Chronique Retour

Album

19/12/16 - ZSK

Revocation

Great Is Our Sin

LabelMetal Blade Records
styleThrash/Death technique
formatAlbum
paysUSA
sortiejuillet 2016
La note de
ZSK
7/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Revoilà, « encore » aurait-on envie de dire, les Américains de Revocation qui pourtant, peuvent se targuer d’avoir fait un sans-faute depuis leur formation en 2006 (et même six ans auparavant alors que le groupe s’appelait encore Cryptic Warning). Certes, et même si c’est avant tout mon ressentiment personnel, Existence Is Futile (2009) était peut-être légèrement fade et Chaos Of Forms (2011) jouissait de petites expérimentations pas toujours heureuses. Et au final, leur meilleur album restera pour moi et probablement à jamais Empire Of The Obscene, leur premier album datant de 2008, sorti à l’époque en autoproduction, et qui a pourtant permis au groupe se faire vite repérer à une époque où Bandcamp ne dominait pas encore l’autoprod en ligne et où les grands webzines n’étaient pas encore capables de révéler des « Next Big Thing » en un petit paragraphe d’un article. Mais Revocation est toujours là, enchaîne et sort avec Great Is Our Sin son 6ème full-length en 10 ans, ce qui est relativement remarquable. Et celui-ci succède à Revocation et Deathless, sortis en deux ans à peine (2013 et 2014), qui à défaut de montrer un Revocation qui se renouvelle le montrait en pleine forme. Le succès et la productivité du groupe semblent même en agacer certains, j’ai déjà vu de véritables « haters » francophones du groupe pulluler dans certains commentaires. Revocation est encore là, et vient de nouveau balancer 10 nouvelles compositions de son Thrash/Death technique à qui veut.

Si Deathless paraissait plus aéré par moments, Great Is Our Sin va être un peu plus brut et efficace dans l’ensemble. Certes, le groupe ne va pas revenir aux assauts incessants dont il pouvait faire preuve au début de sa carrière, mélodies et tempos plus soutenus restant présents en masse. Il y a déjà tout Revocation dans un morceau comme "Arbiters of the Apocalypse". Le gros son de Deathless est toujours là, même s’il est légèrement plus abrasif peut-être, le tempo de départ est lourd sans être lent avant que des accélérations ne dynamisent le tout, le chant oscille entre agression et envolées à la James Hetfield, et bien sûr riffs comme patterns de batterie sont toujours aussi percutants, avec un bon équilibre entre sonorités Thrash et Death. Et on n’oublie bien évidemment pas le solo léché de rigueur, en plus des quelques petites incursions de leads ou de mélodies ici et là. Il n’y aura donc aucune surprise au sein des 48 minutes de Great Is Our Sin, nous avons ici affaire à un nouvel album de Revocation, ni plus ni moins. Les Motörhead ou Amon Amarth du Thrash/Death technique ? Peut-être, ce qui est à la fois une bonne et une mauvaise idée. On se délecte toujours autant du touché des 4 américains mais l’impression de déjà-entendu reste présente, et du moment qu’on connaît leur son et leurs petites habitudes, on fait vite le tour de ce 6ème album.

On s’arrêtera comme d’habitude sur les moments les plus énergiques, percutants voire rentre-dedans ("Monolithic Ignorance", les super riffs d’entrée de "Crumbling Imperium", le virevoltant "Communion", le rapide et efficace "Copernican Heresy", la reprise bien mordante de "Altar of Sacrifice" de Slayer en bout de course). Mais Great Is Our Sin se distingue aussi par quelques moments plus gras ("Theatre of Horror", "Monolithic Ignorance", le plus sombre "Profanum Vulgus", l’excellent et chaloupé "Only the Spineless Survive"), et Revocation passe aussi à quelques occasions dans le domaine progressif ("Crumbling Imperium", le très varié et travaillé "Profanum Vulgus", le final plus mélodique "Cleaving Giants of Ice", mais aussi l’instrumental "The Exaltation" où le guitariste soliste s’en donne à cœur joie). Sans véritable tube malgré des moments très croustillants, ni morceau vraiment faible même si "Theatre of Horror" est un peu mou et que "Cleaving Giants of Ice" est un peu pompeux, Great Is Our Sin déroule donc de nouvelles compos de Revocation, sans vrai plus notable. Si on peut constater que le groupe ne progresse pas vraiment (jusqu’au niveau du chant clair toujours un peu limite, cf. "Monolithic Ignorance" et "Cleaving Giants of Ice"), c’est tout de même suffisant pour faire de Great Is Our Sin un album relativement bon. Le quatuor américain ne faiblit pas bien qu’il tourne en rond, et si vous aimiez les précédents, vous aimeriez aussi celui-ci, il y a tout ce qui fait le charme de Revocation et c’est ça de pris, même si on aimerait que le groupe ait peut-être un peu plus d’ambition que de balancer à nouveau son Thrash/Death technique incisif. Pas le meilleur disque de la formation (je lui préfère Deathless dans l’absolu), pas révolutionnaire pour un sou, mais Revocation apparaît toujours en bonne forme et c’est l’essentiel, en attendant qu’un jour ils évoluent vraiment où parviennent à égaler le génial Empire Of The Obscene. Pour le prochain on espère, sinon la lassitude finira par l’emporter…

 

Tracklist de Great Is Our Sin :

1. Arbiters of the Apocalypse (4:20)
2. Theatre of Horror (4:33)
3. Monolithic Ignorance (4:33)
4. Crumbling Imperium (5:24)
5. Communion (4:45)
6. The Exaltation (3:40)
7. Profanum Vulgus (5:27)
8. Copernican Heresy (3:44)
9. Only the Spineless Survive (4:19)
10. Cleaving Giants of Ice (4:22)
11. Altar of Sacrifice (Slayer cover) (2:46)

 

Les autres chroniques

Album

août 2013 U-Zine

Revocation

s/t