Chronique Retour

Album

02/07/18 - Sleap

Horrocious

Obscure Dominance of Nothingness

LabelPagan Infantry Records / The Horror Dimension
styleBlack / Death / Thrash
formatDémo
paysTurquie
sortieoctobre 2015
La note de
Sleap
8/10


Sleap

Benjamin. Live reporter et chroniqueur occasionnel dans divers genres (principalement extrême).

Les personnes qui suivent avec attention l’évolution de la scène extrême turque actuelle auront sûrement remarqué la sortie imminente du premier full-length de la formation Horrocious. Pour ma part, il s’agit ni plus ni moins d’un des événements les plus attendus de cette année 2018 tant la première démo de ce groupe avait pu me marquer. Et c’est justement sur celle-ci que je vais pouvoir m’attarder dans cette chronique, histoire de prendre mon mal en patience.

Pour ceux qui ne seraient pas familiers du terreau extrêmement (dans tous les sens du terme) fertile de cette scène Metal extrême turque, arrêtons-nous dessus un instant. Il est vrai que les nombreux groupes qui la composent ont eu plus de mal à s’imposer en Occident que certaines formations polonaises ou tchèques. Cependant, lorsqu’on prend l’exemple du Brutal Death, on remarque que certains noms sont tout de même parvenus à se faire une petite place au sein de cette scène pourtant si générique (avec notamment Cenotaph, Decimation ou Decaying Purity). Mais depuis les années 2010 et l’immense vague revival qui s’est emparée de bien des genres à l’échelle mondiale, la Turquie semble elle aussi avoir rejoint la fête. Le regain d’intérêt pour le Death d’Incantation, en partie initié par les grecs de Dead Congregation à la fin des années 2000, a conduit, chez leurs voisins turcs, à la création de plusieurs formations de qualité telles que Burial Invocation, Engulfed ou encore Hyperdontia – dont il va aussi falloir guetter la sortie imminente du premier full-length chez Dark Descent ! Mais ces dernières années aux alentours d’Istanbul, une autre scène tout aussi foisonnante fait de plus en plus de bruit (c’est le cas de le dire). Alliant Thrash, Death et Black Metal, ces différentes formations telles que Godslaying Hellblast, Impuration ou Sarinvomit, constituent un véritable nouveau noyau au sein de ce paysage Metal extrême turc. Pour plus d’informations, je vous renvoie à l’article de mon confrère Balin ici. Passons donc au sujet du jour : la démo Obscure Dominance of Nothingness de Horrocious !

Depuis la démo 2013 de Sarinvomit, je ne pensais pas pouvoir trouver une plus belle perle en termes de Black Thrash turc. Mais c’était sans compter sur la formation d’un énième nouveau projet de leurs deux principaux membres. En effet, cette fameuse scène Black/Death/Thrash turque est avant tout extrêmement consanguine, il faut le préciser. Principalement articulée autour du génial guitariste et compositeur Godslayer, elle accouche donc en 2015 du groupe Horrocious qui va mettre l’une des plus grosses tartes de ces dernières années à votre serviteur. Je m’étonne d’ailleurs de ne jamais avoir trouvé une seule chronique de la démo de ce groupe durant les trois longues années qui se sont écoulées depuis sa parution. Et cela sera, je l’espère, réparé avec ces quelques lignes ! Pour commencer en toute simplicité, Horrocious est une continuation directe de Sarinvomit, mais en incorporant à leur Black Thrash une bestialité et une densité sonore très clairement héritée de la scène Black Bestial américaine, et en particulier de Black Witchery. On y retrouve donc les deux principaux points forts de cette nouvelle scène turque : d’un côté le songwriting délicieusement typique de Godslayer ; de l’autre la bestialité surpuissante des vocaux de Profanator.

Le riffeur fou Godslayer démontre une nouvelle fois avec cette démo toute l’étendue de son style de composition : des morceaux directs et extrêmement intenses qui ne s’encombrent pas de longueurs inutiles. Nul besoin ici d’installer une quelconque ambiance à l’aide d’intros ou d’interludes bidons. En effet, et c’est l’avantage d’avoir déjà fait ses armes au sein de cette scène, le groupe possède d’ores et déjà un son bien à lui. Certes, c’est le fruit d’une alliance évidente entre les styles de plusieurs groupes déjà établis, mais ce mélange est déjà parfaitement homogène. Grâce à une qualité d’enregistrement exemplaire pour une première sortie, on discerne parfaitement tous les éléments constitutifs du groupe. On voit d’entrée de jeu que les musiciens n’en sont évidemment pas à leur coup d’essai. Bien que je puisse reprocher à la batterie – et la caisse claire en particulier – de ne pas sonner très organique, c’est normal, le mixage est globalement très bon, et celui du chant tout particulièrement.

Et parlons-en du chant ! C’est en effet l’un des principaux points forts de cette première sortie du groupe. Déjà réputé avec ses nombreuses autres formations – Sarinvomit en particulier –, Profanator nous assène un déferlement quasi-ininterrompu de hurlements d’une bestialité et d’une violence rarement égalées dans la scène Black Death récente. Dès les premières secondes, on pense évidemment à Impurath de Black Witchery, mais la qualité du mixage et les différents effets (jamais trop présents cependant) viennent donner au chant une puissance incroyable. Tout comme le vocaliste susnommé, ses paroles viennent se calquer sur les mesures de chaque morceau pour renforcer rythmiquement le riffing : un régal ! De plus, même lorsqu’il n’y a pas de texte, Profanator ne se gêne pas pour ajouter çà et là quelques hurlements bien placés. Et cela donne là encore une hargne toute particulière aux compositions, comme on peut l’entendre sur le final d’Eternal Agonizer.

Les structures sont très simples : juxtapositions de plusieurs riffs et mélodies à différentes vitesses, mais toujours enchainés de manière fluide. Le morceau d’ouverture Sacrilegious Abhorrence est à ce titre une synthèse parfaite de ce qui fait toute la qualité d’Horrocious : intro à la batterie simple et puissante qui met d’emblée une violente claque à l’auditeur puis déferlement de riffs agrémentés d’un blast-beat ni trop technique ni trop brouillon. Ensuite, passage du même motif en version skank-beat uptempo très thrashy, puis nouvelle accélération avant l’arrivée d’un break lourd ponctué de leads Black Metal qui se prolongent sur l’accélération blast suivante ; le tout saupoudré des impitoyables vocaux de Profanator. On termine enfin ce déchainement de violence par un midtemp final qui rendrait fou n’importe quel fan de Hardcore. Bref, des titres courts – entre deux et trois minutes pour la plupart – qui distillent tout le savoir-faire de ces brutes de musiciens. On sait pertinemment ce qui nous attend, et on est pourtant délicieusement surpris lorsque le changement de vitesse ou de structure nous arrive dans la tronche. Le groupe s’autorise également quelques légères accalmies pour nous proposer quelques mélodies Black Metal froides typiques de la seconde vague, comme sur le milieu du dernier morceau éponyme ou encore sur la fin de Bewitched By Infernal Aeon.

Prolongeant à merveille ce qu’il avait commencé avec Sarinvomit, le duo Godslayer / Profanator enfonce donc le clou avec ce qui reste pour moi la meilleure sortie turque de ces dernières années : Obscure Dominance of Nothingness. Cette année 2018 marquant enfin la sortie tant attendue – pour ma part du moins – de leur premier véritable album chez Osmose (cocorico), c’était donc l’occasion de revenir sur cette première démo d’une qualité irréprochable. Pour les fans qui n’en pourraient plus de patienter, je peux éventuellement vous conseiller la démo et le full-length de Persecutory, énième projet du vocaliste Profanator qui, bien qu’il ne comporte pas le génial Godslayer aux guitares, distille tout de même un Black Thrash typiquement turc qui saura certainement ravir vos oreilles déjà aguerries.

Tracklist :

1. Sacrilegious Abhorrence
2. Bewitched by Infernal Aeon
3. Eternal Agonizer
4. Obscure Dominance of Nothingness