Live reports Retour
dimanche 17 février 2008 - U-Zine

Dew Scented + Severe Torture + Destinity + Fatal

L'arcade - Notre dame de gravenchon

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Le dimanche 17 février était une date symbolique pour les trois premiers groupes, puisqu'elle marquait la fin de l'European devastation 2008, une tournée qui réunissait les allemands de Dew Scented, les hollandais de Severe Torture et nos français de Destinity :

Pour cette soirée dévastatrice, un groupe français aux très bonnes critiques, qui connaît bien l'Arcade, est venu se greffer à l'affiche : Fatal.
C'est sous un accueil en demi-teinte du public que le groupe a entamé son concert, emmené par un Skull aux cheveux décidemment très longs (jusqu'au bas des cuisses).
Les premiers morceaux ont donné assez vite le ton au niveau qualité sonore : le son a été très bon tout au long de la soirée, hormis quelques ennuis techniques anecdotiques.

Quand on voit évoluer Fatal sur scène, on est d'abord impressionné par la qualité technique de ses musiciens, puis, on se prend au jeu de leur death unique (barbarik, qu'ils disent).
C'est à la 3ème chanson, « Anakhendavia » que les choses sérieuses ont commencé !
Il n'a suffit que d'un "Anakhenda" crié par Skull, puis scandé par le public, pour faire monter d'un cran l'intensité du concert. Le jeune public s'est déchaîné, pour le grand bonheur du groupe, qui s'est du coup transcendé. Les 2 guitaristes nous ont craché leurs très bons solos, le bassiste a sorti un jeu qui forçait le respect et le batteur a martelé nos têtes d'une manière admirable.

Est ensuite venue une chanson au titre très poétique "le versant sombre de l'amour", qui a permis à Fatal d'asséner le coup de grâce qui manquait aux derniers membres du public pas conquis.
Le groupe s'apprêtait alors à partir, et ainsi laisser la place à Destinity, quand le public les a interrompus par des "une autre, une autre, une autre" !

Après interrogation auprès de l'organisation, Fatal s'est alors exécuté, pour notre plus grand bonheur.
Pour un 4ème sur l’affiche, le groupe a mis la barre très haute, avec en plus un rappel à la demande du public ! Ce groupe a un gros potentiel, tant scéniquement que musicalement. Quand on sait qu'en plus ils ont un superbe morceau instrumental ("Tribes of khenda" qu'ils n'ont pas joué ce soir là), on en redemande. Vivement leur prochain concert !

C'est ensuite Destinity qui est venu sur scène, auréolé de sa toute récente signature chez Lifeforce records. Très vite après l’"intro / ex nihilo", on s'est rendu compte que pas mal de gens du public étaient venus pour eux, vu qu'ils connaissaient les paroles des chansons.
Mick, le chanteur, a livré là une grosse démonstration qui souligne ses talents vocaux, son charisme et sa dynamique sur scène.

Mais très vite, le show a été perturbé par quelques ennuis au niveau du son : tout d'abord, même si ça ne semble pas un ennui pour le groupe, le son de trigger des doubles grosses caisses du batteur était trop prononcé (même par rapport aux 2 groupes suivants qui ont joué sur le même kit). Ensuite, le micro au niveau du bassiste David a montré quelques signes de fatigue...
Tout ceci n'a en rien empêché Destinity de nous livrer leur show. Le groupe nous a joué "Enemy process" (nouveau morceau), et "Evolution / devilution". Pendant ces morceaux, on sentait très bien l'influence des groupes de death suédois et le public semblait s'assagir.

Ensuite, le groupe nous a présenté l'un de ses nouveaux morceaux "thing I will never feel" (en parlant de ce "putain de tour bus qui les a bien fait chier" dixit le chanteur), qui est très bien passé auprès du public, mais sans plus. Soudain, Mick à la fin du morceau, s'est mis à gueuler "vous aimez le death suédois ?" "Ceci est pour vous !".
Et le groupe s'est mis à jouer une reprise d'Amon Amarth : "Pursuit of the viking" !
L'un des spectateurs, qui comme par hasard portait un T-shirt Amon Amarth, s'est alors déchaîné, puis tout le public s’est réveillé.
Il faut dire que même si ce n'était pas une surprise (après avoir lu quelques live reports de concerts précédents de la tournée), la reprise qu'ils ont faite était de très bonne qualité.

Enfin, le groupe a enchaîné sur un dernier nouveau morceau, "Ready to leave" qui a permis de montrer à quel point leur nouvel album était d'un excellent cru !
Ce morceau, avec l'album entier (The inside) dévoile là l'émergence de ce que pourrait être l'avenir du death d'influence suédoise (on n'attend que ça, vu les difficultés qu'ont les groupes scandinaves à renouveler leur musique). Malgré tout, la prestation de Destinity a moins fait mouche que celle de Fatal.

Après une courte pause, où j'ai pu discuter avec Florian Müller (Dew Scented – qui m'a dit ne pas être au courant d'un booking au Hellfest de cette année...snif), Severe Torture a investi la salle avec son gros son. Tout de suite, ils nous ont mis au courant de leurs intentions : nous laminer à coup de riffs, de caisse claire et de death old school bien brutal.
Dès le départ, le public avait enclenché le mode défonce, à la limite de la violence. Les slammeurs (il y en a eu beaucoup ensuite) sont vites arrivés.
Les morceaux se sont enchaînés à une vitesse vertigineuse, si bien qu'on n'avait presque pas le temps de se reposer entre les morceaux.

Tout d'un coup, un jeune à côté de moi m'a montré quelque chose en faisant des mouvements de séparation avec ses bras. J'ai compris qu'il parlait de Wall of death. J'ai trouvé ça marrant, car d'habitude ce genre de pratique est plutôt réservée au Hardcore / Punk. Du coup, à la fin du morceau suivant, Votre chroniqueur a cru bon d’hurler à Dennis le chanteur "Wall of death" !!!!
Il a d'abord paru étonné, puis s'est pris au jeu. Il a séparé la salle en deux et a lancé le morceau suivant ("Impelled to kill").

Dès les premiers coups de boutoir du batteur, tout le public s'est écrasé au centre de la salle, au plus grand bonheur du groupe qui a beaucoup apprécié. En témoigne l'émotion de Dennis à la fin du morceau, qui nous a dit un grand merci, la main au coeur et qui a souligné qu'on était un public complètement fou. Ce devait être l’un des premiers Wall of death de la pourtant longue vie du groupe, si ce n'était pas le premier...
Le concert s'est poursuivi sur le même ton, sans aucune fausse note ni problème jusqu'à la fin. Ce fut une représentation d'une haute intensité, avec même Mick de Destinity qui est venu slammer puis pogoter dans le public.

Néanmoins, outre l'excellent niveau des musiciens, on peut plus ou moins apprécier la voix linéaire de Dennis en concert (limite grindesque). Severe Torture est un groupe à voir en priorité pour les amateurs du genre, ils ne peuvent pas être déçus.

Setlist :
Endless strain of cadavers
Pray for nothing
Buried hatchet
Mutilated of the flesh
Unconditional annihilation
Impelled to kill
Dismal perception
Feces for Jesus
End of Christ


Pour clore cette très belle soirée, rien de tel que Dew Scented !
Le groupe a commencé son show par l'intro ("exordium") de leur dernier album Incinerate. Puis, suite logique, ils ont enchaîné sur le 2ème morceau de cet album "Vanish away". Le son était d'excellente qualité pour tous les instruments. Il y avait juste Leif Jensen (chanteur) qui s'est excusé de souffrir d'une grippe et de ne pas pouvoir donner son maximum (en français s'il vous plaît, tout au long du concert. Il a obligatoirement appris notre chère langue vu sa dextérité). Qu'importe, ça ne s'est pas ressenti.

C’est alors qu’en regardant bien le batteur, on pouvait reconnaître Uwe Werning. Pourquoi était-ce lui derrière les fûts ? Normalement il était sensé avoir quitté le groupe après le dernier album, et remplacé par Andreas "Andi" Jechow ? Tant mieux finalement, car il maîtrisait très bien son sujet !

Dew Scented, tout comme Severe Torture (dont le nombre de gens du public revenus avec un T-shirt après la pause était impressionnant !), avait décidé de nous gâter ce soir :
Ils nous ont livré un set très varié (des morceaux de tous les albums, avec par exemple : "Turn to ash", "Never to return", "Cities of the dead", "That's why I despise you", "Now or never" ou encore "Acts of range").
Ils ont même rallongé leur concert rien que pour nous et en remerciement pour l'accueil chaleureux que leur réserve à chaque fois le public français.

Dennis (Severe Torture) a slammé une bonne dizaine de fois, tout comme celui qui paraissait être un tour manager ou un proche de Severe Torture (le barbu avec un T-Shirt Cannibal Corpse, pour ceux qui étaient au concert).
On a aussi pu voir Dew Scented, qui invitait le public à danser sur le morceau le plus heavy du concert. Ce que firent 2 fans, à danser la valse sur scène, puis repartir dans le public en double slam…
Puis, ce sont les membres de Destinity qui ont fait irruption sur scène, seulement vêtus d’un caleçon, et jouant de leur instrument en play-back.
Nous avons enfin eu droit à 2 rappels, qui ont finit par séduire définitivement le public entier.

Le thrash est l’un des genres par excellence pour déchaîner la foule, et Dew Scented l’a encore démontré ce soir. Ils nous ont joué là un set carré, avec ses petits quarts d’heures de folie, comme on les aime. Nul doute qu’ils reviendront à l’Arcade après cette participation du public.

En définitive, on pourra retenir de cette soirée une prestation plus que prometteuse de Fatal, un bon concert de Destinity avec d’excellents nouveaux morceaux. Severe Torture a laminé notre cou et a fait un show de très bonne qualité. Enfin Dew Scented ont été égaux à eux-mêmes : ils ont fini le processus de destruction massive entrepris par Severe Torture...