Chronique Retour

Album

07/12/16 - Willow

Hot School

A Fault Confessed Is Half Redressed

LabelMarty Records
styleEasycore
formatAlbum
paysFrance
sortiejanvier 2013
La note de
Willow
0/10


Willow

PT.2 / Disque dur : Parce-que mon ordinateur est rempli d’albums que je ne connais pas, je ne m’ennuie pas. Autant vous en faire profiter (pas de notes).

Comme je vous l’ai expliqué dans la première chronique dédiée aux tréfonds de mon disque-dur et de ce dossier « Musique » beaucoup trop gros pour que j’en connaisse toutes les entrées, j’ai eu ma période fan de Pierce the Veil et d’Asking Alexandria. Bon, en vrai, je n’ai jamais été fan de ces deux groupes mais c’est pour que vous situiez un peu là où j’en étais. Comprenez bien : j’étais un jeune adolescent qui découvrait tout juste Betraying the Martyrs un peu avant la sortie du premier album, j’avais sympathisé un peu avec eux (j’avais l’impression de peser dans le Metal Game), je les avais vu à peu près mille fois en concert, donc il me fallait perpétuer dans cette lignée de groupes à mèche. Mon côté hipster ne m’ayant jamais abandonné, il m’a fallu toujours essayer d’aller chercher ce qui relevait un minimum de l’underground, et c’est ainsi que j’ai déniché Secrets dont une connaissance à moi gérait « la communication en France » (elle tenait un Skyblog qui leur était dédié), Her Demise My Rise (qui a fini par vendre sa page Facebook à un entrepreneur), et la flopée de groupes de chez Rise Records dont personne n’a jamais entendu parler (et tant mieux, vraiment). 

Une fois que tout ça s’est un peu tassé et qu’on a commencé progressivement à rire de cette vague et de tous les poncifs qui y étaient liés (oui, même pour nous ça devenait répétitif, on a juste mis du temps à s’en rendre compte), un pote à moi a eu l’excellente idée de rejoindre Hot School, au poste de guitariste. Il va sans dire que personne n’avait vraiment entendu parler de ce groupe qui revendiquait un Post-Hardcore (comme on entendait cette appellation à l’époque hein) ultra-typé tel qu’on l’adulait un an et quelques auparavant. On a commencé par se moquer gentiment du nom (ECOLE CHAUDE), puis on a quand même moins fait les malins quand ils ont teasé pour un album, signé chez un label (Marty Records, on n’en avait jamais entendu parler mais il y avait « Records » dans le nom donc c’était impressionnant). Parce-que pour être honnête, des projets de démos, d’EP, d’albums, on en avait tous eu des dizaines, mais jamais un seul ne s’était concrétisé : Hot School avait au moins le mérite d’aller au bout de ses idées. Le problème étant le suivant : comme à chaque fois que quelqu’un de mon entourage plus ou moins proche sortait un son, ça a atterri dans ma boîte mail et j’ai été prié d’en diffuser à la radio. Pour être franc avec vous, je ne me rappelle même plus si j’en ai diffusé ou pas au final, mais vu que je suis sympa j’avais quand même ajouté le groupe sur Spirit-of-Metal. Hm. 

Je crois que ce qui faisait le charme majeur des groupes de Post-Hardcore de l’époque, c’est que les gars étaient des fils à papa pleins aux as qui se prenaient pour des ricains, qui se payaient des prods dantesques et des guitares à douze SMIC et qu’on se concentrait plus sur leur son et leurs belles gueules que sur la pauvreté de leurs compositions. Le truc, c’est qu’Hot School a moyennement eu cette chance, ils n’étaient pas particulièrement belles gueules et ont eu une prod vraiment cradingue pour le genre, avec un son de batterie électronique horrible, un chant tellement mal mixé que c’en est indécent, et des compositions vraiment maladroites qui peinaient à reproduire l’aspect « hymnes » que pouvaient avoir les morceaux de leurs comparses. Il s’est avéré qu’en plus de ça le chanteur screamait hyper mal et que son chant clair était faux à un point vraiment pas permis, ce qui n’a pas aidé. Je crois que dans la bande de l’époque on s’est un peu tous désolidarisé d’Hot School à ce moment-là et que l’album n’a pas été un succès fou. Dans le doute, j’étais tout de même allé les voir en concert avec Our Theory et il s’avère que le chanteur rattrapait son incompétence vocale avec un certain charisme sur scène qui amoindrissait le carnage qu’étaient les morceaux. Ils auraient de fait peut-être gagné à rester encore quelque temps au rang de groupe de scène de MJC, et alors peut-être que le résultat final aurait été plus décent. Parce-que sans exagérer, ça m’aurait vraiment fait chier de sortir Follow Your Heart, la ballade ultra-gênante de l’album, et d’avoir à l’assumer jusqu’à la fin de mes jours. D’ailleurs pour en avoir parlé avec ce pote il n’y a pas si longtemps, je crois qu’il n’assume pas de fou. Aucune idée de ce que sont devenus les autres membres du groupe que je ne connaissais de toute façon pas, mais lui, est devenu le guitariste de Rāgarāja. Alors tout est pardonné ; Hot School transpirait juste l’opportunisme d’adultes en devenir espérant percer en surfant sur une vague qui n’était alors déjà plus qu’un souvenir. Ils étaient loin d’être les seuls sur cette affaire et certainement loin d’être les pires mais pas de chance, c’est sur eux que mon curseur est tombé. Mes oreilles et moi allons désormais pouvoir nous reposer. 

(Enfin, ils ont quand même la pire reprise ever de Part of Me et ça les gars c’est vraiment chaud. Genre encore pire que la reprise de Tik Tok par Break These Shackles qui avait au moins le mérite de ne pas être sérieuse. Enfin, je crois.)