Live reports Retour
mercredi 28 juin 2017 - S.

Monarque + Ende + Malmort + Malepeste @ Chambéry

Brin de Zinc - Chambéry

S.

Dévoué au Black Metal

L’orage a grondé fort dans la région la nuit dernière. A n’en pas douter, c’était pour annoncer l’événement de ce soir, la Sabaudia Nocte, première du nom, co-organisée par Ytormis Productions et Les hordes du renouveau. Dans le cadre de sa petite tournée européenne, Hellfest en tête, Monarque nous honore de sa présence ce mercredi, accompagné sur quelques dates par les Angevins d’Ende. Pour compléter l’affiche, ce sont les deux formations locales Malmort et Malepeste qui sont de la partie.

Sur les coups de 20 heures, les Lyonnais de Malepeste lancent les hostilités. C’est probablement le groupe que j’ai le plus vu en live ces dernières années, autant dire que leur Black Metal ritualiste n’a guère de secret pour moi. Exceptionnellement, le line-up de ce soir est différent, avec un bassiste jouant les remplaçants, le titulaire étant blessé. Comme pour chacune de ses prestations, Malepeste met l’accent sur la mise en scène, avec moult bougies, chandeliers, encens et ossements. Autant d’éléments qui viennent renforcer le côté occulte et étouffant de leurs compositions. Malgré quelques pains ci et là, ils bénéficient de l’excellent rendu sonore du Brin de Zinc pour développer leur art. Notons dans la setlist un tout nouveau morceau, « Atropos », qui pourrait sans doute annoncer un nouvel album ? Un show correct, de bonne facture, sans surprise pour ce qui me concerne.

Setlist :
Disciple of the Sun
Cosmic Crypt
Serpent's Glory
Roll in Hay with Death
Atropos
Into the Final Rise

 

 

On poursuit les festivités avec les chambériens de Malmort. Après l’occultisme de Malepeste, on change d’atmosphère avec le Black Metal sans concession du quintet savoyard. La rapidité et le déferlement de violence sont de mise, même s’ils s’accordent quelques passages mid-tempo pour mieux repartir par la suite. Le tout crée une ambiance assez oppressante et malsaine, même si le groupe ne fait pas dans l’originalité niveau composition. On notera au passage la bonne prestation du vocaliste, avec sa gestuelle froide. Sans être exceptionnel, le set s’avérera efficace.

Setlist :
Las ! Mort qui t’a fait si hardie
Cruciatus
Le mege de second ordre
Panacée
Le gibet de Montfaucon
Finis Regni et Funereus successionnes
MCDXXXI - MCDXL

 

 

En venant ce soir ici, outre pour la tête d’affiche, j’étais fortement curieux de voir se produire les Angevins de Ende. En 2015, ils avaient sorti « The rebirth of I », un album qui avait fini dans mon top de l’année, tant les compositions épanchaient une odeur de mort, avec une production abrasive, qui s’y prêtait à la perfection, me rappelant un peu le Mütiilation de la grande époque. En mars dernier, Ende a sorti son nouvel album (que je n’ai pas encore écouté avouons-le), « Emën Etan », chez Obscure Abhorrence, dont il est en partie question ce soir. Quelle ne va pas être ma déception devant leur prestation… Où est l’atmosphère si particulière de ce que je connais d’eux ? Envolée comme le corbeau de leur logo, sûrement. Alors certes leur Black Metal est bien maîtrisé et professionnel dans sa restitution, mais je vais rester de marbre devant tout cela. Tout est beaucoup trop linéaire, en particulier la voix qui manque de relief, bien souvent dans les mêmes tons, avec des balances mal équilibrées, mettant en avant la guitare rythmique, écrasant ainsi les mélodies, peu discernables. Un show bien en deçà de mes attentes, beaucoup trop quelconque, regrettable.

Setlist :
Intro
When crows flew above Märhn
Black sorcery of the great macabre
Cylenchar
Das hexenhaus
Interlude
Den glemte skogen
Camerula
Whispers of a dying earth
Empty
Quintessence of evil

 

 

Autant les avis pouvaient diverger pour les trois groupes précédents, autant Monarque va mettre tout le monde d’accord ce soir. Fer de lance du renouveau glorieux de la scène québécoise, aux côtés des Forteresse, Sombres Forêts, Csjethe et tant d’autres formations aussi talentueuses les unes que les autres, Monarque répand son venin depuis une quinzaine d’années, avec une discographie honorable, même s’il faut remonter à 2013 pour leur dernier album « Lys noir ».
Le groupe va tout d’abord jouer avec nos nerfs, puisqu’un problème technique repousse le début du set. Aucun son ne sort de l’ampli du bassiste. Après de longues minutes d’essais infructueux, je crains que le bonhomme ne rejoigne les coulisses et abandonne ses coéquipiers. Finalement, la grâce viendra d’une âme charitable venant lui prêter une autre basse, quelques tests, tout fonctionne. L’individu et l’assemblée toute entière sont soulagés, le show peut commencer !
Le quintet va nous asséner pendant environ une heure son Black Metal inspiré et revanchard, avec une atmosphère froide, des relents épiques et un rythme infernal. Puisant dans le meilleur de sa discographie, les titres s’enchaînent sans qu’on ne voie le temps défiler. Tout est parfaitement maîtrisé et équilibré, le jeu de scène des musiciens est excellent, surtout celui de Pat, le frontman sacrément charismatique, par sa présence, sa gestuelle et son regard perçant grâce à ses lentilles. L’individu va même jusqu’à mimer la pendaison avec le fil de son micro. Quand la qualité visuelle s’associe à la qualité musicale, cela forme un spectacle assez captivant. Ayant vu Monarque en condition ‘festival’ l’année dernière au Ragnard Rock, l’aspect confiné et intimiste d’une petite salle comme le Brin de Zinc est beaucoup plus adapté à leur univers. Une excellente prestation qui vient conclure une belle soirée, devant une assemblée venue assez nombreuse et manifestement comblée par les différents groupes.

Setlist :
Ces Immondices
Vigor mortis
L’appel de la nuit
Le Vent du nord
L’abysse aux charognes + Vers
Le feu et le sang
La griffe du diable
Quintessence
Key to the gate (Burzum cover)
Vallée des larmes

 

Merci à tous les acteurs de cet événement.

Revivez une partie de la soirée avec une vidéo de chaque groupe :

Photos