Chronique Retour

Album

20/11/20 - Circé

Sunken

Livslede

LabelVendetta Records
styleBlack Metal atmosphérique / ambiant
formatAlbum
paysDanemark
sortieseptembre 2020
La note de
Circé
8/10


Circé

Sudiste du nord

Ces derniers mois m'ont, encore plus qu'à l'accoutumée, donné le besoin de bandes-son adaptées à la morosité ambiante et l'arrivée de l'automne. C'est donc sans trop hésiter que j'avais lancé, à sa sortie, le deuxième album de Sunken. Vendetta Records nous avait déjà proposé une petite perle de 2020, à savoir le dernier Afsky - le rapprochement avec un autre groupe danois est donc vite fait. La comparaison s'arrête pourtant assez rapidement après écoute. Malgré le label et la nationalité commune, ainsi qu'une grande sensibilité et mélodicité dans l'approche du Black Metal, l'album dont je vous parle aujourd'hui s'aventure sur des terrains beaucoup plus variés, plus atmosphériques voire ambiants, tandis que Ofte jeg drømmer mig død demeure assez direct en comparaison. Sunken propose un black atmo assez classique, entre un Woods Of Desolation un peu plus sombre ou un Wolves In The Throne Room, entre mur sonore de batterie et guitares saturées et accalmies ambiantes.

Les premiers instants de « Forlist » instaurent un décor éthéré et brumeux avec ces quelques notes de piano en suspens, avant que la tempête ne se déchaîne sur "Ensomhed", premier véritable morceau de l'album. Sur la quarantaine de minutes que celui-ci dure, les danois instillent habilement d'étranges moments de clarté lors d'intros/outro paisibles, au son spacieux, ou l'avant dernier morceau offrant une longue piste ambiante survolée de spoken words. Dernière respiration avant l'assaut final, « Dødslængsel ». Comme un certain apaisement après la catharsis offerte par le black metal, ce doux mélange permet à l'album de casser un peu une linéarité qui peut s'instaurer assez rapidement avec une succession de longues plages black atmo. J'y trouve aussi de légers relents DSBM dans la voix et doom dans la tournure que peut prendre le morceau « Foragt » par exemple.

L'émotion reste prédominante, une évidente douleur qu'hurle Martin Skyum Thomassen avec un chant bien en avant dans le mix, plutôt classique pour le style mais tout de même expressif. Les riffs sont eux aussi loin d'être révolutionnaires, construisant ce mur de son par dessus les blasts tout en conservant un peu de mélodicité. Et le batteur lui, sait lever le pied pour un peu plus d'originalité dans les passages mid-tempo voire down-tempo, en dehors des cavalcades de blast habituelles.

Une certaine clarté semble donc au final se dégager de la souffrance ressentie en fil rouge tout au long de l'album, ou en tout cas une atmosphère enveloppante, un blues doux à sa manière, qui me rappelle un peu par exemple certains morceaux d'Enisum. Un art peut être loin d'être révolutionnaire, mais dont on sent la vulnérabilité. Peut être la tournure que prend Livslede sur sa deuxième moitié, moins linéaire, ouvre t-elle de nouvelles perspectives d'évolution au groupe, de nouveaux territoires pour un troisième album. Le Danemark n'est clairement pas le premier pays auquel on pense lorsqu'on évoque le black metal sous n'importe quelle forme, et il est clair qu'en Scandinavie, ses voisins l'éclipsent rapidement. Cependant, je commence à trouver certaines formations intéressantes, et Sunken a le potentiel pour l'être. Ce Livslede s'est en tout cas révélé être un fidèle compagnon de mélancolie ces derniers mois, alors qu'une année plus qu'étrange glisse vers sa fin.

 

Tracklist :

1. Forlist
2. Ensomhed
3. Foragt
4. Delirium
5. Dødslængsel