Live reports Retour
mardi 11 mars 2014 - Schifeul

Loudblast + Benighted : Brutale Coalition - Eragny

Covent Garden Studio - Eragny

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Petit séjour en région Île-de-France : ses habitants, ses monuments, son nuage de pollution mais surtout ses concerts pour assister à deux dates de la tournée savattage de gueule à la bonne franquette bien française de ce début d'année : Le Brutale Coalition Tour réunissant Benighted et Loudblast, deux groupes d'époques différentes mais réunis pour représenter le Death bien de chez nous !

On commence donc par la date d'Eragny au Covent Garden Studio, local de répétition apparemment, abritant une bonne petite salle, située dans un Parc d'Activité avec pour seul voisinage, des entreprises forcément fermées et une salle de cours de boxe. Salle proposant une bonne promiscuité avec les musiciens + absence de voisins chiants, tout ça promet du bon !

La tâche d'ouvrir cette soirée revient à Vicktorya, groupe de metalcore mené par la dénommée Victoria (ce qui a du donner lieu à un gros brainstorming pour trouver le nom du groupe), frontwoman à la voix bien plus que correcte, qui donne beaucoup sur scène, tant dans l’interprétation des titres que pour essayer de motiver les personnes présentes, comptant pas mal de leurs potes, le groupe jouant à la maison ce soir. Mais ça s’arrête là. Leur metalcore est assez insipide et les zikos au look qui me fait me sentir vieux restent concentrés sur leurs instruments et balancent autant de charisme qu'un Psychrolutes marcidus. Dommage car on sent que leur leader en veut, faudrait juste que les musiciens se retirent les doigts ! Alors que le groupe nous interprète son titre « Forsaken » (dommage, c'pas l'bon groupe), on aura même droit à de la pyrotechnie avec deux gerbes d'étincelles. Moi non plus, j'ai pas compris le concept, mais bon, ça fait joli . Une fois ce morceau terminé, s'ensuit un blanc jusqu'à ce que le guitariste se saisisse du micro pour nous annoncer : « En fait, on a oublié de le dire mais c'est fini » Putain, champion pour la fin de concert la plus flamboyante qu'il m’ait été donnée de voir ! Mais certains potes/fans présents n'acceptent pas de les voir ainsi finir en mode défaite et réclament une autre chanson que le groupe s'empresse d’exécuter avant de saluer en bonne et due forme.

On passe aux choses sérieuses avec le groupe qui m'a fait bouger mon boule hors du Nord : les Stéphanois de Benighted accompagnés de moult nouveaux titres de leur excellent Carnivore Sublime fraîchement sorti à nous faire découvrir en live. Les lumières s'éteignent et retentit une intro inquiétante, avec comptine d'enfant déformée jusqu'au « Congratulation ! It's a big boy ! … YOU SICK FUCK ! » et Bam, pas bonjour, pas merci, on se prend direct l’enchaînement X2Y/Noise dans la tronche genre Faciale Abuse, ça tape dans le fond de la gorge, on écarquille les yeux, verse une larme et on a pas le temps d'en placer une durant le ramonage des amygdales façon irrumation. Juste avant qu'on craque et qu'on commence à leur saloper les genoux, Benighted nous fait reprendre notre souffle et nos marque avec deux morceaux bien connus : Let the Blood Spill Between My Broken Teeth  que Julien nous fait hurler avant de nous le balancer et surtout un énorme Collapse et son cultissime « He Can't/Recognize/Bui Bui/Around The Bed »,

On retourne à Carnivore Sublime avec maintenant la connue Experience Your Flesh, sur laquelle Julien se sert de l'occasion pour rappeler qu'ils en ont fait un videoclip puis Carnivore Sublime et son petit passage Samba repris en tapant des mains en rythme et en dandinant son petit cul. Arrive Prey sur laquelle Julien demande si ça nous tente un circle pit, et au vu de la réponse proposée, il en déduit que...non ! Bon, se prendre des bides en concert, ça arrive, mais sur du Benighted, j'ai jamais vu ça, et je les ai vu un paquet de fois ! En temps normal, les circle pit, ça passe nickel et les wall of death se forment sans qu'il n'ait rien a dire. Mais là non, pas grave, Julien a l'air de prendre ça à la rigolade et encourage quand même à le faire même s'ils ne sont que 3, là ça va, ils furent 4 à faire la ronde... Mais notre bande de copains coquins ne se laisse pas démonter par ce semi camouflet car après un Collection of Dead Portraits que notre va-nu-pied préféré dédie à sa maman, à nos maman à tous mais aussi à Facebook parce qu' « après tout, nos maman ont des seins », un Wall of Death est enclenché sur Fritzl et celui-ci sera heureusement un peu plus suivi.

On arrive tout doucement à la fin du set, Benighted nous assène deux autre titres de son dernier album, très mis en avant ce soir avec tout d'abord Jekyll qui parle d'amour. Julien nous incite donc à nous mettre deux par deux, à se faire des câlins et pourquoi pas à se faire l'amour, l'obscurité de la salle pouvant se rendre complice de nos ébats discrets. Puis Slaughter/Suicide sur laquelle il nous est simplement demandé de gueuler comme des porcs « DIVIDE » sur l'intro du morceau. Le concert se termine sur un SlutBenighted vide ses dernières cartouches après nous avoir fait hurler le titre comme des porcs. Une dernière fois, les musicos se déchaînent, les guitaristes se donnent des coups de boules à la Zidane sur le torse tandis que Julien se sert de l'avancée de scène pour se coller au plus près de nos gueules et hurler en nous regardant dans les yeux.

Premier contact avec le Benighted cuvée 2014 et comme prévu, ce fut la fessé cul nue. On pourra déplorer quelques réserves sur la set list, un seul morceau d'Identisick ayant était joué (Nemesis, présent au début de la tournée, a sauté au profit de Jekyll, parce que, je cite : « ça faisait un temps mort par rapport à la brutalité des autres titres » sérieusement les mecs??), tout comme pour Icon et seulement deux malheureux titres pour Asylum Cave tandis qu'aucun titres d'I.C.P. ne fut joué, mais ça, ça devient habituel... Merde Fœtus quoi ! Mais bon, Benighted est arrivé à un point où sa discographie est assez conséquente et doit maintenant faire des choix. Il est donc normal que les titres du dernier album soient privilégiés, surtout que ceux-ci passent parfaitement en live. Il reste à espérer une tournée en tête d'affiche à venir rapidement pour profiter de davantage d'anciens morceaux et pourquoi pas un « Les Morsures Du Cerbère » en nouveau titre car décidément, elle défonce !

X2Y 
Noise 
Let the Blood Spill Between My Broken Teeth 
Collapse 
Experience Your Flesh 
Carnivore Sublime 
Prey 
Collection Of Dead Portrait 
Fritzl 
Jekyll 
Slaughter/Suicide 
Slut 


C'est en attendant Loudblast que j'ai vécu un énorme drame : alors que j’étais au bar en train de déguster un Covent Burger (je recommande, ils cartonnaient), deux hot-dog apparemment en attente de leur acquéreur me tenaient compagnie. Soudain, un des barmans les pris pour les foutre à la poubelle, excédé par le non-retour du client étourdi qui les avait commandé. Choqué par la scène et la voix bloquée par la surprise et le morceau de burger, je ne pus sortir un mot pour faire part de mon indignation, les voyant ainsi finir aux ordures. La tristesse...Merde mec ! Y en a qui ont du se contenter d'un bol de Trésors de Kellogs et d'une poire de toute la journée et qui ont la méga dalle ! Tssss...Autant dire que Loudblast a intérêt à assurer après ça !

Et ils ont plutôt assuré les bougres ! Surtout que de base, je ne suis pas fan de Loudblast, les quelques titres que j'ai pu écouter ça et là ne m'ont jamais chamboulé et leur concert au Hellfest 2010 ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Mais la la formation menée par un Stéphane Buriez complètement possédé m'a fait revoir mon jugement. La fosse a même l'air de se sortir de sa torpeur pour enfin bouger son boule sur les morceaux death thrash balancés par les nordistes! La set list mélangeant anciens et nouveaux morceaux, dont 3 de leur album qui sortira en avril, a l'air de plaire aux fans présents. Bien sûr, le tout est moins rapide et brutal que pour Benighted, mais le tempo plus lent donne aux titres un aspect beaucoup plus massif. En tout cas, le groupe est content d'être là, comme l'atteste le sourire affiché par son frontman entre chaque morceau.

A la fin de leur set, les Loudblast nous réservent une petite surprise ! En effet, changement de matos express et ce sont les Benighted accompagnés du tour manager et le reste de la fine équipe de cette Brutale Coalition qui viennent rejoindre Loudblast sur scène pour une reprise de Refuse/Resist de Sepultura (car quand il y a trop de monde sur scène, on reprend toujours Sepultura) un poil bordélique mais au combien révélatrice de la bonne humeur qui doit régner sur cette tournée.

Steering for Paradise
Flesh
Emptiness Crushes My Soul
From Dried Bones
Never Endin' Blast
Frozen Moments Between Life and Death
The Abstract God
The Bitter Seed
A Bloody Oath
Taste Me
The Horror Within
Sublime Dementia
Cross the Threshold
My Last Journey
Refuse/Resist (Sepultura cover) / feat Benighted


Autant Benighted et Loudblast furent impeccables, autant on peut déplorer l'attitude du public, plus qu'amorphe ce soir alors que la promiscuité rendue possible par le cadre « petite salle » aurait pu donner quelque chose de génial. Tant pis ! On repart, Rires et Chansons à fond dans la bagnole, en attendant la date du lendemain.