Live reports Retour
samedi 13 mai 2017 - Sleap

MoshFest 2017 - Jour 2

Secret Place - Montpellier

Sleap

Benjamin. Live reporter et chroniqueur occasionnel dans divers genres (principalement extrême).

Jour 2

Sleap : J’ai peine à croire qu’il s’agisse déjà de la troisième édition du MoshFest. Événement Punk Hardcore / Metal et dérivés crée par la TAF à l’initiative de la fameuse « Mosher Team » il y a maintenant plus de 3 ans. Et force est de constater que, malgré un public très timide concernant les musiques extrêmes à Montpellier, le festival continue d’assez bien marcher. Tout comme l’an dernier, je ne peux malheureusement assister qu’au deuxième et dernier jour de festival, mais le programme est néanmoins très chargé !

Lust for Death

Sleap : J’arrive dans la salle alors que le set de Lust for Death a déjà débuté. J’avais déjà pu assister à un concert du groupe lors de la première édition du Violent Apes Fest il y a bientôt un an. Et, sans surprise, je vais encore une fois prendre mon pied !

Il faut dire que le registre du groupe a tout pour me plaire en studio. Un Stenchcore très lourd (dans le bon sens du terme) avec de gros relents Bolt Thrower. Un cocktail qui prend évidemment toute sa dimension en live. Le son est en plus très bon lors de ce set. Malgré une satisfaction manifeste, les musiciens gardent une attitude imperturbable sur scène, ce qui sied parfaitement à la musique jouée. Le seul point faible de ce show est malheureusement le public, encore bien trop dispersé à l’extérieur de la salle en ce début de soirée. Et les quelques personnes présentes ne font que slammer et tourner autour du poteau central. Une fosse qui n’est pas vraiment adéquate, c’est le moins que l’on puisse dire.

Mais en dehors de ça, Lust for Death aura encore une fois assuré. Autant en studio qu’en live, il s’agit là d’un groupe à suivre de très près. En espérant les revoir bien vite, dans d’encore meilleures conditions !

Riposte

Sleap : Riposte fait également partie des groupes que j’avais pu découvrir au Violent Apes Fest 2016. Et ces derniers s’étaient avérés être la claque du festival me concernant. Un Fastcore aux frontières du Powerviolence dans la droite lignée des patrons Infest, le tout mené par une chanteuse à la fois très humble et ultra charismatique sur scène.

Et, à ma plus grande joie, le public s’amène enfin dans la salle ! La fosse se remplit petit à petit et ça se bouscule, ça saute, ça slamme, ça se marche dessus, bref, une fosse comme la Mosher Team sait les concocter. Malgré le nombre colossal de titres joués, le set des Franciliens passe à une vitesse incroyable. Il faut dire que pour un groupe de ce style, l’impact des morceaux n’a d’égal que leur brièveté ! La déferlante de missiles fastcore est heureusement entrecoupée de breaks lourds ou de passages plus groovies tels que l’intro de Us Hate et sa rythmique ‘majorette’.

Un set encore une fois hyper carré qui se termine sur une formidable reprise d’Infest suivie d’un rappel qui achève le public de la plus belle des façons. J’ai l’impression que cela a duré cinq minutes, mais Riposte a su mettre une nouvelle branlée à toute l’assemblée, c’est une certitude !

Vengeance

Sleap : Je n’assiste malheureusement qu’à une infime partie du set de Vengeance. L’occasion de m’offrir une petite pause avant la terrible doublette qui s’annonce. Le groupe pratique un Grindcore qui ne me marque pas plus que cela, si ce n’est le duo chanteur / chanteuse dans un registre assez aigu et éraillé. Cette dernière nous balance d’ailleurs lors de certains passages des vocaux en voix de tête qui rappellent clairement ceux de la chanteuse de Melt Banana. Un groupe singulier, cela ne fait aucun doute !

Inhumate

Sleap : Nous attaquons donc maintenant le double plat de résistance, à savoir les deux grandes icônes Grind de l’Est de la France. Et les hostilités commencent avec les strasbourgeois d’Inhumate que je n’avais toujours pas vu en live jusqu’à présent.

Et, ma foi, c’est exactement ce à quoi je m’attendais. Un set Grind aux penchants Death Metal délivré dans la violence et la bonne humeur. Petite chose improbable en revanche, ce concert semble sponsorisé par GoPro ! En effet, une mini caméra est accrochée au microphone du chanteur ainsi qu’aux deux pieds de micros de ses comparses. Deux cameramen de part et d’autre de la scène s’occupent également d’enregistrer le reste. Souriez !

Le bassiste et fondateur Fred prend toujours autant son pied sur scène après plus de 25 ans. Bougeant partout jusque dans la fosse, grimaçant et souriant, haranguant le public entre et pendant les morceaux, etc. C’est certainement le musicien le plus ‘à fond’ de toute cette soirée.

La part belle est faite au dernier album avec des titres comme Rosebud ou Faster than Thoughts, mais le groupe pioche un peu partout avec entre autres Human ?, Sickness is the Law et même quelques nouveaux morceaux ! Le seul point noir du concert est selon moi le manque de guitare. Celle-ci est bien trop en retrait, presque imperceptible par moments, dommage.

Le show se termine avec l’essentiel du public qui investit la petite scène lors du dernier titre, tandis que les chanteur, guitariste et bassiste descendent dans la fosse pour regarder tout ce beau monde mettre le bordel. Un show fort sympathique !

Blockheads

Sleap : En dehors des deux premiers groupes évoqués dans ce report, voilà la principale raison de ma venue à cette troisième édition du MoshFest. Les autres icones Grindcore FR que sont Blockheads devaient justement participer à l’édition 2016 du festival mais avaient malheureusement dû annuler leur venue au dernier moment. C’est donc avec une joie non dissimulée que je me presse devant la scène alors que les balances finissent sur un extrait de Follow the Bombs. Et le carnage débute sur le premier morceau de Human Parade qui met d’emblée un chaos monstre dans la fosse. Celle-ci est d’ailleurs blindée pour la venue des Lorrains ce soir. Il y aura eu pas mal de groupes de l’Est la France aujourd’hui, soit dit en passant.

Après deux concerts de Blockheads en festivals sur de bien trop grandes scènes, je suis très heureux d’assister enfin à un de leurs shows dans un cadre plus adéquat. Le public est évidemment chaud bouillant du début à la fin, et le set est mené d’une main de maitre par Xavier, qui ne cesse de dédicacer chaque morceau aux différents groupes et personnes présentes ce soir. Le son est encore meilleur que pour Inhumate et les musiciens sont toujours aussi bluffants à regarder. Mention spéciale à Nicolas et sa frappe aussi précise que puissante.

En plus des excellents Borders, Misery ou Hide your Face, nous avons droit à une avalanche de titres de This World is Dead, parmi lesquels Born among Bastards, Pro-Lifers, Follow the Bombs, Human Oil et un final apocalyptique sur le terrible All these Dreams !

Et, à l’instar de leurs confrères d’Inhumate un peu plus tôt, les musiciens incitent le public à les rejoindre sur scène pour un rappel aussi bordélique que mémorable. Un grand moment !

***

Comme d’habitude, merci à Tout À Fond et à la Mosher Team de continuer d’organiser ce genre d’événements. Au vu de l’affluence de ce soir, cela semble toujours attirer les amateurs de ce type de musique (parfois même de très loin). Chapeau bas, et à l’année prochaine je l’espère !