Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Hopesfall

A-Types

LabelTrustkill
styleEmo
formatAlbum
paysEtats-Unis
sortienovembre 2004
La note de
U-Zine
5.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Hopesfall est un groupe qui nous vient de la côte est des Etats-Unis. Le groupe est déjà connu pour avoir sorti un excellent album « The Satellite Years » en 2002 et un non moins bon EP « No Wings To Speak Of » en 2001. Le groupe produisait alors une musique à tendance hardcore ou émocore. Des guitares très lourdes. Des morceaux de grande qualité… C’est à juste titre que lorsque je mets le CD pour la première fois dans ma chaîne hi fi, je m’attends à écouter de la très bonne musique un peu à la Poison The Well comme sur les albums précédent…

Malheureusement ce n’est pas du tout la même chose. Je n’ai pas l’impression que c’est le même groupe qui a écrit « The Satellite Years » et « A Types ». Il y a quelque chose qui a changé entre les deux albums. Le hardcore s’est transformé en pseudo émo qui ressemble plus à de la pop ou du pop-punk qu’à autre chose. Je me pose des questions sur la motivation du groupe à changer totalement d’orientation musicale comme ça.

Peut être un changement de producteur. En effet « A Types » est produit et mixé par Steven Haigler qui est le producteur de groupe comme les Pixies ou encore Brand New. J’ai déjà un élément de réponse. L’album sonne beaucoup plus rock parce que le producteur est un producteur de rock pas de hardcore. Mais dans ce cas qu’est ce qui les a amenés à faire appel à lui ? L’appât du gain le rock étant à la mode du moment. La volonté de faire de l’argent plutôt que de la musique qui ne se vend pas tant que ça. Le groupe répondra que c’est parce qu’ils ont grandi musicalement…

Tout ce que je dis pour le moment ne dénigre en rien la qualité de la musique mais l’arrêt du groupe de faire de la musique hardcore. L’album est très teinté pop-punk. Le mot émo étant trop fort pour la musique produite. Les cris magnifiques de Jay Forest ont presque disparu dans « A types ». On ne les retrouve vraiment que dans quatre chansons : « Start & Pause », « Icarus », « Champion Beyond Blessings » et dans la meilleure chanson de l’album (enfin à mon goût) « Matchmaker’s Haven ». Les guitares y sont lourdes. Le morceau se rapproche du style émocore. La chanson est vraiment réussie. Comme quoi le groupe n’a pas totalement abandonné son style de prédilection (et oui quand on veut, on peut). La qualité est vraiment présente dans le morceau. Les chœurs sont magnifiques, les refrains entraînants et efficaces à souhait. On retrouve la même envie de faire bien dans trois autres morceaux (« The Ones », « Manipulate The Eclipse » et « Owl ») mais sans cris. Trois autres morceaux où les guitares sont très lourdes, très agréables. Le seul point faible, c’est un rythme trop lent. Le batteur ne va pas assez vite pour tirer la chanson vers le haut.

Le reste l’album est un amas de chansons avec des guitares très pop. Le stéréotype des chansons qui vendent beaucoup en ce moment en rock. Seul la voix même si elle n’est pas criée est toujours très forte. On la retrouve plutôt grave sur « The Ones » et saturée sur « It Happens ». Le chanteur a fait un grand travail sur l’album et ça se voix. Même « Start & Pause » où Jay Forest pousse de jolis cris, les guitares sont exagérément pop. Ca tue un peu le côté émo de la chanson.

J’ai vraiment été déçu par la prestation du groupe sur « A Types ». Le hardcore va beaucoup mieux à Hopesfall que le pop-punk. On espère qu’ils auront compris pour le prochain album.

1. It Happens
2. Start & Pause
3. Icarus
4. Breath From Coma
5. Champion Beyond Blessing
6. The Ones
7. Manipulate The Eclipse
8. Matchmaker'S Haven
9. Owl
10. Per Sempre Marciamo