Chronique Retour

Album

16/08/22 - Matthias

Amon Amarth

The Great Heathen Army

LabelMetal Blade Records
styleMelodic Death Metal
formatAlbum
paysSuède
sortieaoût 2022
La note de
Matthias
7/10


Matthias

Punkach' renégat hellénophile.

On a tous au fond de notre armoire un t-shirt Amon Amarth et il n'y a aucune honte à en tirer : les vikings de Stockholm ont joué un rôle non négligeable dans l'initiation au metal extrême de toute une génération, comme d'ailleurs pas mal de leurs confrères et consœurs de leur scène death mélodique nationale. Le groupe a d'ailleurs continué à produire des albums très corrects alors que le genre s'était déjà fort essoufflé, avec des opus tels que Surtur Rising, ou encore et surtout Deceiver of the Gods, qui versaient allègrement dans une musique épique accessible certes, mais de très bonne facture, et soutenue par des textes dont l'écriture sortait du lot.

Et puis dans ce tournant des années 2010, le thème viking est revenu à la mode, en partie avec la série du même nom et, paradoxalement, ce fut le début d'une période marquée par le moindre effort pour Amon Amarth. Les Suédois, sûrs de leur succès commercial et de leurs salles combles, malgré des performances en live de qualité discutable, se sont vautrés sur leurs lauriers estampillés Metal Blade Records pour se contenter de deux albums poussifs voire médiocres aux thématiques pseudo-historiques, Jomsviking et Berserker. Rien de plus qu'un hydromel frelaté destinés aux Ragnar Lothbrok de supermarché.

Dans ce contexte on ne peut pas dire que nos attentes envers ce The Great Heathen Army étaient particulièrement élevées, mais bon, c'est l'été, on se relâche tous de nos intransigeances habituelles. Et puis les singles n'étaient pas inaudibles : même « Get in the Ring » constitue un morceau d'ouverture adéquat, une fois qu'on se concentre sur les sonorités véritablement death oldschool qui le parsèment, et surtout qu'on le dissocie de son clip à l'esthétique post-apo' de série Z. Le morceau-titre n'a quant à lui rien de bien transcendant mais, à partir de « Heidrun », je me surprends quand même à garder des mélodies en tête, voire à envisager de chantonner le refrain de cette véritable ballade qui a au moins pour elle d'être catchy, en tout cas au moins autant que le serait une bonne surprise venue d'un groupe à la Ensiferum.

Le reste est peu ou prou du même acabit, ni très original ni exceptionnel dans le style, mais toujours de bonne facture, malgré un enchaînement d'hymnes guerriers assez interchangeables en milieu d'album, avec toujours le petit solo qui va bien et le slogan viriliste de circonstance, « Stand tall and fight », ce genre de truc éculé depuis Manowar. Mais on retrouve quand même un peu de la patte du Amon Amarth de la grande époque avec « Dawn of Norsemen » et puis, surtout, il y a « Saxons and Vikings ». Un titre de morceau qui ne brillerait pas par son originalité s'il n'annonçait pas la meilleure surprise de l'album : la voix de Biff Byford, de Saxon justement, qui donne la réplique à un Johan Hegg qui reste un vocaliste très solide quand la composition suit derrière. Le Suédois et l'Anglais travaillent, voix contre voix, à ériger ce qui est pour moi incontestablement la piste la plus solide de l'album, et qui justifie à elle seule de laisser une chance à The Great Heathen Army.

Le niveau redescend quelque peu sur les derniers morceaux, mais il n'empêche qu'Amon Amarth réussit à m'offrir une agréable surprise, même si l'on demeure loin de ce que le groupe pouvait accomplir jusqu'en 2013. The Great Heathen Army n'a rien d'un album de l'année et reste finalement ancré dans une version pop culture de l'image du viking et de la Scandinavie de l'époque, nourrie par les séries et les jeux vidéo. Au passage, adieu les subtilités mythologiques. Mais est-ce vraiment grave en soi ? Amon Amarth fait là finalement son travail de porte d'entrée, et quand le groupe le fait bien (ou en tout cas mieux qu'auparavant) il ne faut pas manquer de le souligner.

Setlist:

01. Get in the Ring

02. The Great Heathen Army

03. Heidrun

04. Oden Owns You All

05. Find a Way or Make One

06. Dawn of Norsemen

07. Saxons and Vikings

08. Skagul Rides with Me

09. The Serpent's Trail

 

Les autres chroniques