Interviews Retour
vendredi 25 novembre 2016 - S.

Wintermoon Productions

Jacques (Xahaal)

S.

Dévoué au Black Metal

Tout amateur de Black Metal de Rhône-Alpes et même d’ailleurs connaît Wintermoon Productions, incontournable lorsqu’il s’agit d’organiser des concerts entre Lyon et Saint-Étienne. En ce début novembre 2016, l’association a rendu son dernier souffle, après de nombreuses années au service de l’underground. Afin de leur rendre un dernier hommage et saluer tout le travail effectué, nous sommes allés à leur rencontre pour connaître les raisons qui les ont poussés à mettre un terme à leurs activités, mais également pour faire un bilan de leur épopée, et bien plus encore…

 

S. : Bonjour à vous ! Merci de nous accorder cet entretien. Rentrons directement dans le vif du sujet. Quand est né Wintermoon Productions et quels étaient les objectifs de sa création ?

WP : Bonjour S. Et merci pour cet entretien. Wintermoon Productions est né en 2009, nous avions organisé un concert de manière tout à fait amateur et nous avions adoré ça. Nous avons donc créé l’association juste après ça dans le but de faire jouer des groupes intéressants à Lyon. Petit à petit notre style s’est affiné pour se concentrer principalement sur le metal extrême avec toujours l’objectif de faire jouer des groupes phares de cette scène, toujours plus ou moins underground, tout en faisant également jouer dans la mesure du possible des groupes locaux. Underground dans le sens où nous n’avons jamais eu l’intention de faire venir du Marduk ou du Behemoth, mais nous ne voulions pas non plus nous cantonner à des concerts de groupes locaux ou débutants.
Ensuite nous avons organisé le Black Arts Ceremony qui reflétait très bien l’idée qu’on se fait de l’organisation de concert avec Wintermoon Productions. Des grands noms de l’underground black metal, des groupes montants et des groupes locaux.

 

S. : Après votre dernière date (Negura Bunget / Ossific / Udyr à l’hôtel de la musique de Villeurbanne), vous avez publié un communiqué annonçant la fin de Wintermoon Productions. Qu’est-ce qui vous a poussé à jeter l’éponge ?

WP : La principale raison est malheureusement financière. Après la dernière édition du Black Arts Ceremony nous avons perdu énormément d’argent d’un coup. Un prêt avait été fait au nom personnel du président (les prêts associatifs n’étant pas pensables, et nous ne recevions aucune subvention) nous avons décidé de continuer dans le but d’essayer de rembourser cette dette énorme. Mais après avoir continué à perdre sur quelques dates en 2016 nous avons décidé de tout stopper. Il n’était plus possible de prendre le risque de creuser encore plus le déficit d’autant que cela impacte directement la vie des membres du bureau qui payent de leur poche tous les mois depuis déjà un an.
La motivation est toujours là mais nous n’avons plus la possibilité de continuer. Hors de question d’en arriver à ne plus pouvoir payer les groupes par exemple. L’accueil et la qualité des contacts que nous entretenons avec les groupes est important pour nous, plus que de continuer à proposer des concerts sur Lyon que nous ne serions pas en mesure d’assurer.
C’est également un constat général de notre part qui a également précipité cette décision. L’affluence aux concerts que nous proposons ne fait que baisser de plus en plus. Seuls quelques réels passionnés étaient toujours présents à nos dates mais au bout d’un moment il n’était plus possible de faire venir des affiches comme les nôtres pour 50 personnes…

 

Pseudogod - Prestation à Saint-Étienne (20/03/2014)

 

S. : Combien d’événements avez-vous organisé ? Uniquement des concerts ou d’autres types de manifestations ?

WP : Nous avons organisé environ une cinquantaine d’événements en comptant les tournées que nous avons organisées pour Cirith Gorgor, Hetroertzen et Acherontas. L’année 2012 a été particulièrement plate également en termes de concerts. Mais nous n’avons organisé que des concerts par contre oui.

 

S. : Combien de membres comptait l’asso ? Est-ce qu’il y a eu du roulement ou le staff est resté stable ? Peux-tu nous présenter les principaux acteurs de Wintermoon et leurs rôles respectifs ?

WP : Le staff a un peu bougé concernant les membres du bureau depuis le début. Mais au final nous sommes 4 membres actifs et présents depuis le début. Jacques qui est le président et qui s’occupe de toute la partie booking et contact avec les groupes, Quentin qui a fait tous nos flyers et s’est occupé de la com’, Michael et Felix qui ont géré toutes les parties techniques et sons. Nathaniel nous a ensuite rejoint pour s’occuper du Black Arts Ceremony avec nous, il voulait faire un fest, nous aussi, de là est né le Black Arts Ceremony. Puis Deborah s’est occupée de la comptabilité ces dernières années.
Ensuite nous avons un grand nombre de bénévoles qui se sont succédés tout au long de l’aventure, les citer serait trop long mais nous ne les remercierons jamais assez pour la passion qu’ils ont su partager avec nous.

 

S. : Quelles ont été vos plus grosses réussites en termes d’affluence ?

WP : La plus grosse affluence que nous avons eue était au Black Arts Ceremony III avec HORNA, BEHEXEN, FEN, TEMPLE OF BAAL, MALHKEBRE, KULT, DUX et DEATHROW. 350 personnes avaient répondu présent pour cet évènement.

 

Horna - Prestation au Black Arts Ceremony III (4/10/2014)

 

S. : A l’inverse, quels ont été vos plus gros bides ?

WP : On se souvient des affiches comme SARGEIST, NIGHTBRINGER, PSEUDOGOD et IRKALIAN ORACLE qui n’avaient ramené que 70 personnes, la même chose pour ASCENSION, BÖLZER, VASSAFOR et DYSANGELIUM. Mais le plus gros bide était bien évidement le Black Arts Ceremony IV avec DESTROYER 666, DEAD CONGREGATION, THRONE OF KATARSIS, BAPTISM, HETROERTZEN, MERRIMACK, FIDES INVERSA, BORGNE, SEKTARISM, CAÏNAN DAWN, MAÏEUTISTE et SHADDAÏ. Sur deux jours où nous n’avons jamais eu plus de 200 personnes par jour… C’est clairement le bide le plus violent que nous ayons eu à surmonter. D’ailleurs nous ne l’avons pas surmonté.

 

S. : Quel restera votre plus beau souvenir de toutes ces années ? Que ce soit au niveau de groupes que vous avez pu faire jouer, d’ambiance, ou autre ?

WP : C’est difficile à dire. Quand on organise une date c’est pour faire jouer et voir des groupes qu’on aime et qu’on veut vivre en live. Mais au final on n’a jamais le temps d’en profiter pleinement… Mes meilleurs souvenirs restent la date pour Inquisition, celle avec Wormlust et le Black Arts Ceremony III. Mais les tournées resteront toujours les meilleurs souvenirs, là tu as vraiment le temps de partager quelque chose avec les groupes et les lives prennent une toute autre dimension !

 

S. : Y a-t-il eu des groupes que vous avez regretté d’avoir fait jouer ? Sans forcément citer de nom, pourquoi ?

WP : Oui il y en a forcément. Nous avons eu de gros problèmes avec un groupe de première partie une fois, ça a failli partir en baston sur scène entre groupe et orga, il a fallu convaincre la tête d’affiche de jouer quand même malgré tout, s’en est même suivi quelques menaces par mail. Mais ce n’est arrivé qu’une seule fois et avec une première partie. Jamais avec une tête d’affiche. Du moins à ce niveau-là, parce qu’il s’il y a bien un groupe que je peux dire regretter d’avoir faire venir et que je peux citer c’est bien Deströyer 666… Le niveau d’irrespect de leur leader est assez élevé il faut bien le dire. Il a réussi à se faire détester d’à peu près tous les groupes et les membres de l’orga à une vitesse assez impressionnante… Mais je ne vois pas d’autres problèmes, les gens sont en général très respectueux et très sympathiques.

 

S. : Avez-vous quelques anecdotes sympas à nous raconter ?

WP: Certainement beaucoup… Comme les concours de citations du Roi Heenok avec Sombres Forêts, le test des escargots de Behexen au restaurant ou encore les innombrables délires alcooliques de Throne of Katarsis… Tout cela est bien trop long à raconter et ces moments sont surtout bien trop nombreux pour se souvenir de tout. Mais une chose est sûre, même si nous avons connu quelques petites galères, ce fut une aventure absolument merveilleuse !

 

 

Behexen / Throne of Katarsis (Black Arts Ceremony III / IV)

 

S. : Pour celles et ceux qui ne connaissent pas trop les organisateurs locaux de concert, quelles associations rhônalpines pourront reprendre le flambeau pour l’organisation de dates de BM UG, ou tout du moins, celles que vous soutenez dans leur démarche ?

WP : Dans la région des assos commencent à voir le jour qui ont tout notre soutien. Comme par exemple Mormegil, Ytormis, Exécution Publique, Helveg Prod, Forever Fipping Fast, Under Black Horizons… Et je suis absolument certains d’en oublier… Ne m’en voulez pas je ne peux pas me souvenir de tout… Après il y a les plus gros acteurs comme Rising Moon et le Ragnard Rock Festival et Sounds Like Hell qui de temps en temps proposent quelques bonnes dates extrêmes.

 

S. : Pour avoir vécu ça de l’intérieur, quelle est votre vision des concerts actuels, sur le plan du public, des salles, des groupes, etc ?

WP : Actuellement il est difficile d’organiser des concerts underground pour beaucoup de raisons. Mais la principale selon moi est l’émergence récente de nombreux festivals spécialisés. Il y a un nombre incalculable de festivals qui se créent tous les ans, au final les gens à force de voir pleins de groupes à la fois ne font plus l’effort de venir voir des concerts simples en salle. Forcément ils ont déjà tout vu en festival. C’est difficile de proposer des affiches variées maintenant car les gens dans le milieu black metal UG se déplacent beaucoup pour aller voir leurs groupes favoris, quand ils tournent enfin dans la région, la plupart des gens les ont déjà vu en festival ce qui est positif vis-à-vis de l’attitude passionnée du public BM, mais difficile pour la survie des orgas de taille moyenne.
À Lyon, le problème est d’autant plus difficile que nous n’avons pas de salle de taille moyenne. Soit la salle est très petite, soit tout de suite grande. Au milieu il existe quelques structures mais, soit elles sont fermées au black metal, soit elles ne sont là que pour l’argent et donc choisissent seulement les affiches qui vont remplir leur salle. Nous organisions donc la plupart de nos dates à Saint-Étienne où l’excellente salle de la Clé de Voûte nous ouvrait volontiers ses portes. Mais le public un peu moins spécialisé ne va pas jusqu’à Saint-Étienne par contre… Trop loin… Ce qui fait qu’il nous est arrivé d’avoir plus de public de Nice ou de Franche-Comté que de Lyonnais à certaines dates…
Ce manque de salles de concert de taille moyenne, et surtout réellement ouvertes à tous, est vraiment un gros problème à Lyon depuis la mort du Lyon’s Hall… Le public a perdu en motivation car les dates sont toujours un peu loin, et au final nous avions toujours les mêmes personnes aux concerts.
Je pense qu’il est un peu plus difficile aujourd’hui qu’avant d’organiser des concerts, le choix des festivals est énorme et surtout les groupes qui y jouent sont bien souvent les même qui tournent ensuite. J’ai l’impression que la scène souffre d’une surcharge d’activité actuellement. Disons que c’est un bien pour un mal…

 

Sargeist - Prestation à Saint-Etienne (20/03/2014)

 

S. : Est-ce que vous arrêtez complètement votre implication dans l'organisation de concerts, ou pourra-t-on vous trouver dans des coulisses quelque part ailleurs ?

WP : La motivation est toujours présente et nous nous entendons bien avec la plupart des assos présentes dans la région, donc nous serons toujours là pour filer des coups de main ! Nous avons également monté un label en marge de l’association cette année, Egregor Records qui a déjà une première signature (DYSYLUMN) et une distro spécialisée dans l’occulte assez fournie. Il n’est pas impossible que quelques dates à caractère plus privé voient le jour via cette structure. Mais Wintermoon Productions est bel et bien mort et bientôt enterré.

 

S. : Quel message souhaiteriez-vous passer à tous ceux qui ont pu participer aux événements de Wintermoon Productions ?

WP : Je ne veux pas remercier les gens qui ont participé à nos évènements pour leur présence à nos dates. Ce serait nous donner une importance que nous n’avons pas, et que pas mal d’assos se donnent toute seule d’ailleurs… Si les gens se déplacent ce n’est pas pour nous mais pour les groupes présents sur les différentes affiches proposées. Donc la seule chose qu’il nous reste à faire c’est de dire un immense MERCI à tous les vrais passionnés qui font vivre leur scène, qui viennent aux concerts, qui achètent des sorties physiques et qui n’hésitent pas à se déplacer de loin pour un évènement. À tous ceux-ci, au nom de tous les groupes que nous avons fait jouer et au nom de toutes les assos, merci du fond du cœur. Rien ne peut exister sans passion, et nous sommes fiers d’avoir partagé la nôtre avec vous toutes ces années !

 

S. : Merci pour cet échange, on vous laisse le traditionnel mot de la fin.

WP : Merci à toi pour cet entretien et cette petite rétrospection. Il ne nous reste qu’à donner notre soutien moral et physique aux autres associations lyonnaises et rhônalpines en général. Que la scène vive !

 

Pour revivre une partie des dates assurées par Wintermoon Productions, nous vous proposons de vous replonger dans quelques live-reports de Horns Up :
20/03/2014 : Sargeist + Pseudogod + Nightbringer (St-Etienne)
16/04/2014 : Negura Bunget + Maïeutiste + Grimegod (St-Etienne)
4/10/2014 : Black Arts Ceremony III Behexen + Horna ..etc (Lyon)
29/11/2014 : Hell Militia + Kill + Ater Era + Helegion (St-Etienne)
17/01/2015 : Acherontas + Noctem Cursis + Udyr (Lyon)
25/02/2015 : Ascension + Bölzer + Vassafor + Dysangelium (St-Etienne)
05/05/2015 : Horna + Fides Inversa + Tortorum + Deathrow (Saint-Etienne)
16-17/10/2015 : Black Arts Ceremony IV - Jour 1 & Jour 2 (Lyon)
7/09/2016 : Acherontas + Sinmara + Slidhr + Shrine of Insanabilis (Saint-Etienne)