Live reports Retour
vendredi 6 mars 2015

Snot + Drawers + Dwail

Le Connexion Live - Toulouse

Shawn

Anciennement responsable du webzine U-zine.org. Actuellement chroniqueur éclectique et live reporter basé à Toulouse.

Qui l’aurait cru ? Le neo metal encore en vie en 2015 ? Et pourtant, non seulement l’esprit de la fusion made in 90’s est présent dans le cœur de tous, mais le sentiment de nostalgie qui l’accompagne en a porté plus d’un au Connexion Live de Toulouse ! En cause, le passage des cultissimes Snot sur le continent européen, un évènement en soi, encore plus incroyable et impensable lorsque l’on connaît l’histoire mouvementée du groupe, mais nous y reviendrons. Les deux associations organisatrices, Toulouse Hardcord Shows et SPM avaient prévenu à de nombreuses reprises : ça risquait d’être complet, et ça n’a pas manqué ! C’est donc dans un Connexion plein à craquer qu’ont convergé les fans toulousains, pour célébrer la scène locale en ouverture mais également passer un bon moment sur Snot.

DWAIL

Et effectivement, la scène locale était doublement à l’honneur, avec Drawers mais avant tout avec Dwail.  La formation toulousaine qui fêtait l’an dernier ses 10 ans d’activités via un second album, The Human Concern - Judgment & Fall profite ce soir d’une salle déjà remplie à moitié lors de leur entrée sur scène. Leur groove metal prend avec les années de plus en plus d’aspect post-metal, avec des riffs déstructurés et des changements de rythmes frénétiques. Leur musique prend au cœur tellement elle est jouée avec les tripes. A ce propos, Yannock Sans, le charismatique chanteur donne une dimension toute particulière à ses titres puisqu’il vit littéralement sa musique. Le public est encore un peu timide mais la dizaine de personnes à l’avant de la scène réussissent au fil du set à motiver les autres. Tout naturellement, la setlist sera orientée autour du nouvel album, à l’image des titres The Elements, Song of Cleansing ou encore Under The Bombs. Notons par ailleurs la présence de Brice Sansonetto derrière les futs en remplacement temporaire de Lea, leur frappeuse attitrée.

Setlist Dwail :
Under the Bombs
District One
Sleepless Dream
Influx
Song of Cleansing
LD50
The Elements
Darkening Trees
A Sharp Gunshot

DRAWERS

Autre groupe local particulièrement bien établi, autre genre musical et autre ambiance. Tout droit rentrés d’une tournée de 8 dates à Cuba, les Drawers sont rodés et ça se voit ! Le groupe est un grand habitué des scènes toulousaines, et on a arrêté depuis belle lurette de compter le nombre de concerts qu’ils donnent dans le coin ! Qu’importe, à chaque fois, le groupe est constant et fait toujours passer de très bons moments. Drawers est particulièrement enthousiaste de se produire juste avant Snot. Niko, vocaliste de la formation nous le prouvera à de nombreuses reprises, remerciant au passage les deux associations organisatrices. Leur sludge stonerisant déridera le public et leurs riffs lourds entraîneront quelques timides mouvements de foules. Défendant leur second album, éponyme, sorti il y a un peu plus d’un an, le groupe n’en oublie pas son premier opus All In One (Red Ballet et Caput Mortuum Ocean toujours aussi géniales). Du bon, comme toujours.

Setlist Drawers :

Caput Mortuum Ocean
Detour
Red Ballet
Return
Words
Mourning
Shadow Dancers

SNOT

Snot et le destin, c’est toute une histoire. Le groupe, fondé en 1995, en pleine époque de remise en question créative, en plein dans les années de gloire du neo metal, et de la fusion. Alors que le premier album Get Some avait trouvé une extraordinaire réception auprès du public d’alors, en décembre 1998, le chanteur Lynn Strait se tue dans un accident de voiture sur le chemin du studio où le groupe enregistrait son second opus. Le groupe se remet en question et déclare alors "We can’t go on without Lynn. It’s just bullshit when bands do that." L’affaire était close.

Pourtant ces dernières années, il semble que le groupe ait revu sa position et après quelques timides réunions et des modifications de line-up à l’en plus finir, revoilà Snot sur scène pour distiller encore et toujours les titres qui ont mené la formation vers la gloire. Car effectivement, le groupe n’ayant pas prévu pour le moment de retourner en studio, il se retrouve à défendre sur scène son seul et unique véritable album, Get Some qui sera du coup interprété en intégralité et dans l’ordre ! L’hommage dans sa forme la plus noble.

Et dès les premières notes de l’intro, on sent dans le public une atmosphère électrique, une énergie accumulée, prête à exploser, un peu comme cette chaleur étouffante les soirs d’été en attendant les orages. Le titre éponyme commence et le public est déjà totalement déchaîné. Ce n’est pas le titre culte Stoopid qui calmera le jeu, le public sautille, ça grouille, ça se meut péniblement, il y a du monde, beaucoup de monde. Le groupe, tout sourire à l’image des charismatiques Mikey Doling et Carl Bensley prend réellement plaisir à se produire sur scène, l’énergie positive est communicative et se répend comme une traînée de poudre pour exploser à chaque titre.

On verra par moment Niko, de Drawers prendre le micro sur certains refrains pour accompagner Carl, étonné mais honoré de la situation. A ce propos, cette scène, simplement belle est révélatrice de l’état d’esprit des associations toulousaines. Alors qu’on avait pu sentir par le passé quelques tensions entre SPM, THS et Noiser,du fait de dates organisées le même soir, quel plaisir de voir Wilo de THS totalement déchaîné dans le pit, Niko de Noiser comme un gamin sur le côté de scène et Moocher de SPM suivant le live depuis le balcon, les yeux pétillants de quelqu’un retombé en pleine adolescence. Moment simple et beau !

Pendant ce temps, Snot poursuit son set dans la continuité : énergique, puissant et accompagné d’un public lui mangeant dans la main. Deadfall et son riff punk rendra tout le monde quasi hystérique, tout comme la puissante Tecato. Première surprise sur la fin du titre lorsque Snot conclue avec quelques riffs de A New Level, de Pantera. Seconde surprise en fin de set lorsque les Américains rendront hommage à leurs collègues californiens de Metallica avec un Hit The Light purement génialissime, qui clôt tout en classe ce concert. Impressionnant, à plus forte raison avec le douloureux passif du groupe. Une prestation qui force le respect !

Setlist Snot :
Intro
Snot
Stoopid
Joy Ride
The Box
Snooze Button
313
Get Some
Deadfall
I Jus' Lie
Get Some O' Deez
Unplugged
Tecato (with medley Pantera - A New Level)
Mr. Brett (feat. JJ of The Bastard Sons)
Get Some Keez
My Balls
Hit The Lights (Metallica Cover)
Absent

Merci à THS et SPM pour l’orga !

Photos