Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Absu

Barathrum - V.I.T.R.I.O.L.

LabelOsmose Production
styleMythological Occult Metal
formatAlbum
paysUSA
sortiejanvier 1992
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Absu est une des formations culte de Metal extrême américain qui s’est formé en 1989. Après cinq démos, le groupe décide donc d’enregistrer son premier album studio long durée sur notre bon label français Osmose Production en 1993; et on peut dire que le label a eut le nez fin sur cette sortie tant les débuts du groupe sont prometteur. À cette époque, le groupe est formé de cinq membres et la musique s’oriente d’avantage vers un Death/Black Metal, le tout sur fond de mythologie et d’occultisme. Ceci deviendra d’ailleurs par la suite leur marque de fabrique, à tel point qu’ils classifient eux-mêmes leur musique de Mythological Occult Metal. Alors pour ceux et celles qui ne connaissent pas, je vous propose de commencer par le commencement avec leur premier album intitulé: Barathrum / V.I.T.R.I.O.L.

Ce qui frappe dès l’écoute de cet album c’est l’atmosphère très sombre qui règne tout au long de l’album. Et celle-ci va croissant au fil des titres: passé l’intro, vous traversez l’Achéron et vous entamez une longue descente dans les différents niveaux de l’enfer. Avec ce premier album, Absu nous emmène dans un âge sombre et très lointain, presque archaïque. La musique se fait de plus en plus froide, de plus en plus pesante. On part d’un Death Metal cru et très sombre pour s’orienter pas à pas vers un Black Metal malsain. De ce fait, on sent bien que le groupe ne fait pas les choses au hasard tant l’ordonnancement des titres est bien pensé. Certains pourraient y voir un manque d’assurance du point de vue de l’orientation musicale, et cette idée est pertinente car c’est un premier album. Mais de mon point de vue, quand on connaît un peu le groupe, on se doute que l’évolution de style au fil de l’album est un choix mûrement réfléchit. En outre, il est même presque possible de parler d’album concept tant la mythologie et l’occultisme tiennent une part importante dans les textes du groupe ainsi que dans l’évolution musicale. L’album s’ouvre et se termine par une instrumentale des plus incantatoire, bien qu’un peu cheap de nos jours. Les textes font preuve, dans les domaines cités ci-dessus, d’une très grande connaissance, à tel point que le concept du groupe peut paraître assez difficile d’accès et en rebuter certains. Pour un premier album, c’est un risque qu’a apparemment assumé le groupe à l’époque.

Sur le plan musical, la musique d’Absu est assez simple et efficace. Il y a peu d’harmonisation mais le tout est exécuté avec brio. Les riffs, bien que parfois peu inspirés, sont incisifs et entraînant. Le groupe se permet même _ à mon grand dam _ d’inclure quelques passages aux claviers ainsi que du chant féminin; chose assez surprenant pour le style à l’époque. On peut aussi regretter la courte durée de l’album, car si on excepte l’intro et l’outro, l’album ne possède que cinq morceaux qui ne dépassent généralement jamais les six minutes. C’est donc regrettable car la qualité des compositions est là, ainsi que celle des musiciens. A ce propos, on peut déjà souligner le talent de Proscriptor à la batterie, celui-ci fait preuve d’une maîtrise assez impressionnante derrière ses fûts, donnant ainsi à la musique du groupe une vraie puissance, en plus de son aspect très sombre.

Nos américains d’Absu s’en sortent donc plutôt bien avec ce premier album. La marque de fabrique du groupe est déjà bien rodée au travers de texte très recherché et inspiré. Bien qu’étant un peu différent de ce que le groupe nous proposera par la suite, le style du groupe est là, à savoir une musique sombre, puissante et efficace. En effet la musique évoluera d’avantage vers un Black/Thrash Metal et c’est d’ailleurs par ce style qu’ils se feront connaître. Et même si ce premier album n’est pas exempt de défaut, il serait dommage de faire l’impasse sur ce disque dont la démarche est honnête et le propos assez convainquant.

1. An Involution of Thorns
2. Descent to Acheron
3. An Equinox of Fathomless Disheartenment
4. The Thrice Is Greatest to Ninnigal
5. Infinite and Profane Thrones
6. Fantasizing to the Third of the Pagan Vision
7. An Evolution of Horns

Les autres chroniques