Live reports Retour
dimanche 6 décembre 2015 - Schifeul

Kaotoxin Fest II - Jour 2

L'Aeronef - Lille

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Après l'excellente date de la veille à la péniche, le Kaotoxin Fest II reprend dans le club de l'Aeronef, avec cette fois Putrid Offal, Otargos et pour conclure CinC, ultime monture des cultissimes Carnival In Coal.

C'est donc aux vieux briscards de Putrid Offal d'entamer la soirée. Vieux, car les bonhommes sortent de leur tombe après un sommeil de près de 20 ans, comme ils le font remarquer. D'ailleurs, ça ne doit pas être les seuls quand on voit dans le public un t-Shirt de la tournée de Napalm Death en … 96 !

Sang sur la gueule, pied de micro en tige porte-sérum avec poche à perfusion et musicien vêtu en chirurgien, pas de doute possible sur la teneur musical du groupe, on a là droit à du bon death metal. Après avoir entamé son set sur Livor Mortis tiré de son EP Suffering, le groupe balance un set pioché principalement dans leur dernier album, Mature Necropsy, qui consiste en des réenregistrements de vieux titres. Donc autant dire que le set pue bien le death old school et l’on sent çà et là de bonnes influences à la Carcass, Obituary ou encore Morbid Angel. Très bonne mise en bouche même si les 45 minutes de set paraissent longuettes sur la fin quand on ne connaît pas la queue d’un de leurs titres.

Setlist :
Livor Mortis
Garroting Way
Premature Necropsy
Purulend Cold
Mortuary Garlands
Orgasmic Excavation
Let There
Requiem
Birth Remains
Necrotic
Repulsive Corpse
From Plasma to Embalming
Gurgling Prey
Symptom
Rotted Flesh
Pallor
Freddy Krueger (S.O.D. cover)
Suffering

Pour être honnête, j'ai un peu lâché Otargos depuis quelques temps, regardant ce que le groupe faisait de loin et j'avais l'impression que la popularité du groupe déclinait avec les années. Depuis leur signature chez Kaotoxin, la courbe avait cependant l'air de s'inverser et les retours que j'ai pu avoir sur leur dernier album Xenos Kaos sont tous très bons. N'ayant pas eu l'occasion de jeter une oreille dessus, j’étais bien curieux de le découvrir en live, surtout que mes deux derniers concerts du groupe dataient de 2013 et m'avaient laissé un plutôt mauvais souvenir. Sur scène, on peut noter le retour du maquillage, mais pas un corpsepaint qui irait à l'encontre de la philosophie actuelle du groupe. Plus quelque chose de noir, sale, qui colle totalement à l'ambiance générale sur scène, un peu futuriste à base de lasers.

Après musicalement… Bah, c’est plutôt rudement bien passé ! Les nouveaux titres ont l’air vraiment bon et le reste de la set list est très bien choisi (même si bon, pas de Nullabsolut). Un peu le concert de la réconciliation du coup et je vais devoir essayer de mettre fissa une oreille sur ce Xeno Kaos.

Setlist :
Dominatrix
Apex Terror
Kinetic zero
Ruinous
Origin
Fleshless Deathless
Infernal Legions Strike
Human Terminate
Xeno Kaos
Remnant from a Long-Dead Star
Cloning the Divine

Cette deuxième édition du Kaotoxin Fest se termine avec le concert de CinC, le groupe "hommage" à Carnival In Coal, le changement du nom étant sûrement dû au fait qu'il ne reste qu'Arno Strobl du duo de base de l'époque. Le groupe donne ici son dernier concert pour le VivaLiveVida tour, où pour célébrer les 15 ans de l'album, CinC va jouer Viva la Vida en entier.

Pour ceux qui ne connaissent pas le groupe, c'est simple, c'est n'imp. Imaginez, vous prenez du metal, - bah oui, c'est la base tout de même – mais dans toutes ses formes : thrash, death, black et tout l'tralala, puis vous ajoutez du funk, du zouk, de la variet' et tout ce qui vous tombe sous la main et paf, ça fait Carnival In Coal. Donc en résumé ici ça alterne entre les passages où tu bouges ta tête, et d'autres où tu bouges ton boule ! Quand on ajoute à ça, les nombreuses interventions plutôt cocasses d’Arno, on a ici un excellent concert on l’on passe son temps à se dandiner avec une grosse banane au travers de la gueule ! CinC nous propose aussi un instant émotion - parce qu'il en faut toujours un, comme dans les spectacles de Michel Boujenah - où tous les membres du groupe sont assis tandis que seule résonne la guitare sèche… Mais comme on est là pour taper la ribouldingue, on retiendra surtout Got Raped, XXX Dog Petting ainsi que la puissante Dressed Like Pazzuzu qui vient conclure ce concert. Bien entendu, le groupe revient une dernière fois pour balancer un Maniac qui fera une dernière fois remuer des culs, avec la présence de Déha, son acolyte dans WADL pour l'accompagner. Bon perso, je n'aurais pas été contre un Cartilage Holocaust, mais j'ai enfin pu voir Carnival In Coal en concert et ça s’est cool !

Comme l’an dernier, excellente édition d’un Kaotoxin Fest qui deviendra, je l’espère, un évènement annuel incontournable de la scène lilloise.