Live reports Retour
lundi 10 février 2014

Immolation + Broken Hope + Sweetest Devilry + Chabtan

La Dynamo - Toulouse

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Eh beh, on aura rarement vu autant la scène toulousaine se bouger le cul pour nous proposer des affiches un peu partout ! Et même si cette accroche me sert quasiment à chaque live report, elle est de plus en plus vérifiée. Avec l’ouverture du Metronum, cette salle ultra moderne toute juste inaugurée au nord de Toulouse, l’avenir se dessine de plus en plus radieux avec déjà quelques dates métal annoncées tel que Napalm Death + Hammercult. Et pour dire à quel point les annonces vont bon train ces temps-ci, Unholy Dawn a annoncé sur le net Endstille au Saint des Seins en plein milieu du concert d’Immolation. Et avec The Exploited, Turisas et Sepultura dans les 3 semaines qui viennent, accrochez-vous les cocos ! Oui mais voilà, chaque chose en son temps, et ce soir, c’est donc Immolation et Broken Hope qui viennent pour une double ration de fessée pour une date unique en France (pour une fois que ce n’est pas Paris !).

CHABTAN

On commence donc avec Chabtan, support français qui entre sur scène devant une Dynamo quasiment vide, le public s’étant réparti au fond et sur les côtés avec un énorme trou au centre de la salle. Délivrant un death thrashisant, la formation semblera manquer d’aisance en début de set, la faute aussi à un public absent … Quoi qu’il en soit, sous ses abords assez simplistes, la musique de Chabtan est au final assez bien branlé, avec quelques passages rudement inspirés (« Betrayer » ou « Motz » en sont la preuve).

Les passages en basse slappé apportent une petite touche funky à leurs compositions. Au fur et à mesure que le set avance, la formation semble trouver ses marques et une fois à l’aise, leur musique s’en trouve bonifiée avec une fin de set très inspirée. Les musiciens semblent à l’aise, menée par Christofer, vocaliste de la formation qui en fait parfois un peu trop niveau jeu de scène ! Le groupe défendait ce soir son premier EP, sobrement intitulé Eleven et pour ma part, je sens que l’on n’a pas fini de parler d’eux ! Un bon espoir pour le futur !

Cult Of Blood
This Day Is Red
Bloodstained Hate
Betrayer
Nacon
Motz
Worshiping Death
 

SWEETEST DEVILRY

Il y a parfois des moments où le chroniqueur, malgré toute la bonne volonté qu’il puisse y mettre reste hermétique à ce que proposent certaines formations. Par exemple Six Feet Under me fait planer alors qu’un Incantation va me laisser totalement froid. Et pour les parisiens de Sweetest Devilry, c’est un peu le second cas. Loin de moi l’envie de casser du groupe par pur plaisir, je préfère m’abstenir. Quoi qu’il en soit, la formation jouera devant un public légèrement plus présent que pendant le set de Chabtan. Statique sur scène, leur death metal me parait assez basique et pas terriblement inspiré. Bref, je suis peut-être passé totalement à travers le concept …
 

BROKEN HOPE

Broken Hope c’est tout une histoire. Actif pendant 13 ans, de 1988 à 2001, la formation de Chicago passé une période de silence de 11 autres années. En 2012, Jérémy Wagner, guitariste fondateur et Shaun Glass, bassiste de la première mouture reforment le groupe avec 3 autres larons dont Tom Lieski au chant, déjà connu pour être aussi le vocaliste de Gorgasm. Fort d’un nouvel album, Omen of Disease, sorti en septembre dernier, le groupe se fait virer de la tournée avec Deicide après qu’un de leur fan se soit coupé la gorge au cutter pendant un concert à El Paso (Texas), grosse ambiance !!

Toute une histoire on vous dit ! Et ce soir, le groupe n’est pas là pour couper des gorges mais pour briser des nuques et effectivement, malgré des années d’absence, la formation n’a rien perdu de sa superbe avec un son ultra massif. Leur death metal, sans la plus grande tradition made in Tampa (malgré qu’ils soient de Chicago) ne s’attarde pas avec les fioritures : c’est propre, c’est viscéral, faisant ressortir dans le public l’instinct quasi animal. Retour au grégaire !

Dès les premiers titres, le public, jusqu’alors timide et peu investi s’implique et le front de scène s’étoffe quelque peu. Massif tant musicalement que scéniquement (car composé de beaux bébés), Broken Hope, mené par l’impressionnant vocaliste Tom Lieski nous rappellera le style vocal de Chris Barnes, ultra guttural, presque grogné et le style physique de Bill Robinson de Decrepit Birth, d’ours mal léché. Quoi qu’il en soit, ce soir, la formation de l’Illinois s’est imposé en maître, au point de quasiment faire de l’ombre à Immolation.

Womb of Horrors
Dilation and Extraction
The Docking Dead
He Was Raped
Swamped in Gore
The Dead Half
Rendered Into Lard
Gore Hog
Awakened by Stench
Give Me the Bottom Half
Into the Necrosphere
The Flesh Mechanic
Incinerated
 

IMMOLATION

Immolation, c’est 28 ans de carrière et déjà 9 albums au compteur. Avec un dernier opus, Kingdom of Conspiracy, sorti en mai, la formation de New York prouve qu’il a résisté au temps avec une régularité que ne renierai pas Motorhead. C’est donc tout naturellement que Ross Dolan entre en scène, tout sourire, prêt à mener sa fine équipe à la victoire. Techniquement impressionnant sur son jeu de basse en pizzicato. A sa droite, Robert Vigna et son crâne rasé nous offre un jeu aérien à en rendre jaloux la patrouille de France : toujours à lever au ciel sa guitare et à jouer avec, un vrai régal de le voir jouer avec !

Derrière, Steve Shalaty ne paye pas de mine mais il est sans nul doute le pivot du groupe tant sa technique reste implacable. Un sans-faute malgré ses 10 cymbales (ouais, j’ai compté !) et ses multiples toms, une véritable leçon de batterie. Du côté du public, oublié la froideur des deux premiers groupes, le pit bat son plein, avec quelques slams et une bonne volonté de faire honneur à la musique d’Immolation. On regrettera néanmoins une Dynamo loin d’être à sa capacité maximale, bien dommage … Ross, loin d’être avare en paroles remerciera chaleureusement le public entre quasi-tous les titres, le tout avec un éternel sourire figé aux lèvres ! A mon sens un poil en deçà de Broken Hope, Immolation a néanmoins prouvé qu’il était un grand parmi les grands !

Kingdom of Conspiracy
Majesty and Decay
What They Bring
A Spectacle of Lies
Lost Passion
God Complex
Providence
Of Martyrs and Men
Bound to Order
A Glorious Epoch
Hate's Plague
Despondent Souls
Indoctrinate
Nailed to Gold
Challenge the Storm
All That Awaits Us
-----
Those Left Behind
 

Merci à Nico et son équipe de Noiser pour ce live. On les retrouvera avec Drawers en ces mêmes lieux le 7 mars ainsi que les 15 et 16 avril avec respectivement Amenra @ Dynamo et Napalm Death + Hammercult @ Le Metronum.