Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Obnoxious

Lab #01

LabelGreat Dane Records
styleBrutal Thrash/Death Metal
formatAlbum
paysFrance
sortieavril 2010
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

« Le death, c’est du chant guttural avec des gros riffs bien lourds et de la double qui te retourne le bide ! »

Sauf contrindication (et sans bien sûr stigmatiser le métalleux moyen), ça reste une définition courante du Death-Core. On peut comprendre que la révérence de certains aux grands du Death perdure, mais on ne peut tolérer l’avis de ceux qui estiment que les genres sont fais pour rester enfermés dans leurs carcasses. Car en effet les styles évoluent sans cesse et il n’est pas rare de voir les gens s’en plaindre, comme si la musique devait éternellement répondre aux codes d’origine. Certes, jouer de la gratte avec un choux fleur fera, à raison, passer le concerné pour un fou. Mais dévier de l’orientation d’un style aussi référencié que le Death Metal doit-il faire de l’original un hérétique ?
Si Obnoxious refuse de se situer dans la case Death-Core, il est amusant de voir avec quelle agilité ils évitent la récupération. C’est en effet à du Brutal Thrash/Death Metal que nous avons ici droit. On peut s’imaginer que si le terme n’avait pas été si connoté, son appropriation n’aurait pas posé tant de problèmes. Car le Metal, à force de mélanger ses genres, de les empiler les uns sur les autres, de les séparer pour les unir à nouveaux, ne sait plus lequel de ses fils est légitime. L’interrogation est absurde ; ils le sont tous !
Deathcore et Brutal Thrash/Death Metal sont-ils alors si différents ?

Je pense que non, mais il faut reconnaître l’intelligence des Lyonnais d’Obnoxious dans leur choix de qualificatifs. C’est un horizon d’influence assez large que propose Lab#01 (album produit par leur association Obnoxious Ways Productions et distribué par le label Great Dane Records). Le long de ces trois-quarts d’heure, on entend (par ordre d'importance) du Aborted, du The Haunted, du Yyrkoon, du Whitechapel, du Gojira, du Lamb Of God… J’ai même entendu des ambiances à la Ihsahn et même (même !) à la My Dying Bride. Obnoxious est finalement bien plus ouvert que ce que l’accroche annonce et c’est une bonne chose. Techniquement, ça joue. On sent l'expérience du groupe qui a déjà 8 années d'existence à son compteur. Seule petite remarque au niveau du batteur, arrivé plus récement dans le groupe, qui manque encore un quart de poil de précision dans l’exécution, mais pour le moins qu’on puisse dire, pour 6 ans de batterie, c’est pas trop alarmant (chapeau pour la rapidité des blasts !).

Si ces prises ont été faites au Sonovore Studio (Destinity, Furia), elles ont été traitées au Jailhouse Studio par Tommy Hansen (Helloween, Hatesphere). Dans l’ensemble, c’est donc une bonne production qu’Obnoxious propose là. Les guitares sonnent incisives et lourdes bien que je regrette un léger manque de clarté. La basse, assurée par Nico, ressort bien du mix et assied l’ensemble du groupe dans un beau poids lourd 5 places. Seul réel regret pour moi : le son de batterie. Très triggué, il accentue les imperfections quand un peu plus de rondeur aurait moins déservi le jeu de Mak. Ceci étant, c’est pas la première fois qu’on entend un batteur triggué de cette façon dans le Metal, certains apprécieront sûrement. Les voix quand à elles sont partagées entre Math (guitare), Lény (guitare) et Ludo (chant), et au grand plaisir des amateurs d’expressions vocales extraordinaires, ça hurle dans tous les sens. Du gruik au growl en passant pour la voix black/hurlée typique du Death-Core, la souffrance est pour le coup bien malmenée.
Une souffrance qui n’exprime pas la colère, mais plutôt la peur et l’angoisse de la mort, terrestre et spirituelle. Le thème de la mort, évidement récurrent en Metal, est ici abordée avec humilité et sincérité.

Alors, pour finir, entre tous les sobriquets qu’on voudra bien prêter à Obnoxious, peu leur correspondront car leur approche du metal extrême est suffisamment vaste qu'on ne puisse pas les placer facilement dans une case. Pour un premier album, Obnoxious frappe fort et réussit le pari de s’adresser à un public assez large. Mais cependant, j’attends d'eux une démarche encore plus personnelle pour leur prochain album. Des groupes comme Scarve, Yyrkoon ou encore Gojira ont déjà marqué de leur sceau la scène Death-Metal Française et il se pourrait tout à fait qu’Obnoxious fasse de même à l’avenir !

01. My Scorn
02. December Transition
03. Everlasting End
04. One Glance, One Kill
05. Mydriasis
06. Last Generation
07. Unstable
08. Carcass Pit
09. #01 (morceau instrumental)
10. Postmortem Reprisal
11. Filthy Secrets