Chronique Retour

Album

08/08/16 - ZSK

Illdisposed

Grey Sky Over Black Town

LabelMassacre Records
styleDeath Metal groovy
formatAlbum
paysDanemark
sortiemai 2016
La note de
ZSK
6.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Tous les deux ans maintenant, le Subwoofer (seul membre fondateur encore présent d’ailleurs) est de retour avec sa bande danoise. Mais il ne faudrait pas que la productivité assez élevée d’Illdisposed depuis The Prestige (2008) se transforme en routine. Heureusement, le groupe apparaît toujours en bonne forme ces dernières années, et même s’il n’a pas sorti de nouvel album référence depuis belle lurette, continue son petit bonhomme de chemin avec son Death groovy et mélodique efficace et appréciable. Sense The Darkness (2012) et With The Lost Souls On Our Side (2014) en valaient donc largement la peine, même si avant tout Illdisposed y fait du Illdisposed, sans grand chichis mais toujours avec ce doigté danois qui fait mouche, et la voix du Subwoofer bien évidemment. Cependant on demeure quand même un cran en-dessous des tubes de The Prestige comme "Weak Is Your God" et "Like Cancer", et des oripeaux électro réussis de There Is Light (But It’s Not For Me) (2011), pour moi le dernier « excellent » album d’Illdisposed et peut-être un de leurs meilleurs efforts d’ailleurs. D’aucuns trouveront que leur meilleure période restera à jamais celle de Submit (1995) et There’s Something Rotten… In The State Of Denmark (1997), mais on ne peut que saluer la longévité d’Illdisposed qui a su rester lui-même, jonglant entre ses différentes facettes avec brio. 25 années au compteur tout de même, célébrées par un 12ème album, Grey Sky Over Black Town (13ème si on compte l’album de reprises Retro, mais n’est-ce pas porte-poisse ?).

De toute façon il arrivera bien un moment où Illdisposed s’essoufflera, quitte à repartir plus fort ensuite. Et je brise la glace maintenant (même si de toute façon vous avez déjà vu la note…), oui les danois ont ici sorti leur premier album « moyen » depuis belle lurette (pour ma part leur dernier album bofissime était Kokaiinum, tout de même sorti il y a 15 ans…). On ne peut pas reprocher à Illdisposed de rester lui-même en toutes circonstances, mais Grey Sky Over Black Town respire quand même le manque de conviction et d’inspiration. On pouvait s’attendre à un nouvel album « électro » à la Burn Me Wicked ou There Is Light (But It’s Not For Me) selon la logique de carrière du groupe, mais non, il a choisi de pondre un nouvel album « classique », dans la lignée de Sense The Darkness et With The Lost Souls On Our Side. Trois albums similaires de rang, cela fait un peu réchauffé… Et donc tout Illdisposed est là : le groove est groovy, les mélodies sont mélodiques, le Suwboofer subwoofe, emballez c’est pesé. Après tout, ce n’est pas réellement un problème si on aime le style que le groupe égrène depuis plus de 10 ans (entre quelques surprises). Mais alors que les deux précédents albums avaient reçu un accueil mitigé chez certains fans, seront-ils prêts à encaisser une nouvelle offrande sans aucune surprise ? Grey Sky Over Black Town est un « nouvel album d’Illdisposed », sans plus.

On oscille donc à nouveau entre compositions très mélodiques ("Again", "I Tried to Live", "My Flesh Is Sealed", "You’re An Angel of the Light", "Setting Sail", "I’m Not One", "From the Rain", "This Is the Ride") et bien sûr la lourdeur groovy qui a toujours caractérisé la formation ("Your Darkest Son", "In Light of the Moon", "I Tried to Live", "The After All", "I’ve Been On My Own"). Une recette qui pourrait être suffisante pour Illdisposed mais le groupe semble en petite forme et livre, tout simplement, des morceaux assez anecdotiques ("I Tried to Live"), lents et patauds ("Your Darkest Son", "The After All") voire assez chiants ("You’re An Angel of the Light", "Setting Sail"), ou peu convaincants malgré les efforts consentis ("In Light of the Moon"). Ce n’est pas reluisant pour un Grey Sky Over Black Town qui, tout simplement, est bien inférieur à Sense The Darkness et With The Lost Souls On Our Side. Aucun tube pour cet album de 57 minutes pour 13 morceaux (bonus du digipack compris), c’est bien maigre mais la révolte gronde tout de même à certains endroits, lorsque Illdisposed se remet à injecter du gros death et à accélérer la cadence, pour mettre un petit surplus d’agressivité ici et là et pour nous faire headbanguer un peu ("In Light of the Moon", "My Flesh Is Sealed", "Setting Sail", "I’m Not One", "From the Rain"), et il est d’ailleurs étonnant de constater que les morceaux qui se distinguent le plus sur ce point sont… les 3 bonus tracks, plutôt bons ! "I’ve Been On My Own" décape bien après un départ poussif, "It’s Almost Night" est bien équilibré, et "This Is the Ride" s’offre un super final. Si vous êtes fans d’Illdisposed quoi qu'il leur arrive, il faudra investir dans le digipack, c’est une certitude.

Et il ne faut pas non plus oublier le Subwoofer, qui est toujours l’attraction principale de la formation danoise, et il parvient même à tirer vers le haut Grey Sky Over Black Town grâce à sa voix toujours aussi rauque, un peu plus grasse qu’à l’accoutumée d’ailleurs (la prod est d’ailleurs un peu plus râpeuse dans l’ensemble), on retrouve toutes les qualités de Bo Summer dès "Again", et sa voix éraillé fait encore mouche pour le refrain de "Your Darkest Son", pour le reste il n’y a rien à redire. Avouons aussi que Grey Sky Over Black Town a pour lui un aspect global assez sombre, mis en valeur par la pochette d’ailleurs, presque un album assez « triste » qui se distingue par moments par des passages et mélodies très dark ("In Light of the Moon", "The After All", le blackisant "From the Rain" aux contrastes intéressants). Mais bon, Sense The Darkness était lui aussi un album relativement sombre mais était autrement plus efficace et mémorable. Sans originalité (jusqu’à l’habituel sample en danois que l’on retrouve au début de "Setting Sail"), Illdisposed livre ici un album un peu décevant, pas catastrophique certes (suffit de se remémorer le dernier Panzerchrist pour relativiser), sauvé par la classe du Subwoofer et par quelques fulgurances (tranchantes ou plus sinistres) ainsi que ses bonus, mais ce qui semble sûr c’est que c’est le moins bon Illdisposed depuis un moment. Le groove doit être entraînant, ici il est souvent poussif, et c’est ainsi que les danois tapent un peu à côté. Voilà donc une petite faiblesse dans le parcours presque sans aucune faute (à voir selon les goûts de chacun) d’Illdisposed, mais je ne doute pas qu’ils sauront sortir de leur routine et rebondir par la suite. Sinon on se rabattra sur At The Grave

 

Tracklist de Grey Sky Over Black Town :

1. Again (3:56)
2. Your Darkest Son (4:24)
3. In Light of the Moon (4:24)
4. I Tried to Live (5:01)
5. The After All (3:48)
6. My Flesh Is Sealed (4:35)
7. You're an Angel of the Light (4:23)
8. Setting Sail (4:04)
9. I'm Not One (4:21)
10. From the Rain (4:14)
11. I've Been on My Own (Bonus) (5:29)
12. It's Almost Night (Bonus) (4:18)
13. This Is the Ride (Bonus) (4:02)

 

 

Les autres chroniques

Album

oct. 2004 U-Zine

Illdisposed

1-800 Vindication