Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Abigor

Verwüstung / Invoke the Dark Age

LabelNapalm Records
styleMedieval Black Metal
formatAlbum
paysAutriche
sortiejanvier 1993
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

On peut dire que 1994 fut une année plutôt prolifique en sortie Black Metal, surtout de la part des scandinaves. Je ne préfère pas les énumérer car la liste serait trop longue. De fait, on aurait pu croire que seul les northmen pouvaient pratiquer ce style si seulement d’autres groupes, venant d’autres contrées, ne s’étaient pas montrés tout aussi talentueux. Et parmi ces groupes figurent bien évidemment les autrichiens d’Abigor.
Avec ce Verwüstung, le groupe n’en est pas à sa première sortie. En effet, quatre démos précèdent cet album, mais le changement s’opère après la troisième démo avec l’arrivé au chant de Silenius (Summoning … ça vous dit quelques chose ?) et la signature sur le label Napalm Records. Ce premier album est pour ainsi dire une synthèse des premiers efforts du groupe. Mais cela n’enlève en rien sa qualité tant cet album regorge de bonnes idées.

Avec ce premier disque longue durée, le groupe veut rendre hommage à ces âges sombres de l’époque médiévale. De ce fait, la musique de nos autrichiens se veut plus atmosphérique, comme en témoigne les différents samples que l’on peut entendre à certains moments: le ressac, le vent, les tambours, quelques passages en guitare classique ainsi que des nappes de clavier; le tout de manière très discrète et avec beaucoup de classe. Tout ceci ne peut que favoriser notre immersion dans ses âges un peu mystérieux et sombres. A aucun moment le groupe ne tombe dans le cliché ou dans le mauvais goût, même s’il faut bien l’avouer, les deux morceaux d’orchestration au clavier ont assez mal vieilli. On est donc bien loin d’un Black Metal haineux et ravageur à la Mayhem ou encore Darkthrone, même si au niveau du riffing, l’influence de ces groupes est palpable, surtout le premier.

Du point de vue de la composition, nos amis autrichiens témoignent d’un savoir faire hors norme pour l’époque. En effet, on ne peut qu’être bluffé par la richesse des arrangements sur ce disque: chacune des parties de guitare sont différentes et sont loin d’être simplistes, j’ose même comparer cela à ce qu’a pu faire Emperor à la même époque. De ce fait, on ne peut que saluer le travail de Peter Kubik qui est le principal compositeur et qui assure la basse et la guitare sur cet album. On alterne sans cesse entre passage mélodique et d’autre plein de furie, ceci est d’ailleurs parfaitement soutenu par le travail de Thomas Tannenberg à la batterie, qui n’a rien à envier à ses collègues scandinaves. Ce qui fait que la structure des morceaux est assez complexe, peut-être des fois trop; on pourrait reprocher un manque de ligne directrice sur certains morceaux ainsi que des riffs plus percutant. Quant au chant, Silenius est parfait. Mais à mon sens, il y a un peu trop de reverb sur son chant ce qui le dessert un peu car on ne perçoit pas totalement ce raclement si particulier de ce chanteur. Justement, en parlant de production, il faut souligner que pour un groupe de Black Metal de cette époque, ce disque possède une assez bonne production. Tous les instruments sont parfaitement audibles, sans tomber tout de même dans le genre de production type Nuclear Blast.

Pour conclure, on peut dire que ce premier album de ce groupe culte de Black Metal est une vraie réussite, même si ce n’est pas non plus le genre de chef d’œuvre qui aura marqué les esprits. Mais la qualité indéniable de cet album justifie amplement l’achat de ce disque dont il serait fâcheux de se passer. Les bases du style d’Abigor sont là et seront peaufinées d’album en album.

1.Universe Of Black Divine
2.Kingdom Of Darkness
3.Beneath A Steel Sky
4.Eye To Eye At Armageddon
5.In Sin
6.My Soft Vision In Blood
7.Weeping Midwintertears
8.Diabolic Unity
9.A Spell Of Dark And Evil

Les autres chroniques