Chronique Retour

Album

09/04/15 - TieumaPuma

Drug Control

Drug Control

LabelStraight And Alert Records / Cointoss Records
stylePunk Hardcore / Youth Crew
formatEP
paysUSA
sortiemai 2015
La note de
TieumaPuma
6.5/10


TieumaPuma

Chroniqueur Punk Hardcore, bassiste dans JEANNE et MIND AWAKE, chanteur dans GALERE, posteur régulier sur DROIDxRAGE. xVx

Aaaaaah la Californie. Pour moi, c'est le pays du skate, du soleil et du punk. Parce que j'ai grandi avec THE OFFSPRING, aussi cliché que ça puisse sonner, je ne cache pas que c'est quand même un des groupes par lesquels j'ai découvert le Hardcore. Mais venant de Californie, on peut aussi citer Wishingwell Records et Sarah Kirsch, qui sont plus dans le thème et font partie de mes grandes inspirations. Je vous conseille d'ailleurs vivement de vous documenter sur ces deux dernières références.

DRUG CONTROL, originaires de San Diego dans ce même Etat, sortent leur première démo en 2014 et remettent ça cette année avec un nouveau 7" qui est l'une des trois dernières sorties de Straight And Alert Records de Nantes. Cointoss Records, label américain, participe également à la sortie du disque. La version physique de l'EP sortira aux alentours de mai 2015. Ils font partie de ces jeunes groupes américains qui ont décidé de ramener le Straight Edge Hardcore 80 de la côte Est sur le devant de la scène, avec un son entre SSD et YOUTH OF TODAY et des gants de chantier arborant d'énormes X. Du classique mais solide.

La première chose sur laquelle je voudrais m'arrêter, c'est la cover. Pour tout-e-s celles et ceux qui jouent aux jeux vidéo, est-ce que le skinhead sur l'artwork ne vous fait pas penser à un personnage de The Legend Of Zelda Ocarina Of Time ? Je pense pas que ça soit le but, mais ça me rappel IRON BOOTS qui tirait leur nom du même jeu et je trouve ça assez cool. En plus, c'est le même type de son.

En parlant de son, j'ai connu ce groupe sur leur premier effort, une bonne démo même si l'intro était clairement un riff pompé de STICK TOGETHER et qu'il y avait des petites imprécisions, ça promettait un bon avenir au groupe, avec des chansons Straight Edge droit dans ta figure et des bonnes références au genre musical. Ce qui avait surtout attiré mon attention, c'était le son, crade mais maîtrisé, qui rendait l'ensemble tellement plus agressif. De fait, je m'attendais à la même chose pour le passage à l'EP. Et bien pas du tout.

Ceci dit, ce n'est pas un mal. Je suis toujours un peu réticent quand un groupe améliore la qualité de son enregistrement et j'aurais pu croire que la mise au point niveau son aurait entaché la puissance des compos, mais c'est tout le contraire. Dès le premier morceau, Building Bridges, c'est la tatane. Ici, pas d'intro, si tu n'es pas attentif on te laisse sur le côté parce que ça part d'un coup et droit dans le mille. On a même le droit à un petit coup de floyd, histoire de te rappeler qu'ici, on parle de hardcore inspiré par WARZONE, avec la même rage et les mêmes mosh parts.

Comme c'est le cas sur Enough Is Enough, la piste suivante, qui est calquée sur le même modèle. Partie rapide, dive bomb, danse. Ça fait longtemps que j'entends cette construction de chanson et pourtant j'arrive pas à trouver ça lassant. Surtout que là, c'est plutôt bien foutu, le côté MENTAL des riffs aidant beaucoup. En plus, ce morceau était déjà présent sur la démo, et le petit coup de lifting de l'EP n'a fait que l'améliorer, ça me donne encore plus envie de stomper comme un furieux. C'est un bon choix que de l'avoir réenregistré. Je dois avouer aussi que les paroles de ce morceau ont pas mal attiré mon attention, portant sur les machos dans la scène, et je trouve toujours ça cool quand un groupe a au moins une chanson qui aborde ce genre de thème.

Pour rester dans le sujet, la troisième compo est introduite par un gros coup de floyd, que demander de plus. D'ailleurs, il faut moins de 25 secondes au groupe pour nous servir un nouveau dive bomb et je commence à me demander quand est-ce que j'aurais le droit à un solo. Parce-que quand même, c'est bien de me teaser comme ça, mais j'attends quand même qu'ils fassent crier cette guitare. Je regrette un peu ce manque d'initiative, même si je peux comprendre qu'ils n'aient pas envie de se rater en live, ça aurait donné un peu plus de relief au morceau.

Du coup à part, le placement de voix super efficace et les paroles, sur les nazes qui disent que la scène est morte alors qu'ils font rien pour l'améliorer, Because Of You n'est qu'un morceau en plus sur le disque et c'est dommage. Ça fait office de remplissage, et sur un 7" c'est pas la meilleure chose à faire. Alors je ne dis pas qu'il faut rajouter des milliers de solo comme si c'était du métal, mais un peu d'initiative n'aurait pas fait de mal, rien qu'un morceau un peu plus mid tempo par exemple, ou en tout cas, quelque chose de moins linéaire. Mais j'aurais pas dis non à un petit solo quand même.

Ce qui suit me déçoit aussi un peu. Il n'y a pas si longtemps je discutais avec un ami des groupes de Youth Crew d'il y a plus ou moins 30 ans qui hurlaient à l'unité et à la fraternité dans la scène. En soit, je n'ai rien contre ce discours, il est important dans le sens où le hardcore ne serait pas ce qu'il est sans l'entraide et la participation de tous. Mais, avec une chanson qui parle des machos dans la scène juste avant ainsi que toutes les critiques qui ont été faite par rapport au côté très "fait par les mecs pour les mecs" du style, pourquoi faire une chanson avec des paroles dignes de n'importe quel groupe de NYHC ? Ce qui me gêne dans des textes comme celui de Like Brothers, est que l'idée positive qui est censée en ressortir est gâchée parce qu'ils mettent les filles de côté. Ce n'est surement pas volontaire, et même si l'intention n'est pas mauvaise, ça aurait pu être évité. Parce que j'aime beaucoup UNDERDOG ou BROTHERHOOD, mais les mentalités ont quand même évolué depuis.

C'est donc un nouveau disque très correct que nous balance l'équipe de San Diego, avec des compositions très classiques mais super efficaces, un Hardcore à la AGNOSTIC FRONT remis au goût du jour avec un son qui arrache et qui donne bien envie de danser. De plus, en grand amateur de dive bomb, je suis servi tellement il y en a à outrance. On regrettera cependant le manque de prise de risque de la part des Californiens, qui ternit les compos et rend l'ensemble redondant. Je continue à penser qu'un petit solo n'aurait fait de mal à personne. Le dernier titre me laisse également dubitatif et aurait mérité un peu plus de réflexion au niveau des paroles. Cependant, si vous aimez le Hardcore East Coast des années 80 avec une bonne dose de Youth Crew dedans, vous allez être ravi, et ce 7" promet un très bel avenir à DRUG CONTROL que j'ai hâte d'entendre et qui rappelle que non, le hardcore n'est pas mort, loin de là.

Tracklist :

1. Buildin Bridges
2. Enough is Enough
3.Endless Cycle
4. Because Of You
5. Like Brothers