrailles humaines pour trouver un second souffle et avoir une durée de vie, au final, assez conséquente.

Road Salt Two reprend là où le premier s'est arrêté et est composé de la même manière à base de titres très directes (« Softly She Cries », « Mortar Grind » que l'on a déjà entendu avec l'EP Linoleum), des ballades (« 1979 » laquelle, à mon avis, à la manière d'« Undertow », on n'a pas fini d'entendre en concert), des morceaux what-the-fuck (« To The Shoreline » qu'on dirait très influencé par le « Ecstasy Of Gold » d'Ennio Morricone) ou encore du long morceau introspectif final (« The Physics Of Gridlock »). L'album s'articule donc de la même façon que le premier opus et plus généralement que les autres albums de Pain Of Salvation mais pour quelle qualité ?

M'étant fait avoir par Road Salt One que j'ai longtemps vu comme une déception mais qui a su se révéler avec le temps, j'ai directement creusé très profond pour comprendre où voulait nous emmener le maître à penser Daniel Gildenlow. Après, je ne sais pas trop pourquoi mais j'ai eu beaucoup moins d'efforts à fournir pour me laisser imprégner de l'ambiance de l'album. Est-ce le Road Salt One qui avait tout bien balisé pour ne plus me perdre ? Ai-je évolué ? La réponse doit être entre les deux. Une des raisons aussi doit être que j'ai vu (et revu) entre temps Into The Wild de Sean Penn et que je ne cesse de penser à ce film quand j'écoute cet album. Tout au long de Road Salt, on a l'impression de voyager physiquement à pied, le baluchon sur l'épaule, mais également philosophiquement dans une quête de spiritualité chère à un Daniel Gildenlow qui, ne l'oublions pas, a sorti avec Pain Of Salvation l'un des albums conceptuels les plus étranges de l'histoire répondant au doux nom de Be. Métaphysique quand tu nous tiens...

Et bah moi, tout ça j'adore. Dès qu'on peut imager un album et que la musique est à la hauteur du voyage spirituel, ça me parle tout de suite. D'autant plus que le final de l'album est absolument somptueux avec un vrai retournement de situation comme dans les films. « The Physics Of Gridlock » se place au fil des écoutes comme comme un outsider quant au titre de meilleur morceau de la discographie de Pain Of Salvation. Ce morceau devient magique dès lors que Daniel se met à chanter... en Français. Ce titre aura une saveur particulière pour nous grâce à cela, l'aura t-il sur d'autres populations ? La réponse est moins sûre. Ce n'est pas tout le temps vrai mais le Français quand il est bien écrit peut apporter un surplus de Poésie. Ce qui est le cas ici.

Road Salt Two s'inscrit dans la droite lignée du Road Salt One en termes d'esprit et de qualité. C'est pourquoi je mettrais aux deux la même note puisque, à mon sens, ils sont indissociables l'un de l'autre et doivent s'écouter à la suite pour ainsi permettre aux émotions de se diffuser complètement. Puis franchement, deux heures de musique de cette qualité, honnêtement, on ne les voit pas passer.

« Silencieusement nous allons,
silencieusement nous passons... »


1. Road Salt Theme
2. Softly She Cries
3. Conditioned
4. Healing Now
5. To The Shoreline
6. Eleven
7. 1979
8. The Deeper Cut
9. Mortar Grind
10. Through The Distance
11. The Physics Of Gridlock
12. End Credits

Les autres chroniques

Album

août 1997 U-Zine

Pain of Salvation

Entropia

Album

oct. 2000 U-Zine

Pain of Salvation

The Perfect Element Part I

Album

févr. 2007 U-Zine

Pain of Salvation

Scarsick

Album

nov. 2009 U-Zine

Pain of Salvation

Linoleum

Album

mai 2010 U-Zine

Pain of Salvation

Road Salt One