Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Sword

Warp Riders

LabelKemado Records
styleHeavy Thrash Stoner
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2010
La note de
U-Zine
6/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Le public français a appris à connaître The Sword les 1er et 2 Avril 2009 à Bercy en première partie d’un tout petit groupe. Metallica$h que ça s’appelait. Encore fallait-il comprendre quelque chose à la musique du groupe qui avait été desservi par un son ignoble. Bref ceux qui voulaient découvrir le groupe ces soirs là, tout comme les fans pouvaient être déçus.

Si personne ne se rappelle vraiment la prestation du groupe (et oui, pas évident d’ouvrir pour Machine Head qui même avec un son pourri envoie des parpaings, et Metallica, pourtant décevant), les gens n’ont pas oublié le nom du groupe et c’est donc avec curiosité que ces personnes vont aller écouter le troisième album des Américains, Warp Riders.

Déjà leur troisième album! En effet, le groupe a eu une vie avant de partir en tournée avec les Mets. Formé en 2003 au Texas, ce groupe est constitué de quatre musiciens et a sorti deux albums qui sont passés inaperçus... Du moins, en France car ils ont eu assez de succès pour attirer les yeux avisés de Lars Ullrich et consorts.

The Sword, c’est un groupe un peu bâtard. Sa musique prise dans son ensemble ne ressemble à aucune autre et pourtant, on ne peut dissocier chacune de ses facettes de ses influences (très palpables). En gros, prenez Black Sabbath. Mélangez le avec du Mastodon. Saupoudrez le tout d’un bonne grosse dose de Thrash venant de la Bay Area, allez au hasard... Metallica. Vous obtiendrez ainsi The Sword. Sur le papier, il faut être un peu fou pour ne pas être aguiché par ces formes généreuses. Juste que quand on touche, ce n’est pas du tout à la hauteur du plaisir visuel. J’ai parlé de bâtardise et je le répète. On ne sait jamais où le groupe veut en venir. Veut-il être Thrashy ? Ou peut être Stoner ? Non, Heavy ? Je serai bien incapable de vous le dire. Et à trop vouloir jouer sur tous les tableaux, on se disperse et on disperse l’auditeur qui ne sait plus trop ce qu’il écoute. L’oeuvre, aussi riche soit-elle, dans certains plans n’a absolument rien de captivant et les écoutes faisant, rien n’y fera. L’auditeur sera très vite perdu devant ce manque de ligne directrice.

Alors que pourtant, on ne peut pas passer outre la qualité de cet album et l’efficacité de certains passages mémorables. Déjà le concept autour duquel tourne Warp Riders a tout du bon délire qui met en haleine. Edeth de la planète Acheron est banni de sa tribu. Il entreprend une aventure pour rétablir l’équilibre de sa planète, qui, ne tournant plus sur elle même, a la particularité d’avoir une partie partie ensoleillée et une autre à jamais sombre. Ce concept est aussi alléchant que cette pochette kitsch mais au charme fou. Au niveau de la musique, Warp Riders commence sur les chapeaux de roue avec une petite introduction psychédélique qui laisse la place à un riff bien Thrashy très efficace (“Acheron/Unearthing the Orb”). Comment ne pas citer également le solo de “Astraea’s Dream” agréable au possible. Je finirai par parler du titre final “(The Night the Sky Cried) Tears of Fire” dont le riff reste en tête.

Malheureusement, le reste n’a pas assez de fond et nous perd. On ressort de l’album aussi vite qu’on en entrait. Ce n’est pas la bonne production de Matt Bayles (Pearl Jam, Mastodon, Isis, Botch) qui sauvera cet album en demi teinte. Il est objectivement bon mais passe par une oreille pour ressortir aussi vite de l’autre. Trop d’influences mal digérées, trop de plans assez quelconques, un style un peu fourre tout auront eu raison de l’auditeur pourtant bon public que je suis.Une superbe musique d’ambiance pour jouer à des jeux vidéos rétros mais rien de plus.

1. Acheron/Unearthing the Orb
2. Tres Brujas
3. Arrows in the Dark
4. The Chronomancer I: Hubris
5. Lawless Lands
6. Astraea's Dream
7. The Warp Riders
8. Night City
9. The Chronomancer II: Nemesis
10. (The Night the Sky Cried) Tears of Fire

Les autres chroniques

Album

oct. 2012 U-Zine

The Sword

Apocryphon