Interviews Retour
dimanche 23 octobre 2016 - Pamalach

PROJECT BLACK PANTERA

Charles, Chaene, Rodrigo

Pamalach

"Les vrais savent, les vrais font".

Après la chronique de leur premier album (mais avant que Tracks ne leur consacre un sujet) HORNS UP avait interviewé PROJECT BLACK PANTERA juste aprés leur passage au Trianon à Paris. Rencontre donc avec le trio Brésilien qui a bien l'intention de continuer à charbonner sévère pour progresser. Parana !

Salut PROJECT BLACK PANTERA ! Est ce que vous pouvez vous présenter aux lecteurs d'HORNS UP ?

PBP : Salut Horns Up (NDLR : En français dans l'original...). Nous sommes PROJECT BLACK PANTERA d'UBERADA au Brésil et nous nous appelons respectivement Charles, Chaene et Rodrigo.

J'ai découvert votre groupe au concert de l'Afropunk Festival à Paris. Comment avez vous été contacté pour y participer ? Est ce que ce sont les organisateurs qui vous y ont convié ? Comment vous êtes vous organisés pour venir ?

PBP : Nous avons toujours essayé d'assurer notre promo par nos propres moyens. Nous avons réussi à être présents sur la page d'Afropunk US ce qui à conduit à ce qu'un grand nombre de personnes de différents pays en viennent à écouter notre musique. Des commentaires positifs en ont découlé et du coup le festival nous a invité. Alors pour bien nous préparer, nous avons essayé de multiplier les shows au Brésil.

C'est déjà la deuxième édition de l'Afropunk à Paris et jusqu’à présent vous avez été le premier groupe vraiment Metal à y jouer. J'imagine que cela a du vous faire plaisir ?

PBP : Bien sûr ! C'était à la fois un honneur et un véritable plaisir de faire découvrir notre musique au public de l'Afropunk.

Comment était le concert et que pensez vous de l'Afropunk festival ?

PBP : C'était vraiment gratifiant de fouler cette scène ! Nous étions animés d'un bon esprit et quand nous avons ouvert le festival le samedi, le public a répondu de manière très positive. Je pense que ce concert restera gravé dans nos mémoires jusqu’à la fin de nos jours.
Ensuite pour ce qui est du festival, nous l'avons toujours suivi depuis ses débuts aux États-Unis. Nous sommes honorés d'avoir pu prendre part à quelque chose d'aussi grand et adhérons totalement à son état d'esprit militant, basé autour de l'égalité des droits.

Vous avez profité de votre périple en France pour jouer des concerts à Antibes et à Bordeaux. Sur les photos que vous avez publié dans la foulée, vous sembliez vraiment heureux de profiter de votre séjour en France. C'est la première fois que vous jouiez à l'extérieur du Brésil ?

PBP : Oui, c'était la première fois que nous jouions dans un autre pays que le Brésil. Tu sais, le groupe à tout juste deux ans alors jouer dans des villes comme Antibes, Bordeaux et Paris c'est vraiment formidable ! Maintenant que nous y avons goûté, nous avons envie de nous produire dans d'autres endroits et nous allons travailler dur pour cela.

A ce propos, connaissez vous des groupes de Metal Français ?

PBP : Oui nous connaissons et apprécions GOJIRA. A Antibes nous avons joué avec FERAL STATE et AFTER CHAOS PROJECT, deux bons groupes du Sud composés de gens très sympas et passionnés ! J’admets quand même que j'ai besoin d'étoffer ma culture des groupes de Metal Français.

PROJECT BLACK PANTERA est un power trio. Quels sont les avantages et les inconvénients à jouer dans cette configuration ?

PBP : Au niveau des avantages nous sommes faciles à transporter et pouvons nous caser dans n'importe quel genre de voiture (rires). Au niveau des inconvénients, bah j'en vois pas trop en fait.

Chaene, le bassiste, a un jeu assez aventureux où il joue pas mal de plans différents de la guitare. A certains moments, j'ai même pensé à Cliff Burton. Fait-il partie de ses influences ?

Chaene : Merci beaucoup ! J'adore Cliff Burton qui fait depuis longtemps partie de mes influences. J'aime aussi beaucoup Lemmy, Flea, Tim Commerford (RATM) Fieldy (Korn), Robert Trujillo (surtout dans Suicidal Tendencies et Infectious Grooves) et bien sûr quelques champions brésiliens comme Charlie Brown Jr. Lauro Farias ("O Rappa") et pleins d'autres putains de bons bassistes. J'essaye d'absorber un peu de tout ça pour l'apporter ensuite dans le groove de PBP. Comme j'aime que cela sonne bien heavy et que le groove basse/batterie fonctionne, en jouant des plans différents de la guitare, je trouve que cela rend mieux !

Le Metal brésilien est plutôt populaire en France et ce, depuis des années. Bien sûr je fais référenceautantà SEPULTURA, ANGRA, RATOS DE PORAO, SARCOFAGO, KRISIUN mais également TORNADO ou WHIPSTRIKER que j'adore... et pour ne citer qu'eux bien sur ! Comment expliques-tu que vous ayez engendré autant de bons groupes au Brésil ?

PBP : C'est vrai que le Brésil à enfanté un bon nombre de bons groupes de Metal aux styles très différents. C'est un univers riche, varié et qui semble se bonifier avec le temps. Chez nous, d'Uberada, nous vous conseillons DEKAPTO (des potes à nous) et UGANGA (qui à déjà tourné en Europe) et PROJECT 46. Ces groupes tuent.

Quels sont les groupes qui vous ont plus particulièrement marqué ?

PBP : Nous pensons que beaucoup de groupes nous ont influencé autant par leur musique que par leur attitude. RATM, Bad Brains, Metallica, Pantera, Sepultura, Infectious Grooves, Maximum The Hormone, Chevelle, Deftones... je pense que cela doit être les principaux (rires)

Pourquoi votre batteur Pancho porte-t-il un masque ?

Pancho : Tout à commencé le jour où j'ai vu ce masque dans un magasin. Je l'ai mis au départ pour voir ce que cela donnait et faire par la mème occasion une blague. Mais le temps passant, cela agissait comme une sorte de masque de combat qui me faisait entrer dans la peau de quelqu'un d'autre, un BLACK PANTERA SOLDIER en quelque sorte.

Pourquoi avoir choisi ce nom, PROJECT BLACK PANTERA ?

PBP : Cela fait évidement référence aux Black Panthers, le mouvement des années 60 le plus radical au niveau de la défense contre les préjugés raciaux aux États-Unis.

Beaucoup de groupes ayant un jour joué au Brésil disent que c'est un public particulièrement chaud bouillant. Êtes vous d'accord avec ça ?

PBP : Bien sur que nous sommes d'accord (rires). Il y a toujours beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. Tout le monde saute, gueule et bouge ! Ce que disent les groupes dont tu parles est vrai et si ils disent tous pareil c'est bien que cela doit être vrai non ? (rires)

Est ce que vous avez lu la biographie de votre compatriote brésilien Max Cavalera "My Bloody Roots" ?

PBP : Oui bien sûr ! Max est une source d'inspiration pour nous. Avec Sepultura, ils sont partis de rien et ont montré au monde entier quel était leur Metal et leur musique. J'ai vraiment trouvé ça énorme et excellent de voir tout ce qu'ont pu traverser Max et le groupe. Uberada est assez proche de Belo Horizonte et du coup, cela nous encourage car c'est dur de percer à côté des groupes qui viennent de Sao Paulo ou Rio de Janeiro, des villes beaucoup plus grandes et connues. Et quoi qu'il en soit, Max est désormais une légende du Metal et le monde entier le connait !

Est ce que vous avez un dernier mot pour les lecteurs d'Horns Up ?

PBP : Nous remercions tous ceux qui nous ont lu et qui ont été écouté notre son, croyez bien que lorsque nous reviendrons, nous ferons en sorte d'assurer pour honorer le fait que vous avez fait un pas vers nous ! Nous vous envoyions à tous des gros "hugs" et des accolades tout en vous donnant rendez vous la prochaine fois... avec plein de distorsion et de gros son !