Chronique Retour

Album

17/01/18 - ZSK

Begerith

A.D.A.M.

LabelMinotauro Records
styleDeath/Black Metal polonais
formatAlbum
paysRussie / Pologne
sortienovembre 2017
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Les Russes de Begerith, qui sévissent depuis 2003, aiment tellement la Pologne qu’ils ont décidé d’y déménager… c’est peu dire et ce n’est même pas une surprise, tant Begerith est en quelque sorte le plus polonais des groupes russes. Bien loin de la pointe de l’Europe, à Vladivostok pour être précis, est né le quartet qui avait enregistré son premier album My Way To The Star… (2013) à la maison mais avait confié mixage et mastering au célèbre studio Hertz des frères Wiesławski, la crème du son polonais. Tout ceci pour un style de Death-Metal blackisé très voire carrément polonais, à la Behemoth, Vader et consorts. Bref, rien de bien nouveau surtout que les clones de Behemoth sont légion et que se faire produire par le studio Hertz n’est plus exceptionnel (bien que je trouve que le studio semble être moins sollicité ces derniers temps - c’est tout de même grâce à la page facebook du studio que j’avais découvert Begerith…). Mais avec sa localisation d’origine assez exotique et son style certes influencé mais tout de même bien exécuté, Begerith avait de quoi attirer l’attention. Quatre ans plus tard, le groupe pointe donc à nouveau le bout de son nez, cette fois-ci à Varsovie et avec le retour de leur premier batteur Thorian. Tout d’abord sorti en autoproduction digitale au tout début de janvier 2017 (après avoir sorti son premier opus via Irond), leur deuxième album nommé A.D.A.M. a été repéré par le label italien Minotauro Records pour une sortie physique 10 mois plus tard. Et parce que Begerith veut désormais s’affirmer comme un pur groupe polonais, il est de nouveau retourné au studio Hertz mais cette fois-ci pour la totale, enregistrement compris. Une production totalement bouclée depuis mai 2015 mais ce n’est que maintenant qu’elle parvient sur nos platines mais peu importe, voyons ce que ce quatuor polonais russe a dans le ventre.

Et il n’y aura pas de surprise concernant A.D.A.M. constitué de 10 nouveaux morceaux sans nom, juste dénommés par des chiffres romains précédés du nom de l’album, à la Mgła en somme (à la différence de l’outro "Nome Fatas Hiss Mortus" qui, curieusement dans la première version de l’album, faisait office d’intro…). Pas de surprise dans le sens où à nouveau, les Russes nous ont concocté un album 100% polonais. L’ensemble ne bouge donc pas d’un pouce par rapport à My Way To The Star… mais avec un peu plus d’expérience, Begerith a progressé et fait mieux que son premier album, tout simplement. On est de nouveau dans du Behemoth-like, période disons entre Demigod et Evangelion, à la différence que le chant de Alexey  « Wiedzmin » Bushuev (ou aussi « Begerith I ») est bien plus rauque que celui de Nergal. Des fulgurances à la Vader, des trémolos et mélodies Black, c’est ce qui démarquera Begerith d’un pur photocopiage de Behemoth, mais de nombreuses autres influences polonaises pourront être citées de toute manière et je ne vais pas en faire tout un catalogue. Entre riffs rangés et techniques, entre agression et lourdeur, entre blasts et montées de leads, toute la panoplie Made in Poland y est, et y compris bien sûr la grosse production studio Hertz, qui fait toujours du bien par où elle passe. Rien de bien nouveau sous le soleil de Varsovie qui a fait fondre la neige venue de Vladivostok, mais retenons le plus important, c’est que Begerith se débrouille bien et même très bien. Certes, c’est du Behemoth-like avec quelques rares touches personnelles et autres fioritures mais ce que le groupe d’origine russe fait, il le fait bien, et les frères Wiesławski ont eu raison de leur faire confiance tant le groupe est plus qu’honnête dans le genre Death/Black polonais pas trop underground. Et après un départ classique sur "A.D.A.M. I" où tous les éléments musicaux se mettent en place, Begerith montre tout son potentiel.

"A.D.A.M. II" se pose déjà comme un des morceaux les plus complets du disque, à la fois lourd et rythmé et bénéficiant de belles incursions plus épiques (ainsi que du chant Black de plus bel effet), Begerith applique avec classe et inspiration tous les codes du Death/Black polonais et cela nous donne une belle poignée de morceaux sacrément efficaces ("A.D.A.M. III" et ses moments bien brutaux, "A.D.A.M. IV" avec ses bons riffs et ses lignes de chant à l’avenant, "A.D.A.M. VII" et son riffing plus technique, le très couillu "A.D.A.M. VIII" et ses patterns de batterie mordants, l’excellent final "A.D.A.M. X"), Begerith envoyant souvent la sauce mais sachant aussi ralentir la cadence pour se montrer plus martial ("A.D.A.M. IX" notamment). Après, il est vrai que l’ensemble est souvent très voire trop classique, A.D.A.M. est d’ailleurs assez linéaire et le groupe se répète un tantinet ("A.D.A.M. VI" est presque un copié-collé de "A.D.A.M. V" malgré un côté plus aéré par les mélodies), mais les bons riffs bien polonais sont toujours de sortie, appuyés par des trémolos bien sentis quand c’est nécessaire, ce qui nous donne en toutes circonstances un ensemble bien foutu et très professionnel ("A.D.A.M. V" par exemple, morceau très peu surprenant mais appréciable). Bref, Begerith fait bien les choses, est plutôt bien inspiré même s’il frise la redondance, et est en forme de compétition que ce soit sur les riffs sur les plus efficaces ou la production. Bien sûr, on fait vite le tour d’un tel album lorsqu’on connaît toute la scène polonaise sur le bout des doigts, Behemoth et ses compères en particulier. Mais Begerith fait franchement bien le taf, a mis les formes pour nous livrer un très bon album de Death/Black polonais qui pulse suffisamment pour retenir l’attention en attendant du neuf du côté de vos groupes polonais favoris. Certes, s’il veut réellement percer le groupe russe désormais polonais d’adoption devra vraiment se trouver une personnalité, mais en restant sur la stricte efficacité à la polonaise avec ses influences propres, A.D.A.M. est un bon petit album qui casse quelques nuques et nous abreuve de bonnes compos à la polonaise avec le bon gros son « Hertz ». Si c’est tout ce qu’on demande, eh bien ça le fait.

 

Tracklist de A.D.A.M. :

1. A.D.A.M. I (5:47)
2. A.D.A.M. II (4:12)
3. A.D.A.M. III (4:30)
4. A.D.A.M. IV (4:44)
5. A.D.A.M. V (6:26)
6. A.D.A.M. VI (5:11)
7. A.D.A.M. VII (4:57)
8. A.D.A.M. VIII (3:58)
9. A.D.A.M. IX (4:22)
10. A.D.A.M. X (5:01)
11. Nome Fatas Hiss Mortus (2:11)