Chronique Retour

Livre

04/01/18 - Rodolphe

Saad Jones

Violent Instinct

LabelAutoproduction
styleDeath Metal
formatAlbum
paysRoyaume-Uni
sortiejuillet 2017
La note de
Rodolphe
8/10


Rodolphe

Ancien de Spirit Of Metal. Passionné de Grunge, de Post-Grunge et de Metal Alternatif.

Premier roman de Saad Jones, Violent Instinct raconte les aventures d'HM, trio de death metal anglais, qui, d'après son guitariste-leader Zafer serait "le plus grand groupe de metal du monde" (le plus modeste aussi). Sous fond de conflit israélo-libanais et de petites guerres d'égo, durant ces presque 250 pages, le lecteur assiste à l'apogée du groupe et, plus tard dans l'histoire, à sa descente aux Enfers. Au travers d'un pays ruiné par la guerre, l'écrivain évoque la difficulté des groupes d'exercer leur passion en toute liberté. L'auteur prend le parti d'exploiter tous les clichés liés au metal, du fan ultra-passionné qui connaît par coeur la (petite) discographie d'HM au metalleux colérique qui, parce qu'on a parlé en mal de son groupe préféré sur son blog, voudrait défoncer les internautes cachés derrière leur écran (il s'agit peut-être de la même personne). Mais la meilleure définition de ce qu'est le metal reste encore celle que nous livre Saad Jones au début du roman : "l'une des rares musiques qui peut permettre de transformer sa haine en énergie".

Rien de plus normal pour une oeuvre qui prend place en Grande-Bretagne que quelques lignes du roman soient consacrées à la NWOBHM par le biais du personnage de Jake qui, s'il est très secondaire, n'en reste pas moins le stéréotype du fan de heavy metal anglais passionné par les années '70/'80. A savoir qu'il ne s'intéresse pas aux nouveautés et tourne à 2-3 groupes phares dont White Iron qui découle de l'imagination de son auteur, bien qu'il soit probable que le nom de la formation soit un melting-pot entre White Spirit (qui intégrait le guitariste actuel d'Iron MaidenJanick Gers) et Iron Maiden. Ce qui est intelligent, c'est qu'aux antipodes de Jake, l'auteur du livre donne le point de vue d'une personne réfractaire au metal qui vit très mal le fait de "subir" la passion dévorante de son fiancé pour HM. C'est en ce sens que Violent Instinct réussit son pari. Car en effet, le roman ne s'enferme pas dans une caricature (malgré tous les clichés dont s'amuse et se joue l'auteur) et est très éloigné de ce que l'on pourrait appeler le "fan-service" (j'entends par là un livre chargé d'opportunisme qui, de bout en bout, délivrerait une vision trop romancée du metal façon guimauve pour obtenir l'adhésion du metalhead). D'ailleurs, il ne se prive pas de critiquer les choix éditoriaux des médias et de fustiger les journalistes qui participent à cette culture du buzz en posant des questions politiques et religieuses à un groupe venu promouvoir son nouvel album.

Par ailleurs, tous les acteurs qui font vivre la scène metal sont réunis dans le roman de Saad Jones. On y retrouve un photographe professionnel (Mickaël), un journaliste musical qui tient une émission radio (Mark Ross) ou encore l'organisateur d'un festival étranger du nom de Ziad. Mais il ne se contente pas de les lister ou de les nommer au détour d'une phrase. L'auteur travaille ses personnages en profondeur et crée des situations qui leur permettent de se rencontrer. Outre HM, Jones invente nombre d'autres groupes de metal tels que les Libanais de Sandemonium et les Finlandais de Blasphemed, toujours avec ce souci de rendre le récit le plus réaliste possible. D'autant plus qu'il se montre également très pertinent dans ses descriptions, à l'image de la batterie de Karam et de la première guitare de Zafer, une Fender, qu'il détaille précisement, ce qui démontre une vraie connaissance du sujet et donne du crédit à son roman. On peut aussi noter quelques clins d'oeil (bien que ce soit subjectif), à Iron Maiden lorsque le groupe rêve d'avoir un avion à son effigie et à Benjamin Burnley, leader de Breaking Benjamin, connu pour sa phobie des voyages en avion (cf. l'album Phobia). De plus, la forme du roman est tout aussi originale que l'histoire en elle-même. Chaque paragraphe est séparé du suivant par le signe des cornes du diable (\,,/). Aussi, les titres des chapitres se rapportent à des chansons de metal qui ont marqué l'auteur. On peut citer From Broken Vessels des Israéliens d'Orphaned LandTwist the Knife (Slowly) des Américains de Napalm Death ou encore Adoration for None des Français de Gojira

Bref, tous les éléments sont réunis pour que le lecteur passe un bon moment à lire Violent Instinct. Jamais la tension et le suspens ne se relâchent. Ou alors quand c'est le cas, Saad Jones ponctue le roman d'articles musicaux pour aérer son récit, du live-report bourré de fautes d'orthographe et enrichi de superlatifs publié sur HMBlog.co.uk aux chroniques plus professionnelles du webzine BlaCKronics. Une plume fluide et agréable, des scènes plus crues, et beaucoup d'humour et de dérision comme c'est le cas lorsque le méchant Zafer d'HM, avance qu'il voudrait que l'énergie de ses concerts soit à l'image d'un incendie. Que demander de plus ?

Découvrez les premières pages du roman.