Chronique Retour

Album

14/03/20 - Michael

Aesmah

Walking Off the Horizon

LabelApostasy Records
styleDeath metal mélodique
formatAlbum
paysFrance
sortiefévrier 2020
La note de
Michael
8/10


Michael

Avocat le jour, rédacteur sur Horns Up la nuit et photographe à mes heures perdues.

La France n’est pas vraiment une terre de Death metal mélodique. Si quelques groupes parviennent à tirer leur épingle du jeu, la comparaison avec le reste de l’Europe (et notamment du Nord, naturellement) est peu flatteuse. Il n’y a là rien que d’évident. Et pourtant, certains groupes hexagonaux continuent de proposer de (très) belles choses dans le genre. C’est le cas d’Aesmah, combo originaire de la région lyonnaise, fondé en 2009. Après un premier EP sorti en 2009 (Hegemony), le groupe a sorti un premier album en 2012 (Imeria), largement salué par la critique. On avait donc hâte d’écouter ce nouvel opus, surtout à la lumière des changements de line-up que le groupe a vécu.

Après la très jolie introduction Quartz pt.I, Quartz pt.II vient réellement ouvrir l’album. On retrouve alors ce son Melodeath que l’on aime tant et que l’on pourrait rapprocher de celui d’Insomnium, d’Omnium Gatherum, voire de Katatonia pour les parties plus calmes. Vous l’aurez compris, Aesmah officie dans un Death metal mélodique aux relents doom et même progressif par moments. Aux éléments très classiques du Death metal mélodique (leads de guitare omniprésents comme sur Emerald Visions ; growls ; riffs très melodeath comme sur Stained Souls, Nameless Echoes et Ghosts), vous retrouverez des éléments variés venant enrichir la musique du groupe telles que des paroles soupirées (Quartz pt. II ; Emerald Visions), des passages en voix – presque – claire (Stained Souls), des sonorités originales (éléments presque flamenco sur Emerald Visions) ou bien encore des sons électro un peu old school, qui viennent bizarrement donner une dimension assez futuriste à la musique du groupe (Quartz pt. II ; Nameless Echoes, notamment).

Et le cocktail résultant de tous ces éléments est globalement une réussite. On se laisse volontiers emporter dans l’univers du groupe. Avec Feeding the Eclipse, Ocean of Veinings et Stained Souls en tête, la musique d’Aesmah est une ode à la contemplation, au voyage de l’esprit. Si le groupe ne renie naturellement pas le genre dans lequel il évolue avec de bons riffs dynamiques et de la double-pédale bien présente par moments, les aspects doom et prog très récurrents viennent donner une dimension toute autre à la musique du groupe. A ce petit jeu, c’est probablement Feeding the Eclipse qui remporte la palme, en dépit de ses plus de onze minutes.

A vrai dire, ce dernier point (la longueur des titres et, par extension, leur construction) est peut-être une des faiblesses de cet album. Mélanger des éléments Doom avec du Death metal mélodique conduit souvent les groupes à faire des titres longs, atmosphériques, et parfois à s’y perdre un peu. Il n’est en effet pas aisé de conserver une certaine cohérence, d’emmener votre auditoire là où vous avez envie qu’il aille avec vous. Les changements fréquents de rythme, de dynamique ou bien encore les alternances guitare saturée/guitare acoustique ne permettent pas toujours d’accompagner le groupe dans le voyage qu’il propose. Si j'ai clairement été balayé par certains titres excellents (Feeding the Eclipse, Ocean of Veinings et Stained Soul notamment), j'ai eu le sentiment contraire sur certains autres (Hollow et surtout Ghosts). Sur ces derniers, je me suis un peu perdu et les compositions et orientations musicales m’ont un peu échappé. Et ce n'est pas vraiment un genre où l'on peut se raccrocher à un riff brise-nuque ou un breakdown quelconque pour satisfaire nos envies primaires. Si l'on ne rentre pas dans l'univers d'un titre, il ricoche sur nous.

En dépit de ce bémol de construction de certains titres, éminemment subjectif, il faut mettre au crédit de cet album une production particulièrement intéressante et un mix très agréable. En somme, si ce Walking Off the Horizon n’est pas parfait, le groupe français frappe très fort et nous offre un album riche, plus original qu’on ne pourrait le penser, et en tout cas très solide. Nul doute que les amoureux d’un Death metal mélodique aux relents doom auront plaisir à écouter et réécouter cet album.
 

Tracklist :
Quartz Pt. I
Quartz Pt. II
Wave Of Singularity
Emerald Visions
Nameless Echoes
Feeding the Eclipse
Ocean Of Veinings
Stained Souls
Hollow
Ghosts