Chronique Retour

Album

25/07/22 - ZSK

Sumerian Tombs

Sumerian Tombs

LabelVán Records
styleBlack Metal
formatAlbum
paysAllemagne
sortiemars 2022
La note de
ZSK
8/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Voyons à quoi nous avons affaire avec Sumerian Tombs. Avec un nom pareil, et si l’on dit au moins que l’on est dans un registre Black-Metal, on peut penser à quelque chose d’orientalisant et mystique dans la veine d’un Melechesh. Le visuel de l’album nous annonce pourtant quelque chose qui semble bien plus sombre, caverneux et occulte. Mais la formation se présente comme faisant du « Vampyric Black Metal », avec bien sûr quelques maquillages pour les photos promo. On s’imagine donc quelque chose de plus sympho et kitsch mais pourtant, le groupe n’est probablement pas signé chez Ván Records pour faire quelque chose de pouet-pouet, ce n’est pas du tout le genre de la maison. Alors ? Sumerian Tombs va vite se poser comme quelque chose d’inattendu et personnel. Le groupe s’imposerait même déjà au sein d’une nouvelle sorte de vague du Black-Metal allemand, aux côtés de Beltez dont il partage deux membres (enfin plus qu’un, le guitariste K, le batteur Dominik ayant quitté les deux groupes depuis). Beltez qui restait sur un fantastique A Grey Chill And A Whisper (2020), et donc l’arrivée de Sumerian Tombs sur ces bases est pour le moins encourageante, après deux démos. Vampirique, occulte, mystique, que va nous proposer le Black-Metal de ces Tombes Sumériennes ?

On retrouve donc un peu le souffle de Beltez ainsi que sa production rugueuse, mais pas chaotique pour autant. Un Black-Metal disons semi-atmosphérique, capable de s’aérer ou de laisser s’échapper des allants mélodiques quand c’est nécessaire, mais qui aligne quand même quelques blasts ou du riffing plus dodu. Le « vampirique » ne nous offre rien de bien sympho/gogoth, pas du tout même, les seuls claviers étant là pour poser quelques ambiances. Les vocaux rocailleux sont similaires à ceux de Beltez également (le guitariste K en assurant de toute façon une partie dans les deux groupes), on est parfois à la frontière du Black/Death sur certaines compos mais ce qui est sûr, c’est que Sumerian Tombs a bien son atmosphère propre. On se retrouve bien dans des tombes orientales poussiéreuses à souhait juste éclairées par quelques feux, mais Sumerian Tombs n’en fait pas non plus un leitmotiv absolu et laisse quand même l’efficacité de son Black-Metal s’exprimer. L’intro aux claviers "Enter the Netherealm" nous plonge quand même dans une certaine ambiance mais dès le départ très épique de "Bloodspells of the Ancient", on comprend que Sumerian Tombs va privilégier un Black-Metal sec mais raffiné, avec déjà quelques passages plus mélodiques assez savoureux. Une belle ouverture presque digne du "The City Lies in Utter Silence" de Beltez, avec la même inspiration et le même souffle dans les compos. Plus lent et dépouillé, "Light of Death" fait lui écho à un "Black Banners", évoquant même un Borgne à pas mal d’égards. Malgré son double concept sumérien/vampirique étonnant, Sumerian Tombs est donc capable de pas mal de choses - notons ici un long break assez tribal - au sein d’un Black-Metal plutôt personnel même pour la scène allemande.

Le reste de Sumerian Tombs est donc une passionnante visite de ces tombes de vampires sumériens (oui bon…). Du plus enfumé "Tomb Lurker" au très prenant "The Key - Bloodmeditation" (avec quelques voix claires inattendues et des variations d’ambiances intéressantes), en passant par le plus remuant "Altars of the Past" aux excellentes mélodies et qui se pose presque comme un tube (avec même quelques vocaux du chanteur d’Endstille), voilà une sortie qui ne laisse pas indifférent. Il y a peut-être quelques petites longueurs bien que Sumerian Tombs ne soit pas un long album (42 minutes), mais on s’arrêtera de toute façon sur les quelques facéties remarquables des Allemands ou les compos qui valent vraiment le détour. Sumerian Tombs se finit d’ailleurs de manière flamboyante sur "Vampyric Dominance" et son refrain assez énorme, émaillé aussi d’un passage incroyable en chant clair en milieu de course. Même si l’hésitation permanente et incongrue entre le « vampirique » et le « sumérien » fait de Sumerian Tombs un groupe assez inclassable, son premier album est trop bien ficelé pour qu’on s’arrête à ces considérations au-delà de la musique réussie, avec quelques compos de premier choix. A pas mal d’égards et malgré la forte singularité qui se dégage de l’ensemble, on est tout de même encore assez proche de ce que fait Beltez, mais quand on se remémore la qualité de A Grey Chill And A Whisper, c’est un plaisir à ne pas bouder. S’il creuse plus dans la direction des "Light of Death" et "The Key - Bloodmeditation" tout en conservant l’efficacité et les accroches des "Bloodspells of the Ancient", "Altars of the Past" et "Vampyric Dominance", Sumerian Tombs pourra faire quelque chose de grand dans le futur. Avec Beltez et Sumerian Tombs, nous tenons donc un excellent filon dans le Black allemand, innovant et prometteur, qu’il faudra continuer à suivre de près. Alors pourquoi choisir d’être vampire ou sumérien quand on peut être les deux ?

 

Tracklist de Sumerian Tombs :

1. Enter the Netherealm (1:11)
2. Bloodspells of the Ancient (6:49)
3. Light of Death (7:27)
4. Tomb Lurker (6:35)
5. Altars of the Past (6:58)
6. The Key - Bloodmeditation (5:16)
7. Transcending the Veil (0:31)
8. Vampyric Dominance (7:12)