Chronique Retour

Album

28/11/19 - Dolorès

Obsequiae

The Psalms of Sorrowed Kings

Label20 Buck Spin
styleBlack Metal médiéval
formatAlbum
paysEtats-Unis
sortienovembre 2019
La note de
Dolorès
9/10


Dolorès

Non.

Si vous n'avez jamais écouté Aria of Vernal Tombs... Laissez-moi vous dire, pour commencer, que vous avez loupé une sacrée pièce d'art. Les Américains, originaires du Minnesota, orchestrent un ensemble qui s'insère dans le courant Black Metal médiéval, tout en s'en démarquant fortement. Influences différentes et moins puristes ? Volonté de création singulière et originale ? Ou origine géographique ? Rappelons que la plupart des groupes qui s'inspirent de cette période sont d'origine européenne, et qu'il est toujours difficile d'imaginer un groupe qui évolue aux Etats-Unis tenter de s'approprier cette tendance et son esthétique. Un pays dont les paysages ne sont pas marqués de ces fameuses ruines et l'Histoire, par les textes et l'art de l'époque. Mais soit, on peut rester fasciné par l'ensemble bien que lointain aussi géographiquement que chronologiquement, et ça se comprend aisément.

Pourtant, Obsequiae se démarque réellement du reste. Rien que son style est difficile à catégoriser : si on sent bien les fondations Black de l'ensemble, le groupe n'hésite pas à s'étendre vers des horizons plus Doom, voire Heavy, mais toujours extrêmement épiques. On a des mélodies, des constructions rythmiques et des riffs qui rappellent des épopées de Heavy bien épique et qui, parfois, ralentissent et semblent tout droit sortir d'une église en ruines comme un vieux groupe de Doom bien kitsch. Mais les blasts reviennent constamment, et un chant écorché au possible rappelle aux sources.

Le tout est mixé d'une manière assez incroyable qui donne l'impressoin d'être sur un nuage de coton. Oui. Il y a une incroyable douceur dans les sonorités, même lorsqu'elles sont parfois agressives dans l'idée. On croirait que tout est passé à travers un filtre instagram qui rend l'atmosphère duveteuse, avec quelques rayons de soleil qui pointent le bout de leur nez et même le chant des oiseaux qui berce l'album. C'est là que le groupe touche à l'inédit, car je ne crois pas avoir entendu de groupe de cette veine qui soit à ce point lumineux et non-agressif à l'oreille, sans tomber dans le cliché des thématiques plus merveilleuses qu'historiques.

Parce que de l'Histoire, on en a finalement, oui. De la vraie, si je puis dire, rien qu'à voir les titres on le devine : vieux français et latin sautent aux yeux. A l'inverse, les quelques titres en anglais plus évocateurs et fantaisistes qu'autre chose correspondent bien aux compositions non-acoustiques.

Car la spécificité d'Obsequiae, et ce depuis le premier album, ce sont ces pièces assez courtes, utilisées comme introductions, interludes ou fermetures d'album et qui ne contiennent que des instruments acoustiques (uniquement de la harpe depuis le second album). En découvrant l'album, j'ai dû écouter au moins quinze fois « Palästinalied » avant de réaliser que si la mélodie me parlait, c'est que je l'avais déjà entendue ! Il s'agit en réalité d'un poème de Walter von der Vogelweide à propos des Croisades, datant du XIIIe siècle. Tous les groupes de la tendance Black médiéval ne s'embêtent pas à s'inspirer de véritables pièces qui ont traversé les siècles, et c'est le cas d'Obsequiae et tous ces interludes acoustiques sont en réalité de véritables morceaux tirés du Moyen Âge, avec un attrait pour les mélodies du XIIe au XIVe siècle.

Dans les titres plus connotés Black Metal, on retrouve en réalité de nombreuses sensations qui évoquent la période également. Les évolutions et les changements fréquents de rythme, d'ambiance, de mélodies et l'émotion du chant écorché créent, tour à tour, des images de combats sanglants et de jeux de pouvoir, et les paysages désolés d'une vision romantique de ces souvenirs médiévaux en ruine. Le tout baigné dans une qualité de composition exceptionnelle. Ce qu'on retient finalement est une création poétique mais accrocheuse qui fait de The Palms Of Sorrowed Kings l'un des meilleurs albums parus en 2019.


1. L'autrier m'en aloie
2. Ceres In Emerald Streams
3. In The Garden Of Hyacinths
4. Palästinalied
5. Palms Of Sorrowed Kings
6. Morrígan
7. Per tropo fede
8. Lone Isle
9. Asleep In The Bracken
10. Quant voi la flor novele
11. Emanations Before The Pythia
12. In hoc anni circulo