Interviews Retour
lundi 13 juillet 2015 - Dolorès

Fall Of Summer Festival

Jessica Rozanes

Dolorès

Non.

Alors que la saison des festivals a déjà commencé, le Fall Of Summer se réserve une année de plus le premier weekend de septembre 2015. Toujours sur deux jours, le festival propose Black, Death, Thrash, Doom mais aussi Heavy dans un cadre exceptionnel, celui du lac de Torcy à une trentaine de kilomètres de la capitale française. A deux mois de cette seconde édition, nous avons posé quelques questions à l'organisation du festival et c'est Jessica Rozanes qui nous répond.

Tout d’abord, peux-tu te présenter, ainsi que ton rôle dans l'organisation du Fall of Summer ?

Donc je m'appelle Jessica Rozanes et mon rôle principal au Fall of Summer est la programmation et la direction artistique dans son ensemble mais aussi plein d'autres choses. Ça fait une dizaine d'années que j'ai commencé à faire mes armes dans le milieu Metal et notamment chez Listenable Records qui m'a vraiment lancée et appris beaucoup alors que j'étais encore une jeune metalleuse assez fougueuse. Je dois dire que sur le festival comme dans tout le reste il s'agit surtout de savoir être polyvalent et ne pas se borner à un rôle, c'est d'ailleurs le cas pour toutes les personnes qui travaillent dans ce milieu en général, on est là pour faire avancer des projets auxquels on croit et apporter sa maigre contribution à ce qui est à la fois notre travail et notre passion, donc il faut donner de sa personne.

Il ne s'agira cette année que de la deuxième édition du festival, peux-tu nous dire quel a été le bilan (financier, humain...) de la première édition ?

Le bilan global est vraiment positif, nous avons eu de très bons retours que cela soit de la part des festivaliers ou des groupes qui nous ont envoyé des messages de remerciements après le festival ou que nous avons croisés par la suite. Côté chiffres on était à 2'000 personnes par jour l'an dernier et côté financier par contre ça n'a pas été un grand succès mais on s'y attendait... le but est d'arriver à l'équilibre et que le festival puisse perdurer, on n'est pas là pour s'en mettre plein les poches mais on aimerait approcher l'équilibre cette année sinon ça sera difficile, surtout que je crois en l'avenir du festival sur le long terme. C'est un réel but pour moi que l'on crée un lien durable avec les festivaliers et les groupes dans le sens où, selon moi, il ne s'agit pas de créer un événement avec un entassement de groupes qui ramènent leur public mais la vraie envie est d'arriver à donner un rendez-vous qui réponde à l'attente d'un certain type de groupes et de festivaliers, faisant que tout ce petit monde soit content de se rencontrer. C'est l'intérêt d'un festival à taille humaine et répondant à une certaine lignée musicale et pour l'instant ça a l'air parti sur la bonne voie.

Un point a été soulevé par un bon nombre de festivaliers comme étant le point fort du festival (en parallèle de l'affiche), il s'agit de l'organisation et du déroulement du festival, très pro et agréable. Doit-on quand même s'attendre à des nouveautés ou des transformations sur le site ou l'organisation générale ?

Personnellement, même si je trouve cela flatteur il y a beaucoup de points sur lesquels je trouve que nous n'avons pas été très bons. Je pense que c'est important de se remettre en question, consolider les points forts et se donner un bon coup de pied pour ce qui concerne les points faibles. Nous sommes donc en train de mettre en place des navettes pour venir de la gare, nous avons également pour objectif de mieux éclairer le site du festival ainsi que l'accès au camping, d'ajouter des caisses jetons, mieux indiquer les signing sessions, étendre l'offre de boissons et de nourriture et plein de choses de cet ordre. Sinon cette année la scène de la plage sera utilisée dès l'ouverture ce qui évitera les running orders un peu tirés par les cheveux comme l'an dernier mais on n'avait pas le choix. De plus, on va proposer des afters sur le site du festival jusqu'à 4 ou 5h du matin avec de la musique et de la bière pour permettre aux fêtards de s'amuser tandis que ceux qui seront fatigués pourront aller se coucher plus tranquillement.

Peut-on également s'attendre à une solution drastique contre les moustiques présents en nombre sur le camping ?

Oui et Non... Le problème l'année dernière venait entre autres du fait que le terrain ait été débroussaillé un peu à la dernière minute sur le camping et donc que les insectes d'un seul coup se sont retrouvés un peu délogés de leur habitat et ça s'est ressenti. C'est aussi pour cela que le sol n'était pas très agréable d'ailleurs vu que c'était de la végétation très épaisse, on n'a pas juste tondu la pelouse. Par contre cette année on s'est fixé trois tontes du terrain en amont pour empêcher ce phénomène de se produire et que le terrain soit plus agréable. Après je ne suis ni Dieu ni femme politique donc je ne ferai pas la promesse du zéro moustique : on est quand même près d'un lac. Je ne sais pas si tu es déjà allée en Finlande l'été mais  je peux te dire que Torcy c'est mignon à côté du "pays des mille lacs".  

Tu disais en interview, que tu souhaitais que l'affiche reste un tant soit peu old school et underground. L'affluence en septembre dernier semble avoir confirmé que ce type d'affiche fonctionne et intéresse, tant le public local qu'étranger. Est-ce que ce succès vous a étonné pour une affiche un peu en marge de ce qui se fait en France actuellement, notamment pour la partie du public qui s'est déplacée depuis l'étranger ?

Je ne suis pas si étonnée que les étrangers se déplacent parce que personnellement je l'ai beaucoup fait par le passé, même si j'en ai eu beaucoup moins la possibilité dernièrement. En fait je suis beaucoup plus flattée qu'étonnée, ça veut dire que le pari est réussi et que ces personnes, pour faire autant de bornes, comprennent ou au moins entraperçoivent l'intention qu'il y a derrière le festival qui est d'instaurer un événement qui a sa propre personnalité. Je pense que c'est le genre de chose sur lequel on ne peut pas tricher, il y a chez nous un vrai désir d'offrir quelque chose d'humain, de cohérent, d'old-school avec une certaine direction artistique et il semble que pas mal de gens, dont des étrangers, le comprennent et l'apprécient. Il y a beaucoup de personnes par contre qui ne comprennent pas ce qu'on essaye de faire, généralement ils disent "ton festival de Black Metal là" alors que désolée mais ce n'est pas le cas, on a du Thrash, du Death et même du Doom et du Heavy... je ne sais pas trop moi-même comment définir mes critères de sélection en fait mais juste ça le fait ou ça le fait pas, aussi il y en a plein pour qui ça le fait mais le nombre de groupes que je peux booker en réalité est extrêmement limité donc je ne peux pas faire jouer tous les groupes que je veux. Je pense que c'est ça qui est important aussi et qui peut faire la différence, c'est d'écouter son instinct au lieu de répondre à la logique de l'éclectisme en se disant que comme ça on va multiplier les publics et du coup les entrées. Moi désolée mais je préfère aller au Keep It True en Allemagne plutôt que d'aller voir quelques groupes qui me plaisent dans un festival beaucoup moins loin et devoir subir le concert de (censuré) et d'autres, qui me correspondront ni de près ni de loin, au milieu. C'est important de rester ouvert mais au bout d'un certain nombre d'années à écouter du Metal on sait quand même ce qui nous plaît et justement si les premières années sont consacrées à la découverte, le but est de creuser ensuite dans les branches qui nous font vibrer donc autant faire plus de kilomètres et aller dans un endroit qui nous ressemble.

Quels sont les groupes dont tu es la plus fière pour cette année ? Y a-t-il, selon toi, quelques noms en particulier qui donnent son charme à l'affiche ?

Ça n'étonnera personne, mais le groupe dont je suis la plus fière est Sabbat. On les fait venir exprès du Japon, ça sera leur première fois en France après plus de 30 ans d'existence et leur seule date de l'année en Europe (ce qui pour revenir sur ta question précédente est un réel argument pour que les étrangers se déplacent, beaucoup plus que Nile que je respecte pourtant beaucoup). Je suis vraiment impatiente de les accueillir sur le festival, c'est un groupe que je trouve juste énorme et qui incarne vraiment le Japon dans toute sa folie. Le show de Sabbat est sûrement LE concert pendant lequel je vais dire à tous ceux qui vont me demander des choses, d'aller se faire cuire un œuf (pour rester correcte) et de me reparler une heure plus tard. Je suis extrêmement fière de la venue de Razor également qui vient aussi pour la première fois en France après plus de 30 ans de carrière. Je suis une grande fan de Thrash et Razor représente beaucoup pour moi cette année, comme il a représenté beaucoup pour la scène canadienne et internationale. D'ailleurs Razor et Sabbat ne joueront pas le même jour, comme ça je pourrai demander aux gens d'aller se faire des omelettes au moins une fois par jour. Si il y a des gens qui lisent cette interview, qui viennent au Fall of Summer mais qui ne connaissent pas ces groupes je les incite plus que fortement à venir voir ces groupes !

Est-ce que certains festivals, en France ou à l'étranger, ont pu te servir de modèle ou d'inspiration ?

J'arrête pas de parler du Keep It True pour son intégrité et son engagement. j'admire les gens qui se donnent une ligne de conduite et la respectent. C'est un festival qui depuis des années est complet en deux temps trois mouvements mais qui a décidé de rester dans cette configuration, de faire revenir des vieux noms du Thrash et du Heavy en leur demandant des sets exceptionnels pour leur public et c'est ce qu'ils continuent à faire, c'est énorme. Il y a plein de festivals comme ça partout en Europe, trop nombreux pour les citer, mais oui j'aime ces festivals qui ont leur personnalité et n'essayent pas seulement d'être les plus gros mais affirment leur façon d'être. Les gros festivals c'est sympa pour aller voir les têtes d'affiches mais une fois que c'est fait, les festivals deviennent vraiment intéressants quand ils ont leur âme, leur public et que chacun a son identité. Il n'y aura jamais de Black Metal au Keep It True ou Epica au Party San juste parce que c'est comme ça et c'est ce qu'on attend d'eux. Il y a une vraie culture du festival en Europe, et pas seulement en Allemagne. À nous de trouver notre place dans ce panel très intéressant et essayer d'apporter notre pierre à l'édifice.

Avec, cette année, de grosses têtes d'affiche du Metal extrême moderne, du vieux Thrash ou la figure dominante de Candlemass, je ne suis pas sûre qu'on puisse réellement parler d'underground, bien que le festival ait son aura unique, à part, et inattendue pour un grand festival français. Souhaites-tu, et penses-tu réussir à garder ce juste milieu qui permet de brasser un large public et pas seulement des connaisseurs pointilleux ?

On est toujours plus mainstream ou plus underground qu'un autre donc cela dépend vraiment avec qui tu parles. Les personnes dont je parlais plus tôt qui ne font que des festivals "éclectiques" et vont dire "ton festival de Black Metal là" pour eux on est complètement dans l'underground. Après si tu compares au Wolf Throne on est beaucoup moins underground. Comme je disais, il s'agit de trouver sa personnalité et de mon côté je trouve ça génial de pouvoir mélanger des groupes plus ou moins connus par le grand public. Je dis ça mais il faut raison garder, Destruction c'est pas Slayer et Candlemass c'est pas Black Sabbath donc on est très loin de s'adresser au grand public non plus et ce n'est pas le but. Aussi je te dirai que si un festivalier qui ne s'y connaît pas trop, mais est assez curieux pour venir s'aventurer par chez nous pour un Nile ou un Suffocation, tombe sous le charme d'Asphyx ou qu'un jeune thrasheur en devenir vient pour Destruction et découvre Razor, ça me fait ma journée. On a clairement deux publics, avant tout le public de connaisseurs qui vient pour l'ensemble de l'affiche et le public qui s'y connaît moins mais pour qui ça sera justement l'occasion de découvrir les autres groupes. Ce qui est important c'est que ça reste cohérent et que les festivaliers y trouvent leur plaisir. En fait c'est un plan machiavélique pour rallier les curieux à notre cause, ils viennent pour Abbath et on les séduira avec des groupes moins connus pour qu'ils deviennent encore plus curieux et qu'ils rallient le bataillon des connaisseurs. Enfin je sais pas mais j'aime plutôt cette idée. 

Une possible deuxième édition, cela ne semblait pas être confirmé d'avance, et pourtant la voici. Est-ce que cela correspond réellement à l'idée que tu t'étais fixée ? Comment est-ce que tu vois le futur du festival maintenant que le premier jet est passé et le deuxième en attente ?

S'il ne s'agissait que de moi, j'ai des groupes qui ne pouvaient pas cette année mais que je veux faire jouer et qui veulent venir l'an prochain et je signerais tout de suite. Mais ça dépend de ce qui va se passer financièrement en Septembre, si ça se repasse bien avec le site et la Mairie... On m'a toujours dit de pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir chassé donc je ne peux pas promettre de troisième édition même si je ferai tout pour ça. Comme je l'ai dit précédemment je suis convaincue que c'est un projet qui a de l'avenir, et j'y ai mis tellement de moi-même, comme toutes les personnes qui bossent sur le projet d'ailleurs, que ça serait dommage de s'arrêter là.  

Concrètement, combien de personnes attendez-vous pour cette édition 2015 ?

Plus que l'année dernière, ça a l'air bien parti pour et c'est primordial pour qu'on équilibre, après si tu veux un chiffre je te dirai qu'un multiple de 666 ça ferait plaisir aux clichés, sachant qu'on ne peut pas faire 6 fois 666 sinon on serait au dessus de la jauge qu'on s'est fixé et qu'on ne dépassera pas. 

Merci pour ta disponibilité, je te laisse le mot de la fin !

Merci à toi pour cette interview, j'espère ne pas être trop partie dans tous les sens. Mais en tous cas si certains ont des questions d'ordre pratique qu'ils n'hésitent pas à nous contacter. Je tiens à remercier toutes les personnes qui nous ont déjà exprimé leur soutien, on essaye en tous cas de vous préparer une belle édition 2015... du coup je vais arrêter de blablater et retourner au travail ;) 

Plus d'informations : Fallofsummer.fr / Page Facebook