Chronique Retour

Album

19/05/17 - Pamalach

Psykup

Ctrl+Alt+Fuck

LabelLes Amis de l'Autruche
styleMetal ?
formatAlbum
paysFrance
sortiemars 2017
La note de
Pamalach
8/10


Pamalach

"Les vrais savent, les vrais font".

« We're back ! »
C'est avec ce cri fédérateur que les deux hurleurs de Psykup inaugurent leur grand retour discographique, près de 9 ans après la sortie de leur dernier album « We Love You All ». Formé en 1995, le combo toulousain ne s'est jamais vraiment distingué par la densité de ses sorties mais plutôt par la singularité de sa musique, l'attitude décalée de ses frontmans et leurs prestations scéniques plus fôôôlles et improbables que si Michel Sardou faisait un album de reprise des Clash. En toute honnêteté, si je suis accro aux deux premiers opus, j'écoute rarement « We Love You All » dont les chansons n'ont pas, à mon goût, résisté à l'érosion des années. Par contre, « L'autruche », « Love is Dead », « Martin X», « On ne sait jamais » et tant d'autres n'ont pas pris une ride et restent comme des témoignages sans concessions d'un groupe qui a su mixer comme nul autre une somme d'influences très diverses pour en faire une mixture cohérente avec beaucoup de saveurs.
Séparé du bassiste Pelo et du guitariste Vidda, Psykup inaugure donc une nouvelle équipe, configuration toujours délicate quand on attaque un nouvel album. Il aurait pu en être moins bon… mais c'est loin d'être le cas !

« Ctrl+Alt+Fuck » contient tous les ingrédients que j'aime dans la musique des autruches. Agressif, imprévisible, désordonné, mélodique et surtout, surtout, baisé de la tête et pété du bulbe. Plus homogène que « We Love You All », il retrouve la violence des vertes années, l'audace de « Le Temps de la Réflexion » et l'âpreté de « L'Ombre et la Proie ». Toujours barré, Psykup semble désormais plus économe de ses effets, moins dans la démonstration, plus sur de son efficacité et son impact. En ce sens, il renoue avec ses racines Hardcore, sa dissonance stridente et son efficacité héritée du Thrash Metal. Ca hurle, ça chante et ça postillonne sur des titres courts et nerveux (en tout cas pour Psykup qui n'a jamais eu peur de balancer des chansons de 15 minutes) sans temps morts et sans arrêt pipi. On se demanderait presque quelle mouche à piqué le groupe pour qu'il défouraille aussi radicalement sans passer par les habituels chemins balisés par le groupe. Force est en tout cas de constater que « Ctrl+Alt+Fuck » est rentre dedans, hyper efficace et très addictif. A noter que le prod' crue mais claire participe efficacement à cette impression de mêlée musicale et que l'évolution du son des guitares (plus rugueux et moderne) étoffe la musculature du combo. 

Dès « Violent Brazilian Massage », Psykup annonce la couleur : le plaisir et le sourire sont là mais les garçons ne sont pas venus pour beurrer les tartines. Délicieusement Thrash, le titre se mute en Funk quasi disco puis en Samba Sépulturienne bien dansante tout en proposant un univers cohérent et homogène. Malgré les variations stylistiques, la chanson est hyper fraîche, addictive et imaginative. Un classique du groupe en devenir ? Loin de s'arrêter en si bon chemin après une torgnole aussi vigoureuse, le groupe continue sa percée et enfile des colliers de perles comme d'autres débitent des discours ineptes, réactionnaires et vides de sens.

Joe Duplantier a dit un jour du groupe qu'une partie de leur charme venait du fait qu'il leur arrivait de partir sur des chemins sinueux puis de se perdre en chemin. Si ici le groupe ne perd pas en qualité, il semble plus concentré sur un objectif précis, moins dissipé et désordonné. Cela ne plaira peut-être pas à certaines personnes qui regretteront certainement les grands écarts auxquels le groupe pouvait se livrer dans le passé, des dialogues humoristiques aux clins d'oeils musicaux appuyés. On retrouve cependant, et comme il est de coutume chez eux, des plans Jazz, de l'acoustique, des harmonies vocales et des breaks inattendus. Notons à ce niveau le subtil « Cooler Than God » qui incorpore des cuivres et donne un aspect fanfare à ce titre riche en sonorités et en saveurs variées, le génial « SSanta clauSS (Write Me A Letter) » ou l'acide « Fuck Me 'till the End of Times ».

En toute honnêteté, je ne m'attendais pas à retrouver Psykup à ce niveau de hargne et de créativité. Après une longue période où le groupe ne donnait plus de signe de vie, les revoilà avec un album agressif, incisif et plein d'idées. « Ctrl+Alt+Fuck » remet Psykup en selle de la plus belle des manières, toujours avec ce petit coté décalé qui n'appartient qu'à eux. Wiiiiiiizzzz !!!!

 

Tracklist :

- Violent Brazilian Massage
- We'll Win This War
- SSanta ClausSS (Write Me A Letter)
- Shampoo the Planet
- Fuck Me 'till the End of Times
- Cooler Than God
- The Intelligence
- Crisis of Today
- The Long Ride Home (Sunrise)
- The Long Ride Home (Sundown)

Les autres chroniques