Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Threat Signal

Under Reprisal

LabelNuclear Blast
styleCyber Metal avec influences Power
formatAlbum
paysCanada
sortiemai 2006
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Après des mois et des mois d’une longue et pénible attente voici enfin le nouvel album de Mnemic dans les bacs ! Ah, mince, on me glisse dans l’oreille que ce groupe n’est pas Danois mais Canadien, et qu’il se nomme Threat Signal, zut alors, surtout que les premières secondes sont un véritable copier / coller ! Inconnu encore du grand public, cette jeune formation signe aujourd’hui son premier album chez Nuclear Blast, le même label que leurs comparses danois, et il faut reconnaître que ça envoie des bûches, comme l’atteste le morceau One Last Breath en écoute juste au-dessus!

Vous l’aurez donc compris, Threat Signal joue un Cyber Metal aux influences Power, et parsemé de chants clairs larmoyants (Rationnal Eyes), à l’instar des nouveaux coéquipiers de Guillaume Bideau (ex-Scarve). Toutefois, le groupe multiplie les influences du genre, empruntant à la fois des rythmiques saccadées à Fear Factory (When All Is Said And Done) (et non à Meshuggah comme le clame leur biographie !) ainsi que des mélodies proches de Soilwork (A New Beginning). Bref, Threat Signal est un peu le Dagoba français mais en bien plus efficace !
D’ailleurs, les comparaisons avec les groupes précités sont d’autant plus fortes vu que c’est le ’sieur Christian Olde Wolbers, guitariste de FF, qui a produit ce premier essai des canadiens, et le génie Tue Madsen (The Haunted, Mnemic, Dagoba) qui a supervisé le mixage conférant à la musique un son froid et dénué d’émotions comme à son habitude.

Musicalement parlant, le quintet privilégie l’efficacité et le mur de son de guitares au branlage de manche, malgré le petit solo mélodique sur Inane non sans rappeler au passage la mélodie du titre Stabbing The Drama de Soilwork.
Par contre, il faut souligner les capacités vocales variées du chanteur de Threat Signal alternant à la fois chants Burtonien, éraillés proche de Lamb Of God, ou encore plaintifs et clairs comme ceux de Michael Bøgballe. Bref, le chanteur dispose d’un panel vocal impressionnant, même si on peut regretter la trop grande présence de chants clairs soutenus par des refrains préformatés afin d’améliorer leurs ventes.

Au final, Threat Signal nous propose un premier album de bonne facture mais hélas manquant cruellement d’originalité. A chaque titre on ne peut s’empêcher de se faire la remarque « tient j’ai entendu ça dans tel ou tel album de tel ou tel groupe ». Toutefois, le succès futur du groupe n’est sûrement pas à remettre en question tant tous les éléments clés du succès sont présent dans cet opus, à savoir une alternance entre riffs agressifs et chant élimé, avec des chants clairs et refrains catchy, le tout saupoudré d’une touche de mélodies qui baigne dans un univers froid et clinique.
Un album à se procurer pour les fans du genre, car personnellement j’adhère! Par contre, pour les non convertis reportez-vous plutôt sur Mnemic ou Fear Factory, entre autres…

1. Rational Eyes
2. As I Destruct
3. One Last Breath
4. Seeing Red
5. A New Beginning
6. Counter Balance
7. Inane
8. Now
9. Faceless
10. Haunting
11. When All Is Said And Done

Les autres chroniques