Chronique Retour

Album

19/08/22 - S.A.D.E

Imperial Triumphant

Spirit of Ecstasy

LabelCentury Media
styleAvant-Garde
formatAlbum
paysUSA
sortiejuillet 2022
La note de
S.A.D.E
9/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Dès les premières annonces concernant ce nouvel album, tout m'a fait envie : les invités, l'artwork, les premiers singles, la qualité des clips... Autant dire que j'attendais ce quatrième album studio d'Imperial Triumphant avec une impatience grandissante ; mais la crainte, elle aussi grandissante, de pouvoir, peut-être, éprouver une certaine déception après un Alphaville en tout point grandiose s'est permise de tempérer cette attente fébrile.

Et, ô miracle presque évident, la première écoute de Spirit of Ecstasy a été divine. Et les multiples suivantes également. Imperial Triumphant reste intouchable dans son approche avant-gardiste et libre de toute contrainte des musiques extrêmes. Si Imperial Triumphant a toujours su se faire maître d'un chaos permanent, le groupe en arrive à un point avec ce quatrième album où, non-content de dompter le chaos, il le force à obéir. Difficile d'imaginer un processus de composition pour ces pièces alambiquées de musique complexe que proposent les New-Yorkais, mais il y a fort à parier que l'improvisation tient une place de choix, notamment sur la basse qui se permet régulièrement d'envoyer des lignes façon free-jazz qui épandent un malaise indicible mais perceptible. Et pourtant, malgré l'aspect mur sonore opaque et oppressant que l'on peut ressentir en première approche (et qui n'est évidemment pas qu'illusion), Spirit of Ecstasy est peut-être l'album le plus varié du groupe. Rien n'est jamais facile d'accès, même les passages les moins rugueux demeurent déstabilisants et intranquilles, mais le trio s'engage par moment vers des riffs (presque) lisibles pour le commun des mortels (Tower of Glory, City of Shame).

De Deathspell Omega à John Zorn, de Gorguts à Portal, Imperial Triumphant se nourrit des expérimentations des autres pour fournir sa propre vision de la décadence d'une société en bout de souffle. Si Alphaville donnait à voir l'inquiétant rêve d'un démiurge se promettant un futur radieux (en en excluant les autres), Spirit of Ecstasy nous montre la face cauchemardesque de notre présent. Imperial Triumphant nous malmène en permanence, et pourtant on ne peut s'empêcher de vouloir aller au bout avec eux, pour voir quelle vérité se cache un fois que les voiles de la civilisation sont taillés en lambeaux : ne demeure qu'une machine prête à dévorer toute âme trop faible pour lui résister. Merkurius Gilded nous donne des visions grandioses, avec chœurs et couches de claviers en soutien, puis l'irruption d'un saxophone en cours de route (celui de Kenny G, habituellement porté sur un registre pop) mais finalement l'ensemble se déconstruit dans une ultime accélération déstructurée. En plus de la présence assez habituelle de Yoshiko Ohara au chant (dont la voix fait toujours des miracles), Zachary Ezrin est également secondé par Snake de Voïvod sur le titre Maximalist Scream (illustré par un clip lynchéen valant le détour) et le vétéran du Thrash progressif et expérimental semble tout ce qu'il y a de plus à sa place dans ce magma aux tonalités eschatologiques.

Imperial Triumphant s'est imposé depuis Vile Luxury comme un groupe incontournable de l'avant-garde et Spirit of Ecstasy enfonce le clou. Inquiétant, troublant, incroyablement inventif et complexe, produit avec un raffinement total, à la croisée de l'extrême le plus radical et de la liberté de style la plus débridée, ce quatrième album des New-Yorkais tient toutes ses promesses. Aucun doute, il ne pourra pas trouver grâce auprès de tous, mais pour celles et ceux qui ne s'effraient pas d'un voyage tout en méandres et parfois étouffant en terre non balisée, il sera la parfaite boussole désorientée.

Tracklist de Spirit of Ecstasy :
01.Chump Change
02.Metrovertigo
03.Tower of Glory, City of Shame
04.Merkurius Gilded
05.Death of a Highway
06.In The Pleasure of Their Company
07.Bezumanaya
08.Maximalist Scream