Live reports Retour
mercredi 28 septembre 2016

Nasty @ Toulouse

Le Métronum - Toulouse

Shawn

Anciennement responsable du webzine U-zine.org. Actuellement chroniqueur éclectique et live reporter basé à Toulouse.

La saison des concerts est définitivement ouverte ! Après Destruction samedi, Kyle Gass Band mardi, direction le Metronum de Toulouse pour THE date hardcore badass. Le Taste The Anarchy Tour, véritable concentré de puissance, s’invite donc dans la Ville Rose. Un plateau de haut vol avec notamment Nasty, Aversions Crown ou Malevolence. Du ghetto, du lourd, du qui pèse dans le game, de la patate de forain en prévision. Malgré cette qualité de programmation, le public n’a pas répondu en nombre. La faute probablement à une avalanche de concerts en cette fin septembre, le public devant malheureusement faire des choix. C’est ainsi que le concert s’est retrouvé transféré dans la Music Box du Métronum, salle plus intimiste que la grande salle. Un lieu à l’espace clairement plus réduit, à la scène moins haute : une décision légitime et judicieuse au vu de l’affluence ! On regrettera en revanche l’annulation de Varials, groupe initialement annoncé sur cette tournée, et qui ne sera finalement pas remplacé. Place donc à une soirée en 4 actes. 

VITJA

Place donc à Vitja. Le groupe allemand est encore tout jeune puisque formé en 2013 mais déjà auteur d’un album (Echoes, 2013) et d’un EP (Votre Uni, 2015). Le quartet, bien que très motivé, semblera souffrir de sa jeunesse : un son pas forcément très original dans un style déjà très saturé. En effet, depuis quelques années, les groupes mêlant metalcore et djent se sont multipliés à vitesse grand V là ou Volumes et Veil of Maya dominent. Cependant, malgré un set pas exceptionnel, c’est surtout David Beule, le vocaliste de la formation que l’on retiendra, vivant totalement sa musique, chantant en partie accroupi au bord de la scène. 

MALEVOLENCE

Après un Vitja et son set en demi-teinte, place au rouleau compresseur Malevolence. Deadly Rhythm, l’asso en charge de l’organisation avait lancé un sondage sur l’évènement Facebook à propos du groupe le plus attendu de la soirée et c’est bien la formation de Sheffield qui était arrivée en tête. Et pour cause, son style, entre metal, sludge et hardcore, ratisse large.Troisième passage pour Malevolence sur Toulouse en 3 ans, et à chaque fois le quintet marque des points. Et effectivement, quelques secondes suffisent pour voir que la formation est attendue. Le public ne se fait pas prier et le moshpit se forme à grands coups de pied et de poing. Car là est toute la force de Malevolence : riffs venant du stoner, vocaux hardcore, basse ultra groovy et break beatdown, la recette parfaite pour enchaîner les passages two-step, circle pit et les grosses maraves down-tempo. Le seul reproche de leur prestation : sa durée. Trente petites minutes à peine, l’excellence a un prix. Vivement un second album, nul doute que Malevolence deviendra grand, très grand !

Setlist Malevolence (de mémoire) :
Delusions of Fear
Condemned To Misery
Eternal Torment
Reign of Suffering
In The Face of Death
Serpent's Chokehold

 

AVERSION CROWN

Troisième groupe et troisième style : place à Aversions Crown et son deathcore.  A la tête de deux albums, Servitude et Tyrant, le formation australienne a posé les bases de son style : un deathcore percutant, technique et souvent plus sombre que leurs compères de Job For a Cowboy ou Carnifex. Le point fort incontestable du groupe : son monstrueux batteur, enquillant les roulements et les passages à la double pédale avec une facilité déconcertante. Sans surprise, dans le pit, c’est tout de suite moins le bordel, le genre se prêtant plus au pogo qu’au mosh. Cependant, les quelques gros passages down-tempo avec renfort d’infrabasse cogneront là où ça fait mal ! Prestation percutante, à n’en point douter.

 

NASTY

Dégagez le passage, Nasty entre en scène. Un concert de Nasty, c’est toujours un peu le même rituel, les mecs entrent en scène sur du rap des familles, l’air de s’en battre les couilles. Ouais, mais dès le premier riff de Rockets With A Message, tu sens au fond de toi que les choses sérieuses ont commencé. Les Wallons n’ont pas pour habitude de faire dans la finesse, et le public le sait pertinemment. Quand tu check le Facebook des groupes et que tu comprends que les types sont allés à la salle de muscu dans l’après-midi au lieu de faire leurs balances, tu sais que ça sera suintant ! On l’avait aussi vu venir avec l’excellent clip de At War With Love, bas du front ultime mais tellement jouissif. Du coup, sans surprise mais avec délectation, sur scène comme dans le pit, le bordel est ultime : side-to-side, sing-along avec le public, du guest sur scène, du pied-bouche et des grosses mandales. Matthi, aux commandes, nous régale encore une fois de son impressionnante aura scénique, vivant sa musique via des chorégraphies de son cru. Une fois de plus Nasty a tout retourné sur son passage. A voir et revoir sans modération !

Setlist Nasty :
Rockets With A Message
Fire
At War With Love
No
Look at Me and Fuck You
Slaves To Rich
My Brain Went Terribly Wrong
Scheisse
Lying When They Love Us
Shokka
Phoenix
As the Blood Runs Cold
Chaos
Fire on the People
Rebel With A Cause
Zero Tolerance

 

Merci donc à Deadly Rhythm, à Wilo et à Emilie pour le concert, depuis le temps que j'attendais de revoir Nasty et Malevolence, j'ai été comblé ! Du love aux copains du pit et des bisoux aux photographes planqués derrière le bar !
Photos