Chronique Retour

Album

19/01/15 - U-Zine

Reverorum ib Malacht

De Mysteriis Dom Christi

LabelThe Ajna Offensive
styleExperimental Black Metal / Dark Ambiant
formatAlbum
paysSuède
sortieseptembre 2014
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

S’il y a bien un projet qui m’intrigue, voire me fascine, dans l’univers Black Metal, c’est bien Reverorum ib Malacht. Je surveille assidument leurs travaux depuis leur première démo « What Do You Think of the Old God, We Call Him Judas? », parue en 2005, l’occultisme de cette œuvre m’avait profondément attiré à l’époque. Mais le plus surprenant dans leur parcours reste la conversion des membres au catholicisme, confessé lors d’une interview pour le webzine Hammemit en 2012. Pour autant, ce n’est pas pour cela que les deux individus vont cesser leurs activités, bien au contraire, ils revendiquent leur « Roman Catholic Black Metal » noir sur blanc au sein de l’artwork. 

Après quatre réalisations (trois démos et un album), l’entité suédoise a sorti cette année son nouveau méfait intitulé « De Mysteriis Dom Christi », faisant bien évidemment écho au monument de Mayhem.

Il vous faudra toutefois être vigilant par rapport au support sur lequel vous écouterez cette nouvelle œuvre, les versions CD, cassette et LP sont en effet chacune différentes, chose peu commune. Mes écrits porteront sur l’édition CD, présentant onze titres pour plus d’une heure de musique, alternant plages ambiantes et morceaux ‘Black Metal’. La première chose qui surprend à l’écoute de cet album, c’est l’absence (ou la quasi-inaudibilité) de la guitare électrique (bien présente sur les versions cassette et LP, soit dit en passant). Plus d’une personne penserait que l’intérêt musical serait vidé de sa substance et pourtant, les scandinaves parviennent à produire une ambiance des plus occultes qui soit. La sensation imprégnant l’auditeur tout au long de l’écoute, c’est d’être plongé dans d’obscurs couloirs de cathédrale abandonnée, sinon possédée ; les interludes ambiants étant tantôt d’étranges voix d’origine non identifiée, tantôt des mélodies résonant sur les murs de cette gigantesque bâtisse ecclésiastique. Mais la véritable plus-value de cet opus, ce sont bien les morceaux typés Black Metal, complètement cauchemardesques. Le jeu de batterie est virulent tout en ayant une certaine distance, les claviers jouent quant à eux le rôle principal avec leurs accords glaciaux, dissonants et la voix…cette voix qui n’est pas sans rappeler celle d’Attila Csihar, à la fois torturée, quasi-religieuse et incantatoire, comme émanant des entrailles inexplorées du lieu. Tout laisse à penser que cette offrande, expérimentale, est une sorte d’anti-De Mysteriis dom Sathanas, comme cette silhouette de clocher en couverture, évoquant celle de Mayhem.

D’ailleurs, concernant l’artwork, si d’extérieur les tons sont austères, sombres et menaçants, on pénètre dans leur univers au sein du clair livret avec la présence de gravures et de prières en latin, à la gloire du Christ et du Tout-Puissant :
 

Qui textus pii et religiosi vero recitati et cantati, infra autem inueniri non possunt, certe ob numerum librorum et auctorum obliti, renumerare non potuimus

Credo in vnum Dominum, Patrem omnipotentem factorem celi et terre, visibilium omnium et inuisibilum Et in vnum Dominum, Iesum Christum, Filium Dei vnigenitum, et ex Patre natum, ante omnia secula, Deum de Deo, lumen de lumine, Deum verum de Deo vero, genitum, non factum, consubstancialem Patri, per quem omnia facta sunt, qui propter nos homines et propter nostram salutem descendit de celis, et incarnatus est de Spiritu Sancto ex Maria Uirgine, et homo factus est, crucifixus eciam pro nobis sub Pontio Pilato, passus et sepltus est, et resurrexit tercia die, secundum Scripturas, et ascendit in celum, sedet ad dexteram Patris, et iterum venturus est cum gloria, iudicare viuos et mortuos, cuius regni non erit finis.

Et in Spiritum Sanctum, Dominum et viuificantem, qui ex Patre Filioque procedit, qui cum Patre et Filio simul adoratur, et conglorificatur, qui locutus est per Prophetas.

Et vnam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam.

Confiteor unum baptisma in remissionem peccatorum. Et excepta resurrectionem mortuorum, et vitam venturi seculi.

Amen

 

Intox, provocation, concept original ou véritable engagement, nul ne peut déterminer les réelles convictions de ce curieux duo suédois, tant leurs apparitions sont rares dans la sphère musicale, nous ne pourrons juger qu’avec les moyens à notre disposition. En tout état de cause, quiconque est attiré par l’approche occulte du Black Metal, voire du Dark Ambiant, et n’ayant pas de blocage vis-à-vis de leur foi revendiquée, ce De Mysteriis dom Christi ne laissera pas indifférent tant le côté ésotérique et rituel épanche cette œuvre. D’ailleurs, pour l’avoir expérimenté, cet album s’apprécie d’autant plus en conditions de solitude nocturne, pour s’imprégner de toute la quintessence mystique des compositions. Masterpiece.

1. Credo
2. Domini est Terra 
3. Bre'shith
4. The Chaos Was Created Out of Nothing
5. Voûtós-estin O-yiós-mou
6. Nw thänthidh 
7. Säle ärw andelike fatighe
8. O Ignee Spiritus 
9. Sela 
10. wayhi binsoa' 
11. Hwar Christen Människia / wayyeshæv