Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Dream Theater

A Change of Seasons

LabelEastWest
styleMetal Progressif
formatAlbum
paysUSA
sortiejuin 1995
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Dream Theater ou l’art de révolutionner le monde du Metal Progressif en deux albums, Awake et Images & Words. Pourtant, il faut bien continuer à avancer pour le groupe de New York. Mais les évènements ne vont pas dans leur sens puisque depuis la sortie d’Awake, Kevin Moore le claviériste a quitté la formation et c’est Derek Sherinian qui le remplace avec son petit CV comprenant Kiss et Alice Cooper. Autrement dit, un gars qui en plus d’avoir fait parti de l’université de musique de Berklee dont ont fait partie John Myung, John Petrucci et Mike Portnoy, a une sacré expérience derrière lui.

Pour une première sortie avec leur nouveau claviériste, le groupe a répondu à l’appel de ses fans : Enregistrer le morceau A Change Of Seasons.
Ce morceau est, en effet, vieux puisqu’il date de l’époque de l’enregistrement d’Images & Words sur lequel il devait figurer mais qui pour des raisons de durée ne s’est pas fait. Pour autant, Dream Theater jouait régulièrement ce morceau de plus de vingt minutes, en live. Les fans voulaient donc un enregistrement digne de ce nom. Ce que Dream Theater, en bon papa gâteau qu’il est, a fait. Le groupe s’est donc entêté à retravailler ce morceau pour donner la meilleure matière possible.

A Change Of Seasons rappelle les grandes heures du Progressif des années 70. A cette époque où une face du vinyle était complètement réservée à un très long morceau se rapprochant des vingt minutes (Rush, Genesis ou Pink Floyd en sont les parfaits exemples). Ce titre est séparé en huit parties que l’on distingue très facilement à l’oreille. Cette chanson est un sacré chef d’œuvre dans l’histoire de Dream Theater tant elle est parfaitement construite tout en restant accrocheuse malgré sa longueur. On ne s’ennuie jamais et les vingt trois minutes du morceau semble passer comme dix. Toutefois et je vais me décrédibiliser un peu, parmi les titres extrêmement longs de Dream Theater, je préfère Octavarium, un peu plus fou à mon goût.

Dream Theater a profité de la sortie de cet EP pour l’agrémenter de plusieurs reprises live du groupe et ça commence excellemment bien avec le superbe morceau de sir Elton John, Funeral For A Friends - Love Lies Bleeding qui comme on pouvait l’imaginer est bien plus rapide que la version originale, a assurément plus de peps et devient plus dansante. Et puis, je préfère le timbre de James Labrie à celui du Sir.

La deuxième reprise est celle de Perfect Strangers de Deep Purple qui a de meilleurs arrangements que la version originale en plus d’avoir un Labrie en très grande forme.

Les deux dernières pistes ne sont pas des morceaux en entier mais des medleys. Le premier des deux rend hommage à Led Zeppelin à travers trois titres The Rovers/Achilles Last Stand/The Song Remains The Same qui de la manière dont-ils sont interprétés me donnent envie de me replonger dans la discographie des Anglais dont les travaux ne m’ont jamais trop accroché (Merde ! Je me décrédibilise une deuxième fois).

Enfin vient The Big Medley avec tous les grands noms du Rock Progressif des années 70. Cela commence par In The Flesh de Pink Floyd qui s’enchaine par Carry On My Wayward Son de Kansas, puis Bohemian Rhapsody de Queen, et encore Lovin’ Touchin’ Squeezin’ de Journey, Cruise Control de Dixie Dregs avant un final sur Turn It On de Genesis. Vous ne trouvez pas cela alléchant ? Moi si en tout cas, d’autant plus que tous ses morceaux s’enchainent de façon très fluide (Mention spéciale entre le morceau de Kansas et de Queen). Pas de fantaisie, juste des morceaux restitués parfaitement par chacun des musiciens sans en rajouter.

Pour autant, Dream Theater redonne souvent un coup de jeune à certain morceau comme dans le son de Perfect Strangers pourtant capté leur du live au Ronnie Scott’s Jazz Club à Londres en 1995. Mais Dream Theater fait toujours plein d’effort pour rendre le matériel le plus écoutable possible et ainsi séduire le plus possible ses fans.

Bien qu’il ne soit pas considéré comme un album par le groupe, le jugeant trop court. Un grand nombre de fans voit en A Change Of Seasons la suite du sans faute après Images And Words et Awake et une sortie à part entière dans la longue discographie de Dream Theater.

1. a change of seasons (23:06)
a) the crimson sunrise
b) innocence
c) carpe diem
d) the darkest of winters
e) another world
f) the inevitable summer
g) the crimson sunset

2. elton john medley (10:49)
a) funeral for a friend
b) love lies bleeding

3. perfect strangers (5:33)

4. led zeppelin medley (7:28)
a) the rover
b) achilles last stand
c) the song remains the same

5. the big medley (10:34)
a) in the flesh?
b) carry on wayward son
c) bohemian rhapsody
d) lovin, touchin, squeezin
e) cruise control
f) turn it on again

Les autres chroniques

Album

mars 1989 U-Zine

Dream Theater

When Dream and Day Unite

Album

juil. 1992 U-Zine

Dream Theater

Images and Words

Album

oct. 1994 U-Zine

Dream Theater

Awake

Album

sept. 1997 U-Zine

Dream Theater

Falling Into Infinity

Album

oct. 1999 U-Zine

Dream Theater

Metropolis Pt. 2: Scenes From a Memory

DVD

janv. 2001 U-Zine

Dream Theater

Metropolis 2000 : Scenes From New York

Album

janv. 2002 U-Zine

Dream Theater

Six Degrees of Inner Turbulence

Album

nov. 2003 U-Zine

Dream Theater

Train of Thought

Album

juin 2005 U-Zine

Dream Theater

Octavarium

Album

juin 2007 U-Zine

Dream Theater

Systematic Chaos

Album

juin 2009 U-Zine

Dream Theater

Black Clouds and Silver Linings

Album

sept. 2011 U-Zine

Dream Theater

A Dramatic Turn of Events