Live reports Retour
samedi 2 avril 2016 - Sleap

Hexecutor + Iron Slaught + Tentation

Crockmore - Perpignan

Sleap

Benjamin. Live reporter et chroniqueur occasionnel dans divers genres (principalement extrême).

À vouloir arpenter toute l’Europe pour voir ses groupes favoris dans des dizaines de festivals différents, on en oublie complètement les petits concerts de nos groupes régionaux ou nationaux pourtant excellents. C’est ainsi que plusieurs dates du genre me sont passé sous le nez ces dernières semaines. À commencer par LA date lyonnaise du mois dernier (Herzel / Tentation / Electric Shock) organisée par les copains de Forever Ripping Fast et Long Live the Loud que j’évoque ici avec le plus grand des regrets.
Fort heureusement, le moment est enfin venu de se rattraper comme il se doit en ce samedi 3 avril ! Même si je ressens encore une certaine amertume d’avoir loupé Herzel, je trépigne d’impatience de voir enfin Tentation et Iron Slaught en live. Et pour couronner le tout, ce sont les copains de Hexecutor qui clôturent la soirée. On a vu pire comme programme !
Après moins de deux heures de routes depuis Montpellier, j’arrive donc sur Perpignan et mets pour la première fois les pieds dans cette petite mais néanmoins mythique salle du Crockmore (dans laquelle ont pu jouer des formations aussi légendaires que Bolt Thrower, Mortician ou encore Cannibal Corpse). De nombreuses connaissances sont déjà sur place et la playlist de la salle est d’une qualité exemplaire (que des tubes Heavy 80’s de Virtue, Mindless Sinner, etc…), les concerts n’ont même pas commencé que l’ambiance est déjà parfaite !

Tentation

Entrons dès maintenant dans le vif du sujet avec ce qui est surement le groupe le plus attendu de la soirée : Tentation. Le quatuor joue en effet à la maison ce soir puisque les membres sont tous originaires de la région des Pyrénées (et a fortiori organisateurs de la soirée et également du fameux Pyrenean Warriors Open Air avec leur association Pyrenean Metal). Les familles et amis sont donc venus en nombre soutenir le groupe, ça fait plaisir à voir. Mais je constate également que pas mal de confrères de Montpellier, Marseille, Lyon ou Toulouse sont également présents. En plus d’avoir de plus en plus de nouveaux groupes de Heavy français prometteurs, les fans du genre se déplacent donc massivement. À tous les nostalgiques des années 80 encore sceptiques, la scène française est bien vivante en cette année 2016 !
Les quatre musiciens (arborant presque tous des vestes garnies de patchs Glacier, Aria, Sortilège et j’en passe) ont tous le sourire aux lèvres lorsque le set débute, et il en est de même pour le public. En quelques instants, les chevelures commencent à se secouer, les poings se lèvent et les voix (plus ou moins fausses) résonnent déjà. Certains aficionados du combo catalan connaissent même l’intégralité des textes du groupe, on assiste vraiment à un concert de passionnés. Le son de batterie occulte un peu trop celui des autres instruments lors des premières minutes, mais tout cela s’améliore très vite. On discerne petit à petit toutes les variations vocales et instrumentales des compos. Celles-ci ne sont pas particulièrement ahurissantes de technique et de virtuosité mais leur authenticité et leur efficacité suffisent à mettre le feu à la salle. Les 6 titres de ce premier EP sont joués ce soir (y compris l’énorme reprise de H-Bomb en milieu de set). Le point d’orgue de ce concert est évidemment le très attendu Bruixes. En plus des paroles clamées par toute la salle avec une grande ferveur, le chanteur invite trois jeunes enfants sur scène (d’environ 5 ou 6 ans à peine) pour l’accompagner lors du fameux refrain « le rituel maléfique ». Inattendu mais ô combien plaisant !
Les membres remercient chaleureusement le public et le staff et nous interprètent un tout nouveau morceau dans la droite lignée de ce que le groupe nous a offert jusqu’à présent. Mais la surprise de la setlist est pour moi la reprise de Ponce Pilate en fin de set. C’est loin d’être mon groupe de Heavy français favoris, mais c’est tout de même impressionnant de voir un de leurs titres repris en live. Avec un son adéquat et un public totalement acquis à la cause des Guerriers Pyrénéens, ce concert confirme enfin mon impression sur Tentation. Des musiciens qui connaissent leur registre à la perfection mais qui, en plus de rendre hommage au passé avec une grande passion, se tournent aussi vers le futur en participant sur beaucoup de plans à l’essor d’une nouvelle scène Heavy française qui regorge déjà de projets prometteurs !

Iron Slaught

Et parmi les projets suscités, on trouve Iron Slaught. Le trio de Tarbes est le groupe que je connais le moins de l’affiche, mais le premier full-length Crusading Metal Mercenaries m’avait tout de même laissé sur une très bonne impression. Il est temps de constater si les prestations live sont tout aussi puissantes…
Et cela démarre sur le premier morceau de l’album, Battle Ready, et ses chœurs très Manowaresques (« kill ! kill ! »). Chez Iron Slaught, les vocaux sont assez particuliers. Uniquement en anglais, le chant passe d’un registre grave et solennel à des sonorités plus aigües et fulgurantes, en passant par des cris Thrash arrachés presque Black Metal par instants. Mais musicalement aussi, le groupe navigue sur plusieurs eaux. On alterne entre des morceaux très typé Heavy classique et des Inquisition complètement Speed Metal (avec des chœurs hurlés par la foule : « Iron Slaught ! Inquisition ! »), en passant par des Demonic Possession carrément Thrash (où le bassiste laisse son instrument de côté pour se consacrer uniquement au chant). Les morceaux les plus expéditifs et puissants sont évidemment assez courts, tandis que les titres plus Heavy Metal sont beaucoup plus longs et riches (comme l’excellent Night of the Witch qui démarre sur une intro à la Running Wild pour enchaîner sur des passages thrashy puis sur des plans très NWOBHM, etc). On a même droit à une reprise fort bienvenue de Countess Bathory en milieu de set ! La fosse est cette fois-ci beaucoup plus mouvementée que pour Tentation (plusieurs pogos tout au long du set), mais beaucoup de fans reprennent également les paroles en chœurs… Ambiance excellente !
Le frontman, arborant un magnifique t-shirt Fire in the Brain, remercie le public et dédicace le titre High Grade Metal « à tous les fans de vrai Metal » avant de quitter la scène sous les applaudissements. Tout comme pour le groupe précédent me concernant, ce dépucelage live est une réussite !

Hexecutor

Après le Heavy et le Speed, on grimpe d’un échelon supplémentaire sur l’échelle de la violence avec les copains de Hexecutor ! Venus tout droit de Rennes, le groupe va nous livrer un set d’une bonne heure pour clôturer cette mémorable soirée.
Bardés de cuir et de clous, le quatuor met une baffe à toute l’assemblée dès les premières secondes du set. Leur musique change en effet radicalement de celle des deux groupes précédents. Leur Thrash Metal bestial et véloce ne laisse aucun répit au public. Les compos sont d’une agressivité ahurissante et ne baissent jamais d’intensité ! Les seuls moments où le tempo décélère un brin, c’est pour mieux nous assener de breaks dévastateurs (comme sur le terrible Consecrated Slaughter).
Tous les membres sont possédés sur scène. Entre les mimiques et grimaces de Pierre derrière les fûts, le jeu de scène très expressif de Joey à la guitare, et les nombreux cris arrachés de Jey, la claque est autant auditive que visuelle ! Le jeu de guitare est d’ailleurs l’un des autres points forts d’Hexecutor. En effet, malgré le riffing incisif dominant, certains morceaux laissent place à des mélodies très typés Hard Rock malgré la déferlante rythmique constante. De plus, les nombreux soli sont extrêmement fouillés et mélodiques (en plus de garder cette folie typiquement Thrash). Le nouveau morceau Hard Rockers City dédicacé aux quelques Rennais n’annonce que du bon pour les sorties à venir. Mais c’est la doublette finale Soldiers of Darkness / Metal Witchcraft qui est pour moi le meilleur moment du concert.
Le public est finalement tout aussi réceptif que pour les autres groupes et en redemande même à la fin. C’est ainsi que nous avons droit à un long rappel avec entre autres l’énorme Hangmen of Roazhon et même un morceau inédit en français : Sorcière du Marais, qui change pas mal du reste des compos. Malgré les demandes incessantes des fans, les Rennais quittent la scène exténués après ce show apocalyptique. Définitivement mon meilleur concert d’Hexecutor jusqu’à présent !

 

Merci au public, aux groupes, au Crockmore et à Pyrenean Metal pour cette excellente Heavy Metal Night. Loin de la démesure des festivals et des « gros » concerts, ce genre de soirée nous rappelle que la passion et l’intégrité suffisent largement à nous laisser d’impérissables souvenirs.