Live reports Retour
mardi 9 mars 2010 - U-Zine

Paganfest 2010

MJC Cleunay - Elysée Montmartre - C.C.O de Villeurbanne - Rennes - Paris - Lyon

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A U-zine on fait rarement les choses à moitié, et nous aimons proposer des choses variées, qui changent de ce que vous pouvez voir sur d'autres médias. Le Paganfest 2010 faisant halte en France en ces 9, 10 et 11 mars, respectivement à Rennes, Paris et Lyon. Il fut décidé d'assister aux trois dates françaises de ce Paganfest 2010 et pour cette occasion de vous proposer un live report complet de ces 3 dates, regroupés ci dessous. Compte rendu des 3 concerts des même groupes présent à l'affiche, par 3 personnes différentes dans 3 lieux différents dans l'hexagone. Le tout agrémenté de vidéos et photos exclusives labellisées U-zine!

Nos Envoyés Spéciaux :
Hraesvelg : Rennes 9 mars 2010 @ MJC Cleunay (Antipode)
Michael : Paris 10 mars 2010 @ Elysée Montmartre
Pec : Lyon 11 mars 2010 @ C.C.O de Villeurbanne
 

Hraesvelg - Rennes :

Beaucoup de monde pour un mardi, plaques de tout l’Ouest, salle probablement pleine pour une affiche à l'intitulé "Pagan" qui se discute et au choix et placement des groupes assez orienté public allemand. Mais bon : trois dates Françaises, Arkona et Dornenreich ... ne boudons pas notre plaisir.
Michaël - Paris :
En ce mercredi 10 mars, le Paganfest faisait une petite halte par Paris, l'occasion pour tous les folk metalleux de la capitale de sortir leur plus belles peaux de bêtes et d'envahir l'Elysée Montmartre, une salle toujours propice à de bons moments. C'est devant une salle partiellement remplie que les cinq groupes de ce soir se sont produits. On peut d'ailleurs s'étonner de voir Arkona officier en début de soirée tant la réputation du groupe n'est plus à faire. Toujours est-il que c'est pour notre plus grand plaisir que l'on va pouvoir assister à cette déferlante de décibels dans la bonne humeur, caractéristique de cette scène Pagan.
Pec – Lyon :
En cette fraiche journée de mars direction la salle du C.C.O de Villeurbanne, pour assister au Paganfest 2010 organisé par Myreferencevents. Cette dernière escale française affiche Sold Out depuis plus d'une semaine, les 600 places se sont vendues comme des petits pains. En région lyonnaise, l'annonce de ce concert complet ne fit pas que des heureux, car beaucoup pensaient pouvoir dégoter leur précieux sésame au dernier moment. A signaler que le dernier Paganfest à Lyon avait attiré beaucoup moins de monde, alors que l'affiche était tout aussi intéressante. Ce même soir se produit Blaze Bailey, et ce fut un choix cornélien, (l'ancien chanteur d'Iron Maiden, ou le Paganfest) option prise pour ce concert mais petite amertume de voir deux concerts de Metal d'envergure, organisés le même jour au détriment des fans.

VARG

Hraesvelg - Rennes :
Il y a déjà foule aux pieds du groupe qui envoi velu un heavy tendance viking avec un chanteur au timbre assez agressif. C’est très bien fait, mélodique et carré. Tout cela est bien épique et taillé pour le carton, mais manque un peu d’originalité comparé au reste de l’affiche qui diffuse une vision personnelle du Pagan/Folk. Gros succès mais un peu trop dans la facilité, ce qui n’enlève rien à la qualité des compositions, mais le groupe devrait pouvoir proposer quelque chose de moins bateau, vu le niveau des musiciens … à suivre.

Michaël - Paris :

Après un show d'Arkona très puissant, les Vikings de Varg arrivent sur scène pour une déferlante de décibels. Si j'ai parfois trouvé leur musique un peu poussive et manquant d'originalité, le groupe dégage vraiment quelque chose de positif sur scène. Un petit je ne sais quoi qui vous empêche de détourner vos yeux de la scène. Le public s'en donne d'ailleurs à coeur joie. Je vois quelques tee shirts d'Amon Amarth s'agiter autour de moi, la mayonnaise monte vite et bien. On peut peut-être reprocher un manque d'activité sur scène, mais il faut reconnaître que le chanteur se démène et transmet beaucoup d'énergie. Décidément, l'ouverture de ce Pagan Fest est de qualité. Le set est court, il en sera de même pour Arkona, et les trente minutes passent avec une vitesse déconcertante. Le chanteur, qui n'est pas sans rappeler Johan Hegg par sa corpulence impressionnante, aura vraiment tiré son épingle du jeu pour une première partie de qualité.

Pec – Lyon :

La foule se fait peu à peu compacte, votre serviteur se faufile au premier rang, et voit le background du groupe Varg derrière la scène. Première satisfaction Arkona ne jouera pas en premier (comme à Paris la veille comme l'a signalé Michaël ), vu que le running order du Paganfest 2010 stipulait une alternance Varg/Arkona en première et seconde position dans l'ordre de passage. Varg fait son entrée en scène, ils arborent des corpsepaint rouge et noirs, rappelant fortement ceux de Turisas, et en guise de costumes des armures proche de celles des légions romaines. Varg est le premier groupe à jouer et sait très bien que le public n'est pas là pour eux, mais ils jouent crânement leur set, le chanteur a un sacré coffre et une imposante carrure, c'est plutôt efficace, mais manque peut être un peu d'originalité, set efficace pour ma part. Pour commencer la soirée ce fut idéal, ni trop bourrin, ni trop chiant une mise en bouche sympathique d'une demi heure.

ARKONA

Hraesvelg - Rennes :

Absence notable de leur instrumentiste présent à Paris, ce qui joue un peu sur le côté authentique des morceaux. Le son est cette fois-ci à la hauteur du talent du groupe, section rythmique en tête. Masha est très en voix et arbore un grand sourire devant la réaction du public qui connait manifestement les titres joués et réagit au quart de tour. Grosse ambiance mais un set trop court pour ce groupe qui jouit pourtant d’une bonne réputation désormais.

Michael - Paris :

Comme on le sait, le premier slot de la soirée varie entre Arkona et Varg. Ce soir c'est Arkona qui a ouvert le bal. Alors que je ne connaissais que bien peu le groupe, comme beaucoup de monde d'ailleurs, ce fut une réelle claque. Grosse présence scénique, un son carré, et surtout une musique tantôt joyeuse, tantôt mélancolique menée de main de maître par une frontwomen charismatique. Définitivement la surprise de ce soir. Devant un Elysée Montmartre partiellement rempli, Masha et ses compères auront réussi à faire bouger le public parisien et recevra une ovation de conséquence.
On retrouve ici tous les ingrédients qui font du Pagan une musique festive, et puissante. Un régal pour les oreilles, et les yeux... !

Pec – Lyon :

La foule se fait plus dense, et délaisse peu à peu les buvettes, Arkona le groupe russe va entrer en scène et force est de constater que beaucoup de fans sont présents. Pour ma part les ayant manqué au Cernunnos à Paris, cette date est une séance de rattrapage et Arkona, le principal groupe pour lequel je suis venu au Paganfest 2010. Quand le groupe arrive sur scène, l'impression d'être dans une vraie fête Pagan, et dans un autre temps se fait sentir. Le public n'est pas réceptif il est ultra réceptif! Masha ' Scream ' la chanteuse, avec sa peau de bête sur les épaules est une frontwoman qui alterne chant clair, et traditionnel et des passages gutturaux. Elle est l'attraction numéro un de ce groupe, elle virevolte, attrape son micro (et le pied de micro) comme si c'étaient des armes de guerre, danse, saute et sait haranguer un public qui ne demande que ça! C'est simple, ça jumpe, ça frappe dans les mains, ça part en gigues, en pogos, il est difficile pour les 3 premières chansons pour ma part de faire des photos, tant ça pousse derrière! Le set est d'une efficacité redoutable, la salle du C.C.O est une véritable cocotte minute, et Arkona reçoit une superbe ovation du public lyonnais. Putain quel plaisir ce fut de voir enfin Arkona en concert! Seul petit bémol, regret de ne pas avoir eu sur scène d'instrumentistes folk et traditionnels, et donc en fond, les bandes sonore de ces instruments.
Dernière chose : que les pisseuses gothopouffes arrêtent de venir à des concerts Metal pour hurler des ' Mashaaaa' stridents, entre chaque chanson, car un de ces jours certaines vont finir en sacrifice humain, empalées par des cornes à boire!

DORNENREICH

Hraesvelg - Rennes

Groupe particulier dont la présence pourrait étonner certains mais dont la musique, inspirée de la Nature, a toute sa place sur l’affiche. Le groupe possédant deux visages c’est par une prestation acoustique feutrée, recueillie et intense du duo que le public est introduit à l’univers à la fois sauvage et mélancolique de Dornenreich. Le groupe vas ensuite électrifier sa prestation et électriser le public pour aller crescendo, jusqu’aux blasts enragés. Cette spécificité musicale fait que le groupe sera en quelque sorte victime du principe des vases communicants : les bourrins et autre assoiffés de pagan à synthé iront dans un premier temps s’accouder au bar, tandis que les fans les plus délicats quitteront l’assemblée sous les coups de boutoir du batteur qui, finalement, battra le rappel des premiers. Certains auront parlé d’une ambiance retombée après les deux premier groupes mais bien au contraire cette prestation était celle qui, à mon sens possédait le plus d’ambiances.

Michaël - Paris :

Ahhh Dorneinreich. Que dire ? Je ne suis pas fan sur cd et... encore moins en live. Je reconnais indéniablement que la musique est atmosphérique, et peut être plaisante. Néanmoins, pourquoi au Pagan fest ? Pourquoi en plein milieu du running order ? Alors que le public parisien montait en pression, Dornenreich a fait du public une mer d'huile.
Côté musique, le chanteur complètement barré ne communique que très peu avec le public, le fait qu'il n'y ait que 3 membres dans le groupe entraine un certain vide scénique d'autant plus que tout est immobile.
Ce groupe ne m'a pas laissé une bonne impression bien que le groupe nous ait gratifié de chansons issues de toute leur longue discographie.
Pour les fans.

Pec – Lyon :
Après avoir pris place à la buvette pour tomber une pinte ou deux, direction l'extérieur pour prendre le frais, car la salle du C.C.O est une fournaise et le coin fumeur permet de prendre l'air. Petit moment magique, des flocons de neige, tombent sur Lyon et donnent à cette soirée un esprit encore plus proche des éléments, et véritablement Pagan. Direction donc de nouveau le four micro onde qui fait office de salle de concert, Dornenreich a déjà entamé son set en acoustique, et ensuite part en Blast et personnellement c'est très difficile après l'ouragan Arkona de rentrer dans l'ambiance et la musicalité de ce groupe. Vu l'étuve, la zic proposée auquel je n'ai pas accroché, l'impossibilité de m'approcher pour prendre des photos, j'ai préféré retourner dehors boire ma bière, sous les flocons de neige, que de voir la fin du set de ce groupe. Formation dont la présence à l'affiche du Paganfest restera pour moi un mystère...

ELUVEITIE

Hraesvelg - Rennes
LE meilleur son de la soirée, tous les instruments sont distincts, tout est puissant sans être d’un volume exagéré et les protections auditives en deviennent inutiles : un vrai bonheur. Un peu surpris dans un premier temps de voir un dreadeux en bonnet pousser la chansonnette, façon neo/hardcore mais le moins que l’on puisse dire est que le bonhomme sait tenir une scène. Toute la prestation transpire le professionnalisme, qui du coup perds un peu en naturel (mention spéciale au vent de panique celtique qui a soufflé durant la reprise de Manau … hum !) mais qu’il est agréable, finalement, de laisser laisser emporter par des ritournelles si finement composées et proposées avec des moyens leur rendant grâce : les instruments folks sont très présents, variés, les membres du groupe sont loin de faire de la figuration même si les guitaristes, excentrés semblerait-il à dessin, sont bien loin d’attirer l’attention. Le batteur est excellent et le frontman, force est de le constater, assure comme un bête provoquant notamment un circle pit bien impressionnant. L’ambiance est plutôt guerrière, parfois plus émotionnelle, et le public s’en donne à cœur joie.

Michaël - Paris :

Arrive sur scène Eluveitie, le groupe que j'attendais ce soir. Un son carré, la pêche sur scène, c'est l'archétype même du groupe de métal festif que l'on aime tous. Bien que l'absence des jumeaux a aboutit à une baisse globale de niveau et que je suis très déçu des deux derniers albums. Il faut reconnaître que le groupe n'a pas perdu en efficacité sur scène quand bien même un des guitaristes manquait. Le groupe a passé en revue quelques un de ces anciens titres comme "Slanias song", "Bloodstained ground" ou encore le fameux "Inis Mona", reprise de l'air de Tri martolod. Les chansons du nouvel album font une bien meilleure impression live, c'est indéniable. La très puissante "Thousandfold" corrobore tout à fait mes dires, la meilleure chanson du set. Je regrette néanmoins l'absence de "Primordial breath" qui constitue pour moi la meilleure du groupe.

Côté public, le groupe a eu très clairement son effet, après un Dornenreich qui nous aura emmené dans le plus profond de l'ennui, les parisiens se sont tout doucement réveillé et on aura même eu le droit à quelques circle pits.
Pour résumer, ce fut la meilleure prestation de la soirée avec Arkona, et j'ai hâte de les revoir. Je suis réconcilié avec le groupe !
 

Pec – Lyon :

Eluveitie était pour ma part la grande inconnue de la soirée. Explication : grand amateur du groupe du temps des jumeaux qui ont depuis quitté le groupe, leurs deux derniers albums m'avaient déçu et je doutai de leur prestation en live sans les jumeaux. Il faut dire que la dernière fois que j'avais eu la chance de les voir, ce fut en 2008 dans le cadre majestueux du Metal Camp en Slovénie, pour un concert magique et parfait. La salle du C.C.O est désormais l'antichambre de l'enfer, la chaleur est étouffante, et Eluveitie va tout simplement faire voler en éclats mes doutes concernant leur prestation! Ce soir peu de chanson trop folk ou lentes, ce sera un déluge de décibels et de puissance scénique! Le son est très bon et rajoute au charme de cette prestation. Le groupe sur scène est heureux et ça se voit et se ressent, les instruments traditionnels se confondent parfaitement avec la puissance électrique du Metal, pour un rendu sacrément efficace. Chriegel lâchera quelques mots en français à plusieurs reprises, pour le plus grand plaisir de l'auditoire, nous invitant à aller saigner du romain (gnark gnark)!
Surprise durant le set de reconnaître près de moi, un petit bout de femme, Masha 'Scream' et de l'autre côté Sergei Lazar d'Arkona aux premières loges appréciant la prestation des Suisses d'Eluveitie à sa juste valeur. Petit privilège je pu voir le set de l'étage, ce qui me permit d'observer les mouvements de foules, pogos, circle pit, braveheart et autres crowd surfing qui seront légion durant tout le set d'Eluveitie. Groupe en putain de forme olympique qui propose une prestation magistrale + ambiance du feu de dieu + public à bloc = pur concert !
C'est simple, avec Arkona ce seront pour moi, de loin, les deux meilleurs groupes de cette soirée. L'ovation du public lyonnais en est la preuve, ce soir les celtes ont pris place à Lugdunum et remportés une belle victoire! Par Toutatis quelle prestation!!

FINNTROLL

Hraesvelg - Rennes
Les trolls ont fini de rire et ne donnent définitivement que dans la mauvaise blague, ce qui est néanmoins loin d'être le cas concernant la prestation de ce soir : set carré, énergique mais bien moins 'happy' qu’à Mean fin aout. Le côté inquiétant des titres étant d’ailleurs souligné par un éclairage idoine. Le frontman est vraiment impressionnant et joue autant avec le public qu'avec les éclairages. Les titres lattent franchement avec en prime ce je ne sais quoi de malsain, de tordu et d'épouvantable qui fait tout l'intérêt du groupe. Une sorte de brouillard maléfique s'est abattu sur l'Antipode et toute issue semble illusoire.

Michaël - Paris : :

Pas vu le set en entier.

Pec – Lyon :
La salle du C.C.O est désormais l'équivalent d'un énorme sauna, ce qui ne devait pas déplaire au groupe suivant en l'occurrence les finlandais de Finntroll. Beaucoup continuent à gueuler ou critiquer le chanteur actuel, mais il serait temps d'accepter que désormais c'est Mathias 'Vreth' Lillmåns qui assure de fort belle manière le chant. Etrangement, pour ma part je profite peu du set qui est pourtant efficace. Est ce du à la prestation excellente d'Eluveitie, qui fait que j'ai plus de mal à rentrer dans l'univers de Finntroll (peut être aussi le fait de les avoir aussi déjà vus en live) je ne sais pas. Peut être aussi cette chaleur impressionnante me fera déserter la salle un moment, et me permettra de faire une interview improvisée et houblonnée avec Chriegel le chanteur d'Eluveitie. Le public, lui est au taquet, le groupe sur scène prouve que son statut en tête d'affiche n'est pas anodin et fort logique. Finntroll a ravi son public, offert un set énergique et apprécié, et mis une ambiance pagan à souhait, pour terminer de manière excellente ce PaganFest 2010 à Lyon, que demander de plus?

Conclusion :

Hraesvelg - Rennes
Grand bravo à l'ingé son pour ce si rare moment de sonorisation puissante et limpide. Grand bravo également aux techniciens lumières, dont la seconde partie de la soirée fût le fait du bassiste de Samaël.
Grand ras le bol concernant le prix du merch, tant textiles que Cd, qui atteint des niveaux ridicules et aberrant (le DVD Arkona à 30 € ... non merci).


Michaël - Paris :
Une belle soirée où le folk métal aura fait trembler les murs de l'Elysée Montmartre. Un coup de chapeau à l'ingénieur son qui aura toujours su, très tôt dans le sets, rendre le son optimal. Néanmoins, quelques bémols dans cette soirée où le public n'aura pas eu autant de répondant qu'espéré. De plus, je regrette fortement le running order, Dornenreich ayant fait terriblement redescendre la pression. Toujours est-il que ce PaganFest 2010 fut très plaisant et demeure une belle réussite !


Pec – Lyon :
Pour cette dernière date du passage du PaganFest en France, il est indéniable que cette édition 2010 à Lyon, restera comme une belle réussite! Un public venu en masse, chaud bouillant et une atmosphère véritablement festive et électrique, des groupes variés et de qualité. Personnellement deux grosses tartes avec les prestations d'Arkona (qui mériterait de tourner en tête d'affiche en France, le public ne demanderait que ça vu l'accueil et l'ovation reçue par les russes) et celle d'Eluveitie, (qui m'a fort agréablement surpris et fait mentir). Finntroll a mis le feu, Varg, une découverte en live fort sympathique, seul Dornenreich ne m'aura pas convaincu ce soir. Mais sur 5 groupes il en faut pour tous les gouts le public était enchanté de cette soirée (les groupes aussi semble t il), et le bilan est mille fois positifs!
Quitter l'enceinte du C.C.O sous quelques flocons de neiges rajouta au charme de cette fort belle soirée organisée à Lyon par Myreferencevents. Rendez Vous est déjà pris pour le Paganfest 2011 avec grand plaisir!