Chronique Retour

Album

02/06/20 - S.A.D.E

Baron Crâne

Commotions

LabelAutoproduit
styleProg
formatAlbum
paysFrance
sortieavril 2020
La note de
S.A.D.E
8/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Lors de la date parisienne de la tournée des vingt ans d'Ufomammut, un certain Baron Crâne ouvrait la soirée. Avant que le trio ne foule les planches du Petit Bain, je ne savais pas que, derrière ce nom aux consonances de cadavre exquis, se cachait un projet prog des plus enthousiasmants. Il n'a pas fallu plus de quelques minutes en live pour me convaincre du talent du groupe, d'où ma curiosité pour Commotions, le troisième album du combo, toujours en autoproduction.

Je le disais plus haut, Baron Crâne se meut dans les terres vastes et fertiles du prog. Mais pour pimenter un peu le tout, les Parisiens ont choisi de rester en formation instrumentale (ou presque, on y revient plus bas). C'est donc avec une basse, une guitare, une batterie et une foultitude de pédales et d'effets en tout genre que le trio construit une musique aussi enjouée et groovy que technique et complexe. Firmin, le titre qui ouvre ce troisième album, donne directement le ton avec un premier riff qui donne envie de sauter un peu partout. Si on le retrouve un peu partout sur l'album, ce premier contact est caractéristique des passages les plus entrainants que propose le groupe, avec un riffing qui peut faire penser à Tool période Opiate mais en moins froid et cérébral. Il y a, la plupart du temps, une sensation de spontanéité et de bonne humeur qui se dégage des compos et du son de Baron Crâne, même sur les passages plus calmes. Toujours sur Firmin, lorsque le morceau se ramifie en plusieurs sections, les moments plus planants sonnent presque comme une impro en répet' où le groupe chercherait une idée alors même qu'on sent tout le travail de composition et d'arrangement qu'il y a derrière. Baron Crâne sait sonner vivant et immédiat, même lorsque qu'il y a un énorme boulot de recherche derrière une idée.

Instrumental, Baron Crâne l'est jusqu'au bout des ongles : leurs morceaux se racontent sans mot, grandissent en musique. Pourtant, deux chanteurs sont venus collaborer sur l'album : Arthur Brossard et I.N.C.H. Le premier pose sa voix sur Acid Rains, titre à tiroirs qui emprunte aux rythmiques biscornues du math rock (notamment sur la montée en puissance en milieu de titre) tout en restant catchy. Le second pose quant à lui son flow sur On rase les murs. I.N.C.Hvient du rap (il a collaboré avec Vald, entre autres) et c'est donc une approche plus fusion qu'a tenté Baron Crâne avec ce titre. Et ça marche ! C'est ici que se tient la principale force du groupe, sa capacité à puiser dans un large spectre d'influences sans s'y perdre et sans tomber dans le patchwork bancal. Math rock, stoner, éléments jazzy, ambiances plus psyché (Closing Doors), et rap, tout cela cohabite de manière fluide et intelligente, les différents genres étant toujours amenés avec pertinence et à-propos.

S'il y a des nombreuses premières parties que j'ai pu voir dont j'ai oublié jusqu'au nom, Baron Crâne fait clairement partie de la catégorie opposée : les découvertes inatendues mais mémorables. Et ce troisième album le confirme avec brio. Bourré de bonnes idées, foisonnant tout en étant cohérent, composé par des musiciens qui savent où ils veulent aller et comment y parvenir, Commotions est un album qui donne à voir un groupe talentueux, curieux et plein d'une vitalité qu'il fait plaisir d'entendre.

Tracklist de Commotions :
01.Firmin
02.Acid Rains
03.Closing Doors
04.On rase les murs
05.Five Stone