Live reports Retour
lundi 16 mars 2020 - Dolorès

Délétère + Les Chants de Nihil + Miserere Luminis

Le Ferrailleur - Nantes

Dolorès

Non.

Peut-on dire que le Black Speech Fest ait été un précurseur ? Alors que la France entière, parmi d'autres pays, vient d'interdire tous les rassemblements ressemblant de près ou de loin à des concerts, à Nantes tout commença avec cet événement. Devaient y jouer de grands noms de la scène Black notamment, sur 3 jours. L'annonce de cette annulation fut suivie, 24H avant ce qui devait être le début des festivités, par la proposition d'une soirée de sauvegarde par Les Acteurs de l'Ombre. Celle-ci réunit donc deux groupes importants de la scène québécoise, en quête d'une nouvelle salle pour pouvoir répandre leurs humeurs sur scène, ainsi qu'un groupe déjà prévu à l'affiche du Ferrailleur, normalement, ce soir-là. Par le choix d'une utilisation de la langue française dans les textes et d'une poésie particulièrement noire, cette nouvelle affiche qui réunissait les trois survivants n'était pas si improbable, bien que les styles des groupes en question restent assez différents.

 

Miserere Luminis


En réalité, j'étais très heureuse de pouvoir voir Miserere Luminis malgré tout. Onze ans après la sortie de l'album, qui réunit des membres de Gris et de Sombres Forêts, deux piliers de la scène québécoise, je peux enfin voir le monstre sur scène. Il reste toutefois un groupe de l'ombre, qui n'était sans doute pas voué à perdurer, d'où le fait qu'ils ouvrent finalement la soirée en ce vendredi. L'album a pour moi, et pour beaucoup, une importance et une émotion mémorables. Bien que les titres ressemblent tout à fait à ce qui est proposé sur l'album, la dimension live est incroyablement prenante.

Le visuel n'y est pas pour rien, avec le choix des masques dorés qui leur est singulier, ainsi qu'un jeu de scène bien plus vivant que ce à quoi je m'attendais. Les musiciens savent prendre leur place sur scène et offrir une première partie pleine de sincérité et d'énergie aussi noire que dynamique. La setlist ne laisse aucune surprise, avec un seul album au compteur on retrouve bien évidemment les titres principaux de celui-ci. Si quelques passages et quelques transitions sont parfois un peu maladroits, ce qui n'est pas étonnant avec trois guitares et un probable manque de fréquence sur scène pour ce projet, l'ensemble reste calé et puissant. En espérant une suite au projet qui réunit de nombreux fans de la première heure...
 

 

Les Chants de Nihil

Dans le genre groupe que j'écoute depuis mes 14 ans, Les Chants de Nihil reste sur la lignée de Miserere Luminis. A l'inverse, le projet étant breton, j'ai eu de nombreuses occasions de les voir en concert depuis ce temps. Cependant, ce soir-là ne fera malheureusement pas partie de l'une de leurs meilleures prestations selon moi.

Il peut s'agir de là où j'étais placée dans la salle, mais en tout cas le son ne permettait pas de mettre en valeur toutes les subtilités intéressantes que le groupe propose et qui sont la force de celui-ci. Je parle notamment du chant, avec une alternance de voix claires parfois en duo entre le guitariste chanteur et le bassiste, ou encore tout simplement de l'articulation incroyable qui est l'un des atouts du chant hurlé en français et qui permet de s'immerger dans le folklore très particulier du groupe. On peut aussi citer les lignes de basse, notamment sur les titres de l'album Propagande Erogène, qui passent un peu à la trappe ! « Clarté de la Pluie », l'un des plus beaux titres, a le malheur d'être écourté en live, bien qu'on le comprenne, mais le morceau perd ainsi un peu de son âme. Quant à « Dame Silence », titre final du concert, il n'avait pas la puissance qu'il porte d'habitude, la faute à un son imparfait, tout comme le nouveau titre dévoilé du futur album qu'on n'aura pas eu l'occasion de découvrir dans les meilleures conditions. J'attends toutefois le nouvel album et une future occasion de découvrir ses titres en live !
 

 

Délétère

Pourtant tête d'affiche, Délétère est le groupe que je connaissais le moins. Il fait pour moi partie de ceux auxquels j'accroche beaucoup sur album, mais que je n'ai pas pour autant le réflexe d'écouter souvent. On peut dire qu'en live, le groupe réveille tout le monde et l'énergie est partagée. L'ensemble de la salle semble conquis par le set. Celui-ci comporte une bonne partie des dernières sorties du groupe, comme des titres de l'EP de 2019 et l'album De Horae Leprae, auxquels s'ajoutent quelques anciens titres. Toutefois, les titres se suivent et se ressemblent avec des dynamiques assez semblables, ce qui me fait peu à peu arriver à saturation. Le groupe a l'avantage de ne pas flancher côté énergie à donner cela dit, ce qui est un excellent atout dans ce genre de soirée où divers types de Black Metal sont représentés. Avec également, sans doute, la joie de réussir à jouer à Nantes malgré tout !
 

Contexte difficile pour les spectacles, une partie du public ne pouvant pas débourser à nouveau de quoi payer l'entrée en attendant le remboursement du Black Speech Fest, ou désintérêt envers scènes québécoises et bretonnes ? Toujours est-il que le Ferrailleur que je m'attendais à voir blindé ne compte qu'une centaine de personnes en ce 6 mars. Assez pour les frais compris dans l'organisation de l'événement cela dit, selon les dires de certains, et c'est tant mieux. Un grand bravo aux Acteurs de l'Ombre qui ont su réagir rapidement pour aider le plateau québécois et satisfaire les fans et les curieux, et un bon courage à Black Speech Production pour la continuation de leurs événements en région nantaise !

 

 

*     *     *

*


Crédits photos : Horns Up / Dolorès & Violent Motion  / Mathias Averty