Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Times of Grace

The Hymn of a Broken Man

LabelRoadrunner Records
styleMetalcore
formatAlbum
paysUSA
sortiejanvier 2010
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Tout le monde se fout du Metalcore. C'est triste mais ce genre l'a aussi bien cherché aussi. Il y a cinq ans, on ne parlait que de ça. Plus le succès grandissait, plus les groupes se prostituaient. Même si certains des leaders ont continué à sortir de bons albums comme Unearth, Killswitch Engage ou Trivium (ces derniers font-ils vraiment parti de cette scène ?) mais on est loin de l'effervescence des débuts, des albums comme Alive Or Just Breathing, Frail Worlds Collapse (d'As I Lay Dying) qui ont défrayé la chronique au début des années 2000.

En 2011, on apprend qu'Adam Dutkiewicz (le guitariste et compositeur de Killswitch Engage) va enfin sortir le premier album de son nouveau projet Times Of Grace et que pour cela, il va collaborer avec feu Jesse Leach, nul autre que le chanteur sur Alive Or Just Breathing, dont le départ a été vu comme le début du déclin de Killswitch Engage. Résultat cette nouvelle ultime passe complètement aux oubliettes. Jesse Leach les mecs quoi. Vous lui vouiez un culte et maintenant qu'il est de retour avec Adam D. , vous vous en foutez. Bin pas moi ! C'est un petit événement même si j'avoue que je n'attendais rien de cet album mais j'étais vraiment curieux de voir le résultat de cette collaboration.

Revenons à la genèse du projet, Times Of Grace a germé dans la tête d'Adam en 2007 quand il a eu ses problèmes de dos qui l'ont conduit à l'hôpital. Vous vous rappelez de l'annulation en janvier puis de la date en juin avec en remplaçant Pat Lachman (connu pour avoir été le chanteur de Damage Plan, groupe avec lequel Dimebag Darrell a été tué sur scène). Pendant ce temps, Adam n'a pas cessé de composer en vu de ce nouveau groupe pour lequel il voulait aller plus loin que pour Killswitch Engage, mêler des influences Metal, Rock, Punk voire même Shoegaze selon ses dires. S'occupant de tous les instruments, il lui fallait un chanteur et qui de mieux que Jesse Leach pour chanter sur cet album ? Je vous le demande. Personne.

Quand on écoute ce premier album de Times Of Grace, on se dit que jusqu'ici le potentiel du Metalcore a été très mal exploité. On ne va pas se cacher, cet album ne redonnera pas la virilité que le Metalcore avait perdue. The Hymn Of A Broken Man est même un album franchement gay et assumé en tant que tel. Sauf que Adam entre 2007 et 2010 (date de l'enregistrement) a eu tout le loisir de fignoler ses compositions sans jamais être dérangé par une quelconque limite de temps. Cela se sent dans la fluidité des compositions. Les parties agressives alternent avec des parties en chants clairs mais le tout semble couler toujours de source.

Là où Jesse Leach apporte une plus value à l'ensemble, c'est justement sur les parties en chant clairs car sa voix n'a rien du style « Emo » classique. Il a davantage le chant d'un gars écorché vif avec, pour une fois, une vraie personnalité. C'est aussi cela qui rend ce groupe plutôt unique. On sent que contrairement à beaucoup, avec l'age, son chant s'est amélioré et Jesse délivre une prestation bien plus intéressante que sur Alive Or Just Breathing.

La force d'Adam et de Times Of Grace, c'est qu'il a été au bout de ses idées quitte à aller jusqu'à mettre une ballade. Quand je dis ballade, j'entends une vraie ballade, pas un pseudo riff acoustique qui déboule sur un gros riff Thrash à la « My Curse » ou « My Last Serenade ». « The Forgotten Ones » ni n'ennuie, ni ne fait tache sur l'album car ce titre est fait avec beaucoup de conviction et aussi parce que Jesse Leach n'est pas n'importe qui. Mais l'album ne se résume pas qu'à cette ballade, C'est aussi un album fédérateur et intense. Les refrains appellent à l'union dans les textes et nous font chanter (« Strength In Numbers » qui ressemble pas mal à « Numbered Days », « Fight For Life ») tandis que certains riffs d'Adam sont les meilleurs qu'il a composé depuis longtemps comme « Live In Love » ou « Hope Remains ».

Si bien qu'après les cinquante trois minutes de Musique (l'album est peut être un peu long d'ailleurs), on ressort de l'écoute avec le sourire aux lèvres. Les textes emprunts de positivisme (même carrément chrétiens, à la limite du niais) auront fini de nous achever. The Hymn Of A Broken Man donne l'envie folle de prendre son prochain dans les bras, de s'ouvrir, d'aimer... C'est l'album qu'aurait du sortir Killswitch Engage juste après Alive Or Just Breathing. Du coup, son succès sera plus confidentiel alors qu'il est ce que le Metalcore a enfanté de mieux depuis facilement sept ou huit ans.

1. Strength in Numbers
2. Fight For Life
3. Willing
4. Where the Spirit Leads Me
5. Until the End of Days
6. Live in Love
7. In the Arms of Mercy
8. Hymn of a Broken Man
9. The Forgotten One
10. Hope Remains
11. The End of Eternity
12. Worlds Apart
13. Fall From Grace