Live reports Retour
samedi 11 décembre 2004

Scarve + Textures + Yyrkoon + "????"

Espace Curial - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Lorsque je suis tombé par hasard sur cette affiche, ayant vu Scarve par deux fois cette année et ayant été séduit les deux fois, je me suis dit que ce concert n’était à rate sous aucun prétexte ! D’autant plus que la VS Prod avait réussit l’incroyable coup de vendre les places 10€ !
Une fois mon entrevue avec Guillaume (chant) et Sylvain (guitare) de Scarve achevée, j’attends patiemment l’ouverture des portes qui eut lieu avec une demi-heure de retard, ce sera d’ailleurs l’un des très rares points négatifs de la soirée…

Le concert débute avec un groupe qui m’était parfaitement inconnu, mais dont le nom m’avait fait sourire. Les "????"prononcez : 4 points d’interrogations - produisent un son très influencé par Meshuggah avec des riffs très lourds et hachés alliés à une voie des plus monocordes, le tout dans une ambiance très froide. Cependant, n’est pas Meshuggah qui veut ! Le manque de communication du groupe avec le public et le style trop répétitif du groupe m’ont peut-être empêché d’apprécier le groupe à sa juste valeur, me laissant de marbre pendant tout leur set. D’ailleurs, le public, encore peu nombreux, lui aussi resta statique et silencieux durant toute la durée du set

S’en suit alors la performance des Yyrkoon que j’attendais déjà plus avec plus d’impatience ! Et pour cause, les français nous ont délivrés un thrash / death des plus efficaces et même si leur son ne fut vraiment pas au top. Et pourtant, c’était loin d’être gagné sur le papier. En effet, le groupe n’ayant plus de batteurs, c’est un de leurs amis qui a assurés le set derrière les fûts. Sa fluidité et son aisance m’ont vite fait oublier ma déception lorsque j’ai appris que ce ne serait pas Dirk qui officierait en tant que batteur ! Par ailleurs, le groupe disposait ce soir d’un second guitariste, qui a cause d’un son des plus approximatifs, fut totalement inutile ! Au niveau des compos, le groupe a préféré miser sur ces titres un peu plus old-school que sur leur dernier album. Ainsi, le quintet a débuté avec Trash’Em All puis a enchaîné avec des titres comme Surgical Distortion (du dernier album) ou Lost Ideal de leur premier opus, avant de conclure sur un Reversed World. Contrairement à ses prédécesseurs, le groupe avait vraiment la forme et était bien plus communicatif !

C’est ensuite au tour de Textures, présent sur le même label que Scarve, de monter sur scène. Les ayant volontairement ratés au Fury Fest et ayant pour préjugés que le groupe délivrait un hardcore des plus classiques, j’allais entraînant des pieds voire la prestation du sextet ! Et bien que nenni ! A l’égal de Meshuggah (décidément), les hollandais officient dans un mélange de styles très techniques. D’entrée, le groupe frappe fort avec un Transgression des plus agressifs et efficaces. Et même si certains plans ressemblent fort au groupe précité si dessus, les parties de batteries furent époustouflantes, les variations entre passages ambiants hardcore déstructurés (d’ailleurs un morceau m’a fait pensé aux barrés de Dillinger Escape Plan) sont réalisées de la meilleure façon qui soit. De plus, Textures se donne à fond sur scène et leur prestation scénique est à l’égal de leur technicité ! Le groupe jouissant d’un très bon son, s’est même payé le luxe de nous servir sur un plateau un morceau de 18 minutes dont la longueur de m’a pas le moins du monde choqué et / ou ennuyé. Seule ombre sur le tableau, la présence d’un clavier qui la plus part du temps me semblait inutile voire désagréable à l’oreille (et pourtant, j’apprécie beaucoup les claviers). Bref, Textures fut la révélation de la soirée pour moi, et ce n’est pas leur dernier morceau Swandive qui me fera dire le contraire !

Il est 21h45, lorsque le groupe, pour lequel les 150 personnes présentes ce soir, monte sur scène. J’attends beaucoup de ce concert, n’ayant vu les Scarve que lors de festivals donc avec des temps de passages réduits. Fort heureusement, mon attente fut récompensée dès les premières minutes !
D’entrée le groupe ouvre les hostilités avec An Emptier Void. Le duo Pierrick / Guillaume est parfaitement en place, quand au public, on le sens enfin motivé et actif dès les premiers riffs du morceau. Cependant, contrairement à Textures, le son n’était pas au mieux, du moins sur les premiers titres, malgré la présence, derrière les manettes, de l’ingénieur son de Soilwork !
Ne connaissant, hélas, par cœur que le dernier album, j’ai pu reconnaître des titres tels que la sublime HyperConscience ou la monstrueuse, car il n’y a pas d’autres mots pour qualifier ce titre en live, Mirthless Perspective. Du côté des musiciens, on ne pouvait ce soir n’être qu’admiratif devant les soli de Sylvain ou encore face à la prestance, et la rapidité d’exécution de Dirk, qui ne cesse de s’améliorer et de m’épater à chaque fois que je le vois sur scène ! Comme à son habitude, Loïc restera beaucoup trop en retrait, préférez assurer sans erreurs ses parties de basse que de communiquer avec le public.
Après avoir joué un titre comme The Perfect Disater, le sextet rendra hommage à Darell en lui dédiant Molten Scars, avant de quitter la scène.
Quelques secondes plus tard, le groupe remonte sur scène pour nous interpréter deux dernier titres dont Irradiant. Apparemment, le groupe était heureux de jouer ce soir, même si l’enregistrement du DVD initialement prévu n’eut pas lieu, et leur façon de communiquer avec le public et leur prestation scénique étaient bien là pour le confirmer !

Au final, on en redemande. 4 groupes pour 10€ dont 3 qui m’ont particulièrement marqués ou impressionnés, ce n’est pas tous les jours que l’on voit ça ! Merci donc au VS, à Scarve ainsi qu’aux guests présentes ce soir là !