Chronique Retour

Album

05/02/21 - Circé

The Ruins Of Beverast

The Thule Grimoires

LabelVán Records
styleBlack/Doom
formatAlbum
paysAllemagne
sortiefévrier 2021
La note de
Circé
8/10


Circé

Sudiste du nord

Si le nom de The Ruins of Beverast se fait de plus en plus connu, il devient aussi plus difficile à appréhender avec le temps. Polymorphe, ésotérique et impénétrable, l'entité repose depuis sa naissance en 2003 sur les seules épaules d'Alexander Von Meilenwald. Et depuis son départ de Nagelfar, l'homme parvient à produire une musique en évolution constante tout en restant immédiatement reconnaissable. C'est la chose la plus certaine qu'on puisse dire sur le projet : on l'identifie dès les premières notes, et il n'y en a pas deux qui sonnent comme lui au delà de l'étiquette “Black/Doom”. Le Black Metal d'ailleurs, The Ruins of Beverast semblait s'en éloigner toujours un peu plus avec Exuvia, voyage chamanique au delà des carcans. Voix hallucinées, riffs hypnotiques et tempo pesant, tout était mis au service de l'immersion. Mais on ne peut prédire l'évolution d'un projet si hermétique, dont les tentacules peuvent s'étendre dans les directions les plus inattendues. Quelle forme prendra donc son prochain visage ? La pochette nous annonce pour ce sixième opus un voyage antique, ruines d'une gloire passée baignées dans une lumière troublante.

Dès l'intro faite de guitares hypnotiques, on retrouve ce grain si particulier dans le son avant de partir sur un mur de son et des vocaux typiquement Black Metal, blasts et tremolo picking mélodique. On dérivera sur des rythmiques tantôt écrasantes, tantôt guerrières, accompagnées par un riffing dense, accompagnant les changements de style. Von Meilenwald appuie toujours plus sur les atmosphères pesantes tout en disséminant quelques passages plus directs, nerveux, rares mais toujours bien sentis.

Pourtant, on découvre ici une nouvelle facette de cette musique pourtant similaire dans les grandes lignes, alors qu'on délaisse les expérimentations psychédéliques et tribales. Tandis que cela conférait aux albums précédents une certaine chaleur, on rencontre ici un univers plus froid et radical. La batterie fait des annonces presque ronflantes, les guitares se font monolithiques : en ressort une grandeur, une solennité. La pesanteur du Doom prend ainsi globalement le pas sur le Black Metal, mais permet aussi un peu plus de mélodicité face à un mur de saturation. Les synthés eux aussi se font plus rares, délestant de ce côté “spatial” ou “cosmique” qu'on retrouve régulièrement sur les dernières sorties. Parcouru de passages ambiants aux sons inconnus et intriguants, The Thule Grimoires s'enfonce dans des souterrains inconnus et austères.

Le chant ressort plus que jamais dans ce paysage sonore plus sec ; TROB pousse toujours un peu plus loin l'exploitation et la variété des techniques de chant. Alors que ses vocaux Black sont peut être bien la partie la plus canonique de sa musique, l'allemand use ici sans retenue de son chant clair. Quelques lignes récurrentes, en particulier sur “The tundra shines” et “Kromlec'h knell” rappellent une sorte de refrain ou plutôt de mantra, tandis que son ton grave à la Peter Steele apporte un feeling très gothique. Cet aspect atteint son paroxysme à la fin de l'album, sur la première partie du dernier morceau dont la charge émotionelle tranche avec l'austérité dominante. Dans le même temps, la voix féminine lyrique d'"Anchoress in Furs" est elle l'une des rares “envolées” de l'album, renouant un peu plus avec les productions les plus ésotériques du groupe.

En apparence, The Thule Grimoires s'avère peut être plus “accessible” que d'autres albums de TROB par ses compositions à l'aspect si épuré et son son si monolithique. Et d'un autre côté, il sera aussi certainement moins immersif dès la première écoute que les trances qu'ont pu être Exuvia ou Blood Vaults. On y trouvera aussi malheureusement une ou deux longueurs, certes rares mais qui peuvent gâcher le plaisir pour un album autrement de si bonne facture.

Somme toute, de Blood Vaults et Exuvia, on délaisse le psychédélisme pour se concentrer sur la lourdeur et l'ambiant. Mais The Thule Grimoires n'en n'est pas pour autant complètement aride, il a ses moments et recèle de subtilités.Alexander Von Meilenwald n'a pas perdu sa capacité à maintenir notre attention pendant plus d'une heure, et son nouvel album aura sa saveur auprès de qui prendra le temps de s'y aventurer.

 

Tracklist :

1. Ropes Into Eden
2. The tundra Shines
3. Kromlec'h Knell
4. Mammothpolis
5. Anchoress in Furs
6. Polar Hiss Hysteria
7. Deserts to bind and defeat