Interviews Retour
vendredi 29 mai 2015 - DarkMorue

Pavillon Rouge

Mervyn et Mu Cephei

DarkMorue

Un mec qui écrit des trucs.

-Wesh les mecs ! Bien ou bien ?

Mervyn : Szia mon jeune ami, heureux de partager ce moment avec toi.

Mu Cephei : Au top du top de la topitude.

-Bon, la question classique de classique, pour ceux qui connaissent pas le groupe en nos pages, pouvez-vous nous présenter le groupe là comme ça en quelques lignes ?

Mervyn : Nous sommes les enfants surexcités d'Indochine, les petits frères extatiques de Black Lodge, les cousins philosophes de Scooter... Ça pourrait être une manière intéressante de nous présenter. Nous sommes un groupe hétéroclite de personnes originales, chacun avec ses influences et ses propres délires, et au final se crée une osmose au top, dont tu peux avoir un aperçu en écoutant "Legio Axis Ka".
Nous venons tous de types de Metal différents, notre chanteur Kra Cillag était l'un des leaders de Crystalium, notre nouveau gratteux Mu Cephei fait du death mélodique avec Broken Mirrors, moi-même, fondateur du groupe, j'ai joué dans des groupes de black, de heavy, de cold wave...
Pavillon Rouge est une sorte de famille, incluant bien sûr les musiciens, mais aussi tous les gens qui se sont vraiment investis pour soutenir et faire vivre le groupe. Et, comme dans toutes les familles, tu peux trouver de tout : des intellos, des buveurs de Suze, des sportifs, des drogués, des nostalgiques de certaines heures, des marxistes badass, et même des fans du film Point Break. Et tous ces gens s'aiment et trippent ensemble...

-"Legio Axis Ka" vient donc de sortir le mois dernier, quatre ans après "Solmeth Pervitine". Pourtant il semblerait qu'il ait été prêt bien avant ça, il s'est passé quoi durant cette période pour avoir un délai aussi long ?

Mervyn : Il était composé depuis très longtemps, mais le processus de mixage a été assez long, et la recherche d'un label encore plus longue! Nous voulions un label qui puisse s'investir pas mal pour nous, et comme nous avons eu cette opportunité avec Dooweet, nous nous sommes calés sur leur calendrier, ce qui a repoussé de plus d'un an la sortie de l'album. C'est évidemment chiant pour nous et les personnes qui attendaient le successeur de "Solmeth Pervitine", mais au moins on bosse avec un label très pro et des gens passionnés, et l'album bénéficie du soutien et de la promo qu'il mérite.

-Comment vous vous en êtes retrouvés à signer sur un truc aussi éclectique et polyvalent que Dooweet ?

Mervyn : Justement, pour nous "éclectique et polyvalent" c'est une super qualité pour un label! C'est pas comme si on faisait du Darkthrone... Notre musique est super ouverte, même si elle est typée "black metal", et je trouve ça normal qu'on soit sur un label qui ne se concentre pas sur un seul style.
Et nous nous sommes retrouvés chez eux, car nos amis de Psygnosis étaient très contents de la promo qu'ils avaient faite pour eux, et nous nous sommes dits que nous pourrions faire quelque chose de cool avec eux, ce qui est je pense le cas!

-On peut constater une certaine évolution sur ce dernier album. Plus grandiloquent que le premier, spatial à mort et totalement cinématographique, un peu moins porté sur le psychédélisme tout en étant plus martial. C'est une dualité voulue ou je me suis planté comme un bleu sur les intentions ?

Mervyn : Alors là, t'as tout à fait raison, je pense que tu as bien résumé ce qui séparait les deux albums. "Solmeth Pervitine" était l’œuvre de gens qui ne se connaissaient pas très bien, il y avait dessus de vieux morceaux datant de 2007, d'autres qui étaient tout jeunes, les influences n'étaient pas totalement digérées... Et tout cela a donné un album qui part dans tous les sens, à la limite du bordélique! Pour "Legio Axis Ka", les mots d'ordre étaient : cohésion, fraternité, lumière et discipline. Tu peux trouver tous ces éléments sur la pochette de l'album, où figure la statue "L'Harmonie triomphant du Chaos". Cette statue illustre à merveille notre démarche.
Cela ne veut pas dire que nous avons renié nos influences pour nous concentrer sur un style bien défini. Nous avons décidé de garder toutes nos influences, new wave, techno, black metal, pop etc... mais de les soumettre au trip conquérant et spatial de l'album.
Nous voulions à tout prix éviter une redite, et nous voulions corriger ce qui ne nous plaisait pas sur "Solmeth Pervitine". Sur ce premier album, nous étions esclaves de nos influences. Sur "Legio Axis Ka", nous les avons dominées pour créer un style que je pense totalement unique.

-Vous avez de bons retours sur l'album jusque là ? L'attente a valu la peine ? La coke et les putes ça y va dans les loges ?

Mervyn : Oui les retours sont excellents, un truc de fou, on ne pensait pas que les gens comprendraient aussi bien l'album... Ceux qui étaient un peu hermétiques à "Solmeth Pervitine" arrivent à se détendre en écoutant "Legio Axis Ka" et y retrouvent parfois ce qu'ils aiment... Et ceux qui aimaient "Solmeth Pervitine" adorent nos nouvelles chansons. Que du positif pour l'instant, au point qu'on en vient à attendre les chroniques qui nous traîneront dans la merde!
Pour ce qui est des réjouissances citées plus haut, en fait on attend toujours et à vrai dire, on misait pas mal sur cette interview pour obtenir tout ça... On nous avait dit qu'une chronique + une interview chez Horns Up nous donnaient accès aux soins des meilleures professionnelles, et à un abonnement d'un an chez les plus grands dealers de Paris... Dis-moi c'est pas une connerie?

-C'est quoi votre putain de problème avec le soleil ? Et pourquoi un morceau d'Indochine comme patronyme pour faire du Black Indus ? Enfin d'accord l'influence était bien palpable sur le premier EP mais voilà :3

Mervyn : Justement nous n'avons aucun problème avec le soleil, bien au contraire... Nous sommes certes des amateurs de festivités nocturnes en tous genres, mais, à la manière d'un Gérard Blanc, nous sommes à la recherche du "Soleil dans la Nuit". Ne pas se contenter de se vautrer dans les excès nocturnes, apprécier la nuit pour ce qu'elle est, mais en jouissant des délices offerts par le jour et la lumière, voilà notre démarche. Quand je vois tous ces gens du milieu Metal qui ne jurent que par la nuit, car pour eux le jour est synonyme de boulot, de soumission, de déguisement et d'aliénation, ça me déprime...
Outre le fait que la nuit est exaltée chez 99% des groupes de Metal (et parfois même chez des groupes comme Début de Soirée...) et que cela tend à devenir super monotone et chiant, le soleil sous toutes ses formes est une source d'inspiration moins évidente et beaucoup plus virile, beaucoup plus puissante.
Pourquoi un morceau d'Indochine comme patronyme? Tu préférerais un nom issu de Tolkien? Ou de maladie intestinale? Bon je te l'accorde, avec "Legio Axis Ka", on s'éloigne pas mal de l'influence du père Sirkis... du moins pour l'auditeur, car, en tant que compositeur, je peux t'assurer que la filiation est encore possible. Quoiqu'il arrive, Le Péril Jaune reste un de mes albums préférés, pour moi cet album pulvérise un "Panzer Division Marduk", un "Use your illusion" ou un "Reign in blood"... Il est donc normal que je continue à lui rendre hommage, malgré un album plus martial et moins asiatisant...
Nous sommes un groupe qui, de toute façon, intriguera toujours un peu... et nous nous sentirions vraiment cons et mal à l'aise avec un nom comme Darkmare ou Morbid Lords (j'espère que ces noms ne sont pas déjà pris).


Photos par Sandrh

-La seule fois où j'ai eu l'occasion de vous voir en live (et d'ailleurs c'était une belle claque), c'était sur Paname avec vos poulains de Division Cristal et le gosse de Perturbator. Vous pensez quoi de tout cette nouvelle scène Rétro-Wave-Geek Electro qui explose en attirant en vrai quasi que les metalheads et les mordus de Hotline Miami ?

Mu Cephei : C'est plutôt cool, ça permet le retour des soirées cocktails, des virées en lamborghini countach et des soirées viriles à mater des films qui sentent bon l'huile de vidange et l'essence. Clairement pas des trucs de précieux ou pire… de neutres.

Mervyn : Bien d'accord avec ça, à cette nuance près que le côté « geek » justement gâche un peu le truc, selon moi. La présence de sons rappelant les jeux vidéos, pour moi c'est rédhibitoire. Même quand il y en avait dans Atari Teenage Riot, ça me saoulait...Pour le reste, je trouve ce style assez mortel, je suis complètement fan des sons de synthés 80s. J'espère que toute cette vague ne restera pas purement musicale, et que, d'ici quelques années, on pourra à nouveau arborer des coupes de cheveux dignes de Kurt Russel, des jeans serrés taille mega haute, et qu'on pourra se balader un cure-dent dans la bouche en gueulant « Salut les nanas ! » à chaque fois que l'on croisera des groupes de meufs en robes moulantes rouge posées sur des grosses bagnoles.

-Le truc toujours intéressant à demander à un groupe qui vient de sortir un album: le téléchargement illégal, vous en pensez quoi vous ?

Mu Cephei : C'est un truc assez fantastique pour qui souhaite écouter son groupe préféré avec un putain de son de merde.

Mervyn : Comme tout le monde, j'adore ça quand je cherche le dernier album à peine sorti d'un groupe que j'adore, et je déteste ça quand un connard télécharge mon dernier album à peine sorti.

-Au niveau de vos futurs projets ça donne quoi ? Une tournée de grande envergure, un album qui mettra moins de temps à sortir ?

Mu Cephei : Avec Kra nous sommes en train de préparer un voyage dans les étoiles, une campagne de financement participatif devrait bientôt voir le jour dans ce but, notamment pour nous permettre de recruter des ingénieurs de renom, d'acquérir une fusée bon marché et de la nourriture de cosmonaute. Sinon en terme de projets moins sérieux on travaille sur de nouveaux morceaux et sur quelques dates pour la rentrée, le tout étant conditionné par la réussite du voyage stellaire dont je te parlais précédemment.

Mervyn : T'inquiète, le prochain album devrait être moins long à sortir, et d'ici là, de toute façon, vous aurez quelques nouveaux trucs de nous à mettre dans votre lecteur mp3 à la salle de sport. On va bosser sur des remix de certaines de nos chansons, et on a déjà un nouveau morceau prêt à être enregistré pour un split avec des amis hollandais.

-Parlez nous de Gilles Langoureau. MC Stallone in da place.

Mu Cephei : Gilles Langoureau est le ponte de la variété française, malheureusement mésestimé. Il est une source constante d'inspiration dans notre démarche, une sorte de garde fou pour nous rappeler de ne jamais tomber dans la médiocrité. Certains nous reprochent de placer le Duc de Champigny sur un piédestal mais il suffit d'écouter n'importe lequel de ses morceaux pour savoir qu'il est le maître du "Chanson Française Jeu".
Pour MC Stallone, c'est un rappeur français de grand talent qui à largement manifesté son soutien à Gilles. J'aimerais beaucoup le rencontrer un jour.

Mervyn : D'aucuns s'étonnent de n'avoir jamais vu Mu Cephei et MC Stallone dans la même pièce, et certains vont même jusqu'à conclure qu'il s'agit d'une seule et même personne. On arrivera à stopper cette rumeur le jour où l'on reprendra « Beachgirls » en duo avec MC Stallone, qui sait, peut-être à notre prochain concert à Paris en octobre !

-Vous êtes des mecs du genre badass, vous avez forcément une anecdote de ouf de tournée à nous raconter. Chez Horns Up on kiffe les potins. Envoyez la sauce.

Mu Cephei : Finkielcrotte a dit : "rumeur, bruit qui court au ras des pâquerettes", et comme nous sommes plutôt portés sur l'élévation, je m'abstiendrais de lancer toute rumeur concernant le groupe. Pour ce qui est des faits avérés, pas plus tard que la semaine dernière on s'est fait foutre à la porte d'un bar dans lequel taper de la MD n'était visiblement pas considéré comme cool.

-L'instant promo, y'a quoi dans vos playlists en ce moment, qu'est ce que vous pouvez recommander à nos lecteurs ?

Mu Cephei : WASP, Disgorge, Archive,Zig Zig Sputnik, Orakle.

Mervyn : Dope DOD, Electric Youth, Judas Priest période Painkiller, Social Distortion, Iperyt et Skelettal Family. Si je peux recommander un nouveau truc à vos lecteurs, je dirais bien sûr Division : Cristal! Par ailleurs, l'actualité brûlante de Julie Pietri (ses démélées avec le très fat Jean-Luc Lahaie) m'ont fait redécouvrir le tube “Eve, lève-toi” et son refrain absolument imparable.

-Je vous laisse le mot de la fin. Et Droge Macht Frei.

Mu Cephei : Mamère Noël est une ordure.

Mervyn : Jean-Luc Lahaie est innocent !