Chronique Retour

Album

15/02/19 - Dolorès

Hexvessel

All Tree

LabelCentury Media
styleForest folk
formatAlbum
paysFinlande
sortiefévrier 2019
La note de
Dolorès
9/10


Dolorès

Non.

Un coup Hexvessel, un coup Grave Pleasures, quand ce n’est pas un featuring chez Carpenter Brut : on finit toujours par entendre parler de Mat McNerney quelque part, en alternant les styles au fil des années. Si bien que sa voix est devenue l’une des plus reconnaissables de ces dernières années pour ceux qui s’intéressent au moins à l’une des sphères musicales que le vocaliste aborde.

En l’occurrence, Hexvessel n’avait rien sorti depuis When We Are Death en 2016 qui jouait plus sur la facette psychédélique et déroutante du groupe et m’avait personnellement parue moins convaincante. Ici, All Tree revient à des racines plus sombres, pluvieuses et étranges, reprises là où No Holier Temple (2012) avait laissé le marque-page.

Car ce sont bien des histoires qu’on nous raconte : celles du folklore finlandais évidemment, celles empruntées à l’intimité des musiciens, compositeurs et auteurs d’Hexvessel. Mais aussi celles des anciens dieux d’ailleurs, des fantômes d’Irlande, des vieilles pierres anglaises, des brins d’herbe qui chuchotent dans le vent.

Les thématiques abordées délaissent hommes et femmes, leurs vies pittoresques et leurs sentiments exposés en vitrine comme l’a longtemps proposé la musique folk. Hexvessel ne renie pas ses origines dans la musique extrême : crânes et noirceur ésotérique du Black Metal entre autres. Cela donne parfois des ambiances plus rituelles, et des esthétiques plus macabres comme le frappant passage du clip de « Son Of The Sky » et sa presque incantatoire fin de couplet « His holy bones ! » ; des images dans la continuité d’un Novemthree et bien d’autres groupes actuels. Dans cet album, on ne cède pas non plus aux références à un paganisme ancien en plein renouveau. « Journey To Carnac » m’a forcément fait sourire pour la référence à notre site néolithique bien connu, et « Closing Circles » peut autant faire référence aux cercles de pierre de nos paysages qu’à des cercles plus symboliques pour clore l’album.

En parallèle, Hexvessel s’ancre, à sa manière, dans la tradition des groupes de folk rock des années 70. Et sa musique est un flagrant clin-d’œil : une ouverture a cappella sur un chant d’appel à l’écoute, presque de prière, pour retomber sur un titre plus punchy, c’est un schéma qui est loin d’être inédit et qui me rappelle l’ouverture de Hark! The Village Wait de Steeleye Span.

Les titres sont variés : de la ballade la plus douce aux festivités dansantes, en passant par les habituelles pistes plus étranges, prog et psyché. Pourtant, l’album ne manque pas d’homogénéité et il est globalement excellent et convaincant, là où When We Are Death était moins marquant. Le trio de morceaux d’ouverture, « Blessing » / « Son Of The Sky » / « Old Tree », en est l’illustration. « Wilderness Spirit », placé en milieu d’album avec son rythme frénétique et lumineux est également l’une des bonnes surprises de l’album.

« Old Tree », véritable tube-ballade, avec « Birthmark » et « A Sylvan Sign », montrent l’intensité émotionnelle proposée par Mat McNerney, dans un registre qui fait totalement oublier ses mélodies dansantes et eighties d’autres projets. Il a ici ce timbre qui réussit à nous faire croire. Reste à savoir en quoi. « Birthmark » me donne même l’étrange impression que tout est à sa place. Les mots se déposent d’une manière qu’on n’aurait pas pu mieux agencer, l’ensemble devenant d’une simplicité si évidente qu’elle résonne encore.

C’est l’un des dons de Hexvessel : cet ensemble mystique, dissonant, petit orchestre d’enfants sauvages, est loin de sonner faux. Mais malgré sa noirceur et sa poésie mélancolique, All Tree reste une bouffée d’air frais. Entre les gouttes de pluie, on y sent l’air pur des natures véritables.


1. Blessing
2. Son Of The Sky
3. Old Tree
4. Changeling
5. Ancient Astronaut
6. Visions Of A.O.S.
7. A Sylvan Sign
8. Wilderness Spirit
9. Otherworld Envoy
10. Birthmark
11. Journey To Carnac
12. Liminal Night
13. Closing Circles