Chronique Retour

Album

21/03/15 - Cook

Rotting Out

Reckoning

LabelPure Noise Records
stylePunk / hardcore
formatAlbum
paysUSA
sortiemars 2015
La note de
Cook
7.5/10


Cook

Hardcore // Sludge // Doom // Stoner // Crossover // Black Breath.

C'est donc deux ans après leur précédente sortie, que les patrons du hardcore retro sortent enfin quelque chose! On n'y croyait plus et j'attendais donc avec impatience de pouvoir me jeter sur cet EP! Bon, c'est sûr, après 2 ans d'absence, j'aurais adoré avoir plus de 5 titres à croquer, mais c'est comme ça, les papas savent se faire désirer et nous jettent des morceaux au lance-pierre.

Rotting Out, ce groupe me laisse rêveur. Forcément, si vous êtes skaters, que vous aimez Thrasher Magazine ou que vous adorez rêver sur les Z-Boys, ce groupe est fait pour vous!

Ces mecs savent faire groover n'importe quel riff et le côté thrash n'y est pas pour rien. Cinq morceaux donc, pour un EP d'une durée de dix minutes, autant vous dire qu'aucun titre n'excède les quatre minutes, on est pas là pour se prélasser et admirer la technicité des riffs, ce qu'on veut c'est sentir la sueur moite d'une longue session de skate couler dans notre cou, agiter frénétiquement la nuque et surtout, aggriper le micro pour scander les paroles lors d'un concert.

La fureur du hardcore et l'énergie du thrash donc, que demander de plus? Reckoning, car ainsi se nomme l'EP, commence sur les chapeaux de roue avec le titre Born. Petit sample d'intro comme à leurs habitudes, basse ronde à souhait, et immédiatement, cette voix si singulière et frappante qui semble sortie de terre. Et putain ce break de folie au milieu du morceau... Tout se stoppe, le tempo ralentit d'un cran, on s'imagine déjà en train de slammer, taper du poing et choper au colback n'importe quel énergumène dans la fosse afin de lui cracher notre haine au visage. Bordel, un morceau et déjà la sauce prend.

Eyes Wide poursuit donc cette écoute avec encore la même recette, hyper efficace, la même énergie et les mêmes intonations de voix. Et clairement, ce qui est cool dans ce groupe, c'est que peu importe la chanson, la signature se reconnaît directement, qu'importe qu'ils calquent certains riffs, ils innovent sans cesse et n'ont aucun mal à renouveler leur musique, qui est vraiment passionnée et puissante.

On poursuit avec le morceau le plus long de ce court EP, End of the Road, c'est à grands renforts de choeurs passionnés que Walter scande son amour pour Los Angeles. «There's a city that I love and hate it stays with me every goddamn day there's an unknown road no matter where I go I'll always know that I'll come back home». On comprend tout de suite que c'est l'album des règlements de compte, à travers des différents thèmes abordés... I Don't Care et Live Fast Die Young sont d'ailleurs là pour prouver que ces tauliers-là sont venus déverser ce qu'ils ressentent.

C'est donc en moins de trois minutes que s'achève Reckoning, EP très convaincant de ce printemps 2015. J'espère néanmoins qu'il sera vite suivi par un petit frère, car là, clairement, c'est beaucoup trop court, même si c'est la signature de beaucoup de groupes de hardcore, j'aurais adoré avoir deux ou trois titres en plus à me mettre sous la dent...

On peut quand même apprécier les chansons présentes, chantonner les riffs et attendre impatiemment de les voir ou revoir en tournée dans notre beau pays aux mille fromages.

Tracklist:
1. Born
2. Eyes Wide
3. End of the Road
4. I Don't Care
5. Live Fast Die Young