Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Hacride

Lazarus

LabelListenable Records
styleDeath progressif
formatAlbum
paysFrance
sortieavril 2009
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Alors que Gojira a désormais pris son envol et a littéralement explosé à l’étranger, et plus particulièrement chez l’Oncle Sam, Hacride pourrait bien finir par marcher dans les traces des landais, et franchir pour de bons les portes des frontières.
Mars 2007, Hacride venait d’accoucher de son deuxième opus qui, il faut bien le dire, en a mis plus d’un sur le cul et moi le premier. « Amoeba » fut une vraie claque, mêlant une sorte de death/thrash moderne, mélangé à des mélodies aussi planante que touchantes, les poitevins ont réussi à se forger une identité et faire oublier petit à petit les défauts d’un premier album bien trop proche de Meshuggah.

Après deux ans sur les routes à promouvoir « Amoeba », aux côtés de groupes tels que Divine Heresy, Blood Red Throne, Dying Fetus ou dans divers festivals européens tels que le Brutal Assault ou notre Hellfest, Hacride revient avec un troisième opus intitulé « Lazarus » qui comme son nom l’indique, a pour thème le syndrome de Lazare.

Même si je mourrais d’impatience de voir venir le successeur d’ « Amoeba », la peur de la déception était hélas bien présente. Au fur et à mesure de la promotion, les diverses informations qui furent dévoilées ne m’ont pas non plus rassurées, l’annonce d’une tournure bien plus progressive m’inquiétait, j’avais peur que le virage soit mal négocié et que la musique d’Hacride perde en intensité et devienne chiante. Il ne me restait plus qu’à me faire ma propre idée.
Après une première écoute reposée, je ne savais pas quoi penser de ce « Lazarus », pourtant il n’y avait aucun doute, le travail abattu sur ce disque avait l’air tout simplement phénoménal. Alors qu’ « Amoeba » fut dès la première écoute une révélation, je ne m’attendais pas à autant peiner pour rentrer dans « Lazarus ».
Durant mes dix premières écoutes, je ne savais toujours pas si j’aimais réellement le disque ou non, je ne savais pas si je le trouvais excellent ou juste bon.
Mais une fois la bête avalée, ce n’est que du bonheur. La longueur des morceaux qui aurait pu paraître comme un excès est en fait indispensable, en sept titres Hacride arrive à nous plonger dans un univers unique, et chaque piste représente ici une pierre à l’édifice de « Lazarus ».
Le côté efficace d’ « Amoeba » a bel et bien disparu, le groupe a bien ralenti le tempo, cependant cela permet réellement aux morceaux de vivre, les quinze minutes de « To Walk Among Them » ne se font d’ailleurs pas sentir. La différence entre « Amoeba » (qui a définit la personnalité du groupe) et « Lazarus » sont flagrantes et pourtant « To Walk Among Them » est totalement dans l’esprit du second opus du groupe. Comme si en 15 minutes Hacride avait réussit à capturer tous les moments les plus forts d’ « Amoeba » et à les condenser en un seul et même morceau.
Si le dépaysement n’est pas spécialement énorme dès le premier titre, la suite le l’album est quant à elle gorgée de plusieurs facettes qui étaient jusqu’à présent très peu voire pas du tout exploitées. « Awakening » illustre bien mes propos, une première moitié qui tape dans un rock progressif mélancolique qui monte en puissance tout au long des sept minutes composant le titre, avant de finir sur un riff et un solo totalement déstructurés accompagnés d’un beat électro surprenant mais tout aussi mémorable.

« Lazarus » montre un niveau de composition bluffant et un souci du détail poussé à l’extrême, et pourtant si il y a bien une seule chose que je peux reprocher à cette galette est tout de même un fait assez important qui m’a hélas troublé plus d’une fois, l’accent franchouillard de Samuel est parfois méchamment perceptible (sur les parties cleans ou les voix murmurées comme sur « To Walk Among Them » ou « A World Of Lies ») c’est d’ailleurs étonnant d’avoir laissé passer ça quand on voit l’importance accordée aux divers arrangements. Cependant on s’y fait et on finit par ne plus l’entendre.

Pour conclure, Hacride a franchi un cap avec « Lazarus » montrant une grande maturité et un talent de composition qui fera taire plus d’un croyant encore au stéréotype de la pauvreté musicale de la scène française. Un album certes plus complexe, mais qui n’est pas prêt de quitter ma platine. Hacride mérite de réussir et je ne peux que leur souhaiter de suivre le même chemin emprunté par Gojira, car ça ne sera pas volé.

1. To Walk Among Them
2. Act Of God
3. Lazarus
4. Phenomenon
5. A World Of Lies
6. Awakening
7. My Enemy

Les autres chroniques