Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Black Witchery

Inferno of Sacred Destruction

LabelOsmose Productions
styleBlack Death Metal
formatAlbum
paysUSA
sortieseptembre 2010
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Black Witchery est de retour et j’ai juste envie de dire que ce n’est pas trop tôt ! Il aura fallu quand même attendre cinq longues années presque interminables (et douloureuses) pour que les trois possédés se décident enfin à sortir un nouveau démon. Et là on peut le dire : Les ténèbres s’abattent sur nous.

Ok, il faut que je l’avoue. A la première écoute, mon enthousiasme de la sortie de ce nouvel album a laissé place à une bonne déception. Il faut dire que la barre avait été placée haut avec « Upheaval of the Satanic Might » en 2005 et le très excellent « Desecretion of the Holy Kingdom » en 2001. Ici, ça reste du Black Witchery pur et simple avec la recette classique mais efficace : du blast beat à gogo, des riffs lourds et rapides, un Impurath à deux doigts de s’égosiller et des paroles prônant la mort et la destruction. Que demander de plus ? Suite logique et sans surprise. Le hic : la prod’ qui s’est clairement améliorée (et dans tous les sens du terme) nous faisant presque pour ainsi dire regretter le son bien crade des deux prédécesseurs.

Venons-en à la surprise de l’album (Non pas l’interlude du morceau « Inferno of sacred Destruction » comme certains peuvent le prétendre. Bref, à ceux-là j’ai juste envie de répondre « Enlevez votre miel et ré-écoutez « Desecration of the Holy Kingdom ») : La reprise de « Kingdom of Kingdom » de Conqueror. Reprise qui permet de donner un peu plus de noirceur et de force à l’album dirons-nous.

Malgré l’ouverture de l’album sur les chapeaux de roues avec « Holocaustic church devastation » qui nous permet de plonger dans les entrailles de l’Enfer avec des paroles annihilatrices et des hurlements invocateurs, on aurait presque envie de dire par la suite que l’enchainement linéaire des morceaux fait perdre de sa fureur à l’album. Oui, on imagine bien pendant 22 minutes Satan et ses suppos marcher sur l’humanité et détruire par les flammes le monde crée par les mains divines mais pas avec la puissance avec laquelle Black Witchery l’a fait précédemment. Mais qu’importe l’album fini à un moment donné par nous posséder. Je rajouterais en fait que souci majeur que j’ai eu avec, c’est qu’il m’a fallu plusieurs écoutes pour pouvoir enfin bien apprécier la bête et découvrir que c’est une perle du War Metal, style décidément bien en vogue ces temps-ci…

Si on me pose la question de savoir quel morceau il faut absolument écouter, je répondrais sans une once d’hésitation « Apocalyptic Carnage », le morceau destructeur, le morceau qui vous donne envie de tirer sur tout le monde au MP5. Bref, le morceau qui vous met en communication direct avec le Grand Malin. Un « Crush the Messiah » bis si vous préférez.

En fin de compte l’album se termine en beauté avec un « Ascension of the Obscure Moon » bien crade et violent qui nous laisse malheureusement sur notre faim.

On pourra quand même préciser que depuis sa création le groupe n’a cessé de produire des tueries et j’ai juste envie de leur dire : On se voit au Deathkult Open Fest pour le massacre.


1. Holocaustic Church Devastation
2. Antichrist Order of Holy Death
3. Apocalyptic Carnage
4. Barbarism Domination
5. Inferno of Sacred Destruction
6. Kingdom Against Kingdom (Conqueror cover)
7. Sepulchral Witchcraft
8. Ascension of the Obscure Moon