Articles Retour

Bilan 2019 - Nostalmaniac

vendredi 17 janvier 2020 - Nostalmaniac
Nostalmaniac

Le Max de l'ombre. 29 ans. Rédacteur en chef de Horns Up (2015-2020) / Fondateur de Heavy / Thrash Nostalmania (2013)

Revoilà le périlleux et difficile exercice du bilan de l'année et on peut dire que la décennie s'est terminée en apothéose avec de nombreux albums que je pense écouter encore longtemps, surtout en matière de Black Metal. Très compliqué pour moi d'en choisir seulement dix tant l'année a été riche en sorties mais tous ne m'ont pas autant marqué que ceux de Funereal Presence, Teitanblood ou encore Norman Shores. Un bilan annuel, c'est aussi des découvertes, des flops et des espoirs. Voici les miens :

TOP ALBUMS

1. Funereal Presence - Achatius (Sepulchral Voice Records)
Sans aucun doute l'album que j'ai préféré et que j'ai le plus écouté en 2019. Pas tant parce qu'il titille ma fibre nostalgique mais car il y a TOUT ce que j'aime dedans. Mattias Müller (également batteur chez Negative Plane) a parfaitement compris qu'un son et quelques riffs old school c'est vide de sens sans l'esprit qui va avec et on peut dire qu'avec ce Achatius, il applique remarquablement une formule qui paraît simple mais peu appliquée de nos jours en mettant les influences des premiers Darkthrone, Bathory (période Under the Sign of the Black Mark) mais aussi Root ou Tormentor à la hauteur du niveau de composition qui est vraiment époustouflant sur chaque morceau. Un véritable chef-d'œuvre d'Art noir !

 

2. Deathspell Omega - The Furnaces of Palingenesia (Norma Evangelium Diaboli)
Alors qu'en 2016 je ne partageais pas vraiment l'admiration de beaucoup pour The Synarchy of Molten Bones (même si ça reste un bon album), ma première écoute de cette cuvée 2019 m'a laissé quelque peu impassible avant de le réécouter encore et encore et de découvrir un véritable grower. L'ambiance catacombesque, prenante et suffocante accentue l'impact de la pléthore d'arpèges et de riffs dissonants, mais aussi les vocaux et la narration. Un album très abouti, riche et complexe (qu'on peut rapprocher un peu de l'excellent EP Drought) et absolument fascinant!


3. Norman Shores - De l'ombre surgit la lumière (Ossuaire Records)
Dans l'ombre des groupes hexagonaux plus à la mode, il faut bien l'admettre, l'infatigable Fog (Cénotaphe, Rêx Mündi, ex-Angmar, Ossuaire Records) a sorti un album monumental avec son projet Norman Shores. De l'ombre surgit la lumière est un chef d'oeuvre de Black français (en français) et de Black Metal tout court. Les modes et les tendances actuelles n'ont aucune emprise ici et Fog fait figure d'anachorète. C'est intense, mélodique, parfois mélancolique et surtout passionnant car chaque morceau a son petit quelque chose en plus, que ce soit dans les riffs ou le chant. "Les lamentations de l'univers" est un assurément un de mes morceaux préférés de 2019.



4. Teitanblood - The Baneful Choir (Norma Evangelium Diaboli)
Très attendu, ce nouvel opus du combo espagnol a fait plus que tenir ses ineffables promesses. Toujours aussi puissant et infernal, on retrouve ce mur de riffs apocalyptiques qui ne manque jamais de moments forts ("Leprous Fire", "Verdict of the Dead" ou "Sunken Stars" pour mes préférés), parfois avec des accents plus thrashisant sous le magma brûlant. Un enfer sonore qui se répand implacablement comme la lave (à l'image de la superbe pochette signée Timo Ketola) et ne laisse place qu'à la désolation.



5. Departure Chandelier - Antichrist Rise to Power (Nuclear War Now! Productions)
Depuis sa première démo en 2011, Departure Chandelier  (avec des membres d'Akitsa et Ash Poolest un groupe de Black lo-fi qui se distingue fortement et pas seulement pour son admiration pour la vie et la mort de Napoléon mais surtout la qualité de ses compos et son authenticité. Pour ce premier long format, on ressent plus que jamais l'influence du Black underground français 90's, notamment Bekhira et Osculum Infame dans le riffing mais aussi dans l'aspect plus symphonique. Le résultat est juste impressionnant.



6. Waste of Space Orchestra - Syntheosis (Svart Records)
On le sait, le Roadburn a le don pour les performances et les collaborations qu'on ne verra nulle part ailleurs, c'était le cas en 2018 pour Waste of Space Orchestra qui réunissait les membres d'Oranssi Pazuzu et de Dark Buddha Rising dans une synergie psychédélique qu'on ne peut imaginer sans utiliser le lexique des drogues hallucinogènes. La version studio nous donne la substance de cette expérience incroyable et sensationelle. L'addiction n'a pas tardé...


7. Crypt Sermon - The Ruins of Fading Light (Dark Descent Records)
Sans doute délicat de revenir après un Out of the Garden qui a fait parler de lui assez positivement, mais Crypt Sermon a relevé ce défi haut la main en nous offrant un album mémorable où le groupe ne s'enferme pas dans les carcans duEpic Doom-worship mais sublime ses indéniables influences tout en restant hyper épique en agrémentant sa recette avec des riffs plus accrocheurs, plus Heavy Metal mais aussi des mélodies vocales très efficaces qu'on retient et qu'on finit par chantonner ("Christ is Dead" ​par exemple). Plus que jamais un des groupes à retenir de la dernière decennie. 



8. Drastus - La Croix de Sang (Norma Evangelium Diaboli)
Comme beaucoup, je ne m'attendais pas du tout au retour du groupe français Drastus et quelle incroyable bonne surprise que cet album ! Dix ans après l'EP Serpent's Chalice - Materia Prima, La croix de sang est un retour sans tâtonner mais animé d'une conviction réelle qui impose le plus grand respect. Chaotique, redoutable et intense, vicieux, aussi, Drastus signe là avec cet album inespéré (estampillé Norma Evangelium Diaboli comme Teitanblood et Deathspell Omega !) ni plus ni moins qu'un opus de Black Metal majeur de 2019.



9. Gaahls Wyrd GastiR - Ghosts Invited  (Season of Mist)
J'avoue que je ne m'attendais pas à une telle réussite, rien à voir avec God Seed ou même Gorgoroth. C'est moins agressif mais beaucoup plus progressif et alambiqué et ce n'est pas sans rappeller le Enslaved prog. Un atout majeur c'est la voix de Gaahl qui fait office d'instrument à part entière tant il arrive à nuancer et varier son chant rendant ainsi l'ensemble complétement hypnotique et envoûtant. "Veiztu Hve" est un de mes morceaux préférés.

 

10. Liturgy - H.A.Q.Q. (Indépendant)
Hunter Hunt-Hendrix m'insupporte terriblement mais c'est un génie et il nous offre le hack Black Metal de l'année en évitant de réitérer le foutoir risible qu'est The Ark Work tout en gardant ce sens de l'expérimentation si personnel.


Mentions honorables  :

Cult of Luna A Dawn of Fear (Metal Blade Records)
Que dire qui n'a pas été dit ? A Dawn to Fear n'est sûrement pas le meilleur album des Suédois mais le niveau de composition ne s'est pas affaibli et me fascine toujours autant. Ces compos cinématographiques ont un tel pouvoir d'immersion, quasi hypnagogique. L'instrumental "Lights on the Hill" est pour moi l'un des plus beaux bijoux de cet album qui n'en manque pas.

Blue Hummingbird on the Left - Atl Tlachinolli (Iron Bonehead Productions)
Pour son premier long format, la formation du Black Twilight Circle frappe fort avec un album dévasteur et inspiré où la mythologie aztèque prend ses formes les plus guerrières et violentes.



Vargrav - Reign in Surpeme Darkness (Werewolf Records)
Plus complexe et moins accessible à la première écoute que Netherstorm, ce nouvel opus est un joyau de Black symphonique norvégien avec toujours l'influence prégnante et ensorcelante des premiers Emperor mais aussi Limbonic Art et Obtained Enslavement

Funeral Oration - Eliphas Love (Avantgarde Music)
Ce retour inattendu des Italiens s'accompagne d'un album qui fait figure d'anachronisme tant on dirait qu'il nous vient des années 90 et c'est tout simplement un must-have de Black gothico-symphonique !



Gestapo 666 - Satanic Shariah (Drakkar Productions)
Quand le son de gratte et la voix de Celestia pactisent avec les riffs du Satanic Warmaster de Carelian Satanist Madness ça donne Satanic Shariah, un nouvel opus sulfureux et scandaleux mais surtout excellent que je ne me lasse pas de réécouter !

Dreams of the Drowned - Dreams of the Drowned I (Indépendant)
Si le Ved Buens Ende-worship est évident, le niveau de composition est à la hauteur pour hisser cet album dans les réussites qu'on avait pas vu venir de l'année 2019. "Real & Sound", un autre de mes morceaux préférés de 2019. Vivement la suite...



Gardsghastr - Slit Throat Requiem (Profound Lore Records)
Décidement le Black Metal sympho revient en force ces dernières années sans pour autant tourner à la farce (enfin, pas encore). Formé par des membres de Bekëth Nexëhmü et Chaos MoonGardsghastr est un élève appliqué qui ne contente pas de copier-coller une recette mais apporte sa touche, et c'est merveilleux.

Vanum - Ageless Fire (Profound Lore Records)
Le combo américain (avec M. Rekevics de Vilkacis et Yellow Eyes) confirme ses débuts prometteurs et se forge un son plus distinct pour un album vraiment mémorable dans son genre.



Wagner Ödegård - Om domedag och de femton järtekn (Brugmanziah)
Lisez la chronique de Traleuh.

Tanith - In Another Time (Metal Blade Records)
Ce premier effort studio de Tanith (autre projet de Russ Tippins, guitariste de Satan) est une sorte de machine à remonter le temps. Enfin, surtout les années 70 tant l'influence de Jethro Tull, Uriah Heep, Blue Oyster Cult ou encore Thin Lizzy est flagrante, et ça donne des morceaux "hard-folk" qu'on ne peut s'empêcher d'avoir en tête et de fredonner ("Under The Stars", "Citadel (Galantia Pt. 1)").

Krypts - Cadaver Circulation (Dark Descent Records)
J'aime que mon Death Metal me donne l'impression de traverser un marais puant et c'est ce que m'offre Krypts, plus lourd que jamais !

Pissgrave - Posthumous Humiliation  (Profound Lore Records)
Voilà un nouvel et second opus primitif et brutal à souhait des Américains où l'influence du Death old school est toujours très présente bien que cradifiée à l'excès renforcée par ce blast-beat torrentiel et ce chant hyper guttural. Pissgrave nous sert 43 minutes de sauvagerie et se permet même de ralentir le tempo pour accentuer son coté répugnant. Notons également la pochette, parfaitement immonde encore une fois !

Murg Strävan (Nordvis)
Une pépite de Black Metal entre école norvégienne et école suédoise avec des mélodies qui restent en tête et une froideur omniprésente !


Sunn O))) - Pyroclasts et Life Metal (Southern Lord Recordings)
Musique de guérison.

Blood Incantation - Hidden History of the Human Race (Century Media)
Pas un Starspawn-bis mais un nouvel opus fantastique et intelligement travaillé qui fait grimper Blood Incantation d'un échelon.

NEDXXX - NEDXXX (Norma Evangelium Diaboli)
L'album surprise de l'année qui aurait pu figurer dans mon top 10 s'il était sorti un peu plus tôt. Ce projet Black Metal avant-gardiste et volontairement anonyme (bien qu'intimement lié au label Norma Evangelium Diaboli) est une sorte d'hybride audacieux entre Abigor (je pense surtout à l'album Fractal Possession) et Deathspell Omega sous stéroïdes avec des élements progressifs et même tribaux !

 

Vothana - Không bao giờ nộp / Never to Submit (Darker than Black Records)
J'adore le Black Metal lo-fi quand il est aussi intense et abrasif ! L'album brille particulièrement par la qualité de ses compos et son ambiance complètement malsaine et hors du temps.

Je dois citer aussi les très bons albums d'Atlantean Kodex, ObsequiaeConcrete Winds, Celestial Grave, DjevelMarras, Defacement, Mylingar, Boris, Frostveil, Gruzja, Pentacle, Slutvomit, Vaal, Totaled et Winter Eternal.


Découvertes

Blood Spore (Death/Doom)
Ish Kerioth (Black Metal)
Oculus Vacui (Black Metal)
Vrač (Black Metal)
Crypts of Wallachia (Black Metal)
Lifvsleda (Black Metal)
Sacrifizer (Blackened Speed Metal)

 


Déceptions

Enforcer Zenith (Nuclear Blast)
La mauvaise blague de 2019. Ecoutez juste "
One Thousand Years of Darkness" qui sonne comme du mauvais Battle Beast ! Tout n'est pas à jeter mais la Nuclear Blastisation est bien enclenchée...

Rotting Christ – The Heretics (Season of Mist)
Aussi vite (ré)écouté, aussi vite (ré)oublié.

Misþyrming - Algleymi (Norma Evangelium Diaboli)
Le groupe islandais rentre dans le rang avec un album pas vraiment dénué de qualités mais convenu et beaucoup trop mélodique à mon goût.
Rendez-moi le chaos et le feu inextinguible de Söngvar elds og óreiðu !

Blut aus Nord - Hallucinogen (Debemur Morti)
Sans être un mauvais album, ce n'est pas vraiment ce que j'attends d'un groupe qui a su se montrer si novateur et audacieux.
Hallucinogen n'explore rien. Ici c'est de l'atmo black, aérien et mélodique mais c'est le genre d'opus qui devient anecdotique dans leur discographie... Dommage.

Schammasch - Hearts of No Light (Prosthetic Records)
Les Suisses campent dans leur zone de confort avec un album plus formaté mais surtout peu inspiré et sans grande surprise où la prod fait office de béquille.

Candlemass - The Door To Doom (Napalm Records)
Si le retour surprise de Johan Längquist avait immédiatement de quoi faire espérer un nouveau souffle salvateur pour le groupe suédois, The Door To Doom est une grosse déception. Sans pour autant tourner au fiasco, on ne retient rien de cet album vite ennuyeux où on nage constamment entre le décent et l'oubliable. Même le maître Tony Iommi en invité de luxe sur "Astorolus - The Great Octopus" n'éclipse en rien mon désappointement...

D'autres albums ne sont pas vraiment des déceptions car je n'en attendais rien mais... le Daemon de Mayhem est insipide au possible, le ronflant Age of Excuse de Mgła m'a laissé impassible tant ça me confirme qu'il n'y a plus grand chose de palpitant sous la brume polonaise. Le dernier Darkthrone, Old Star, a tout pour me plaire sur le papier mais à l'écoute rien ne se passe, ça manque de riffs marquants (comme pour Arctic Thunder en 2016).


Top concerts

1. Herzel @ La Scène Michelet (Nantes)
2. Year of No Light @ Magasin 4 (Bruxelles)
3. Lethvm @ Botanique (Bruxelles)
4. Raketkanon @ Eden (Charleroi)
5. Neurosis @ Dour Festival
6. Heir Apparent @ Headbangers Open Air (Allemagne)
7. Amenra @ In Theatrum Denonium
8. The Body & Full of Hell @ Dour Festival
9. Electric Wizard @ Dour Festival
10. Blaze Bayley @ Headbangers Open Air (Allemagne)


Flops concerts

1. ​Queensrÿche @ Headbangers Open Air (Allemagne)
2. Exciter @ Headbangers Open Air (Allemagne)
3. Darkspace @ In Theatrum Denonium
 

Espoirs pour 2020

Les nouveaux Cénotaphe, ArghoslentMalokarpatanNawaharjan, Faustian PactAethyrick, Cult of Fire (même si l'extrait ne me rassure pas), Year of No Light, UlcerateÆvangelistCarpathian Forest NattefrostBütcherAcherontasGriftNazxul (j'y crois toujours) mais aussi DvneCynic, Hällas, et Today is the Day ! Peut-être de nouveaux albums de Anna Von Hausswolff ? Nécropole ? The BodyNifelheim ? Satanic Warmaster ? Spectral Voice ? Antimateria ? Nocternity ? Hexecutor ?
 

Carte blanche

Ma carte blanche est un peu spéciale car c'est par ce biais que je vous annonce que 2019 aura été ma dernière année. En effet, à la fin du mois de janvier je vais quitter Horns Up. Après cinq ans d'activité et un rôle de rédacteur en chef que j'ai pris très à coeur, c'est une décision qui n'a pas été facile à prendre, mais j'ai besoin de revenir à quelque chose de plus autonome et spécialisé (un nouveau blog plus orienté Metal extrême & musiques bruitistes / avant-gardistes, avec des news et la suite des trésors cachés du Black Metal).
Je souhaite en tout cas une bonne continuation à mon équipe qui œuvre actuellement à un nouveau chapitre du site. Longue vie à Horns Up !