Articles Retour

Iron Maiden : 1980 – 2010. Up the Irons ! Part 1/2

dimanche 14 février 2010 - U-Zine
U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

 

U-zine vous propose fréquemment des dossiers pour marquer des dates importantes dans l'univers de la musique et du Metal en particulier. Comment passer à côté en ce mois de février 2010, de l'anniversaire des 30 ans de la sortie du premier single, Running Free d'Iron Maiden, en 1980 le 8 février précisément. Pour marquer cet événement U-zine vous a gâté avec les chroniques des premiers albums de la discographie du groupe britannique, postés chaque jour de la semaine ( Seventh Son Of a Seventh Son , Somewhere in Time,Powerslave, Piece of Mind , The Number Of The beast, Killers, Iron Maiden).

L'idée d'un petit texte, ou dossier à la gloire de ce groupe unique semblait intéressant et un infime hommage de la part de votre webzine adoré pour Iron Maiden, qui a marqué à tout jamais l'histoire du Metal (Maiden pas U-zine, enfin pas encore!). Comme vous l'avez constaté, il manque une bonne moitié de la discographie du groupe. Ceci est logique, car nous avons décidé de marquer le coup en ce mois de février pour commémorer la sortie du single Running Free, et nous procéderons de la même manière au mois d'avril pour fêter les 30 ans de la mise en vente du premier album éponyme d'Iron Maiden. Ce dossier est bien évidemment un complément idéal aux chroniques, et inversement. C'est pourquoi les albums sont en liens directs pour vous permettre si vous le souhaitez en pleine lecture de ce texte, de vous faire en même temps une piqure de rappel, comme vous pouvez très bien aussi zyeuter ce texte et avant, ou après, dévorer les analyses des disques. Si vous parcourez ce texte, après avril 2010 vous comprendrez mieux notre démarche en lisant ces quelques lignes d'introduction.

Comment débuter un dossier sur Iron Maiden, sachant que quelques clics sur le site officiel, des sites de fans ou encore wikipedia, vous raconteront en détail la biographie de ce groupe? Peut être en abordant de manière différente et moins classique la carrière de cette formation unique qu'est Iron Maiden. Que les fans de la première heure ne crient pas au scandale car ce dossier est fait pour vous mais aussi pour ceux qui souhaiteraient découvrir ou redécouvrir Iron Maiden.
Place donc à la première partie du dossier U-zine sur la trentaine rugissante d'Iron Maiden!
Scream for me U-zine !!!

Petit rappel historique, nous voici en 1980, en Angleterre, le pays est marqué par une crise économique, politique, sociale, et culturelle. Margaret Thatcher est à la tête du gouvernement britannique, première femme, Premier Ministre en Angleterre depuis mars 1979. Elle est surnommée la Dame de Fer. Sa politique laissant pour compte une partie de la population sera fortement critiquée par de nombreux artistes (Roger Waters de Pink Floyd, Elvis Costello, le mouvement punk prendra son envol au moment de sa prise de pouvoir, comme d'autres courants musicaux, new wave entre autre). En 1980 en France Valéry Giscard D'estaing dirige le pays, la peine de mort n'est toujours pas abolie, et Coluche annonce sa candidature à la Présidence de la République. En cette même année, John Lennon se fait assassiner à New York, et Bon Scott leader charismatique et chanteur du groupe AC/DC meurt de manière tragique et accidentelle après une soirée trop arrosée en février. Une page de la musique pop et des années 60 se tourne, une autre page de la musique, et du Hard Rock aussi. Mais une légende, elle, est en marche...

Revenons rapidement sur l'histoire du groupe :
Iron Maiden est un groupe britannique dont le nom peut être traduit par Vierge de Fer ( et qui rappelle étrangement le surnom de Thatcher, mais signifie en fait le nom d'un instrument de torture). Iron Maiden s'est formé en 1975 sous la houlette de Steve Harris, bassiste et âme d'Iron Maiden. Il est rejoint très vite par le guitariste Dave Murray. Après quelques changement de line up, le groupe est composé, en plus des deux membres cités précédemment, de Paul Di' Anno au chant (look et attitude plus punk que les autres membres) Dennis Stratton à la guitare, et Clive Burr à la batterie. La photo ci dessous représente le groupe en 1980 avec de gauche à droite : Burr, Murray, Harris, Stratton, et Di Anno. Steve Harris à l'origine de la formation d'Iron Maiden vient d'un milieu prolétaire, et il vivra avec son groupe 4 années de galères et de refus de maisons de disque qui ne voulaient que du Punk à l'époque. Iron Maiden se produisit dans des bars, des pubs et des petites salles de concerts. A force d'abnégation et de persévérance, et doté d'une réputation scénique en Angleterre, un contrat fut finalement signé avec EMI pour 4 albums. Le 8 février 1980 outre manche, sort chez les disquaires (oui le terme dans les bacs n'était pas encore utilisé) un premier 45 tours, Running Free d'Iron Maiden. Suivra plus tard l'album sobrement intitulé Iron Maiden. Ce single aura un succès considérable et marquera l'envol vers les sommets du groupe culte de Heavy Metal. Maiden a la particularité d'avoir en leader incontesté, un compositeur bassiste en la personne de Steve Harris, et en son sein des musiciens de talents et reconnus pour être ce qui s'est fait de mieux à l'époque en terme de technique et de virtuosité.

Analysons en premier lieu l'objet, ce single Running Free à la pochette qui annonce déjà la couleur. Tout d'abord, notons que le logo d' Iron Maiden, en rouge est dans le coin à gauche, et que la typographie restera jusqu'à aujourd'hui identique (seule la couleur ou le contour différera par la suite). Le visuel est signé par l'artiste Derek Riggs, indissociable de l'imagerie d' Iron Maiden qui marquera les esprits et qui sera quoi qu'on en dise, responsable en partie, aussi du succès du groupe. Riggs exécutera de nombreuses oeuvres pour Iron Maiden au fil des années, que ce soit pour les albums, singles (et autres objets promotionnels, affiches de tournées etc).

Le visuel de ce single Running Free, représente donc en pleine nuit, un hardos (vous savez l'ancêtre du métalleux) dans une ruelle, il court en regardant derrière lui. Eddie la mascotte du groupe est en arrière plan, le visage dans l'ombre laissant apparaître des yeux menaçants et phosphorescents, il a un tesson de verre à la main. La ruelle est jonchée de nombreux détritus, poubelles, et carton, et est éclairée par un lampadaire qui diffuse une lumière jaunâtre. Au premier plan une main sur la droite de la pochette, momifiée ou putréfiée avec des griffes en guise d'ongles, attend patiemment sa proie qui arrive dans ses bras. On peut aisément faire le parallèle avec les millions de fans à travers le monde qui, par la suite accueilleront à bras ouvert l'univers d'Iron Maiden. Sur le mur du fond de la ruelle on peut distinguer des graffitis avec les noms de groupes (influences notables des britanniques) comme Judas Priest, Sex Pistols, AC/DC, Led Zeppelin ou encore Scorpions. La signature de l'artiste Derek Riggs (logo avec un cercle, une flèche vers le bas et deux cercles à gauche et à droite de la flèche) se trouve sur le carton sur la gauche de la pochette. Cette signature de l'artiste, au symbole étrange, sera présente sur presque tous les objets Iron Maiden, où Derek Riggs aura posé ses pinceaux et sa peinture (pas de photoshop à l'époque!!). Ce sera un jeu favori des fans du groupe, lors des sorties d'album ou de single, de retrouver cette signature sur les pochettes détaillées et magnifiques de leur groupe fétiche. Ci dessous vous retrouverez une image de taille moyenne de cette pochette, et en cliquant ici un plus grand visuel vous permettant d'admirer les détails de Running Free.
 

Concernant Running Free et son artwork, on peut remarquer une approche marketing avant l'heure, plutôt maline. Celle de ne pas faire apparaître le visage de la future mascotte en cachant son visage, de manière à marquer encore plus les esprits lors de la sortie de l'album Iron Maiden quelques mois plus tard. La pochette de ce disque représentant le visage horrifique d'Eddie, la mascotte du groupe.

Ce premier disque marque le début d'une véritable recherche artistique. A chaque sortie d' Iron Maiden un véritable effort visuel et graphique sera fait pour les fans, pour leur apporter toujours en plus de la musique, un bel objet reconnaissable entre toutes autres sorties, comme étant du Iron Maiden! On peut citer Somewhere In Time qui est probablement la pochette d'album qui comporte le plus de détails, de clins d'oeil, et de références à l'histoire du groupe, ou aux anciens albums. Un véritable petit bijou, qui a permis à de nombreux fans de passer des heures à retrouver tel ou tel indice dans la pochette du 33 tours! Souvent ces pochettes d'albums étaient recto verso et devenaient dépliées de véritables tableaux ! Si vous pouvez vous en procurer, jetez vous dessus, c'est tellement plus agréable qu'un CD! Il est intéressant de souligner aussi qu'Iron Maiden est l'un des seuls groupes de musique, tout styles confondus, dont des titres sortis en single sont associés à jamais aux visuels utilisés pour les 45 tours ou CD single. Citons les plus connus The Trooper, Aces High ou même celui ci.

Pour revenir au 45 tours de Running Free, d'un point de vue musical proprement dit, il comporte ce titre éponyme devenu culte, véritable hymne, au refrain fait pour galvaniser une foule, et la faire hurler! La seconde chanson sur la galette est Burning Ambition qui restera plus confidentielle. Le premier morceau sera présent sur le premier album Iron Maiden, alors que Burning Ambition, par contre, entièrement composé par Steve Harris ne sera pas retenu sur ce disque.Running Free raconte l'histoire d'un jeune de 16 ans sans argent, qui fait du stop, qui a passé la nuit dans une cellule à Los Angeles, et qui, après avoir dragué une jeune femme dans un bar, se retrouve poursuivi par un groupe de gens bourrés qui dansaient sur de la musique disco dans ce même bar. Des paroles simples, proche de l'esprit punk et vantant la liberté et la rébellion, chanson, co-signée par Paul Di Anno et Steve Harris. Un premier single, un premier artwork qui restera en mémoire et qui pose définitivement les bases de l'imagerie d'un groupe, un premier succès commercial, un premier hymne d'Iron Maiden toujours attendu ou espéré par les fans en concert 3 décennie plus tard, font que la sortie de ce single Running Free aura marqué à jamais l'histoire de la musique, du Metal et du groupe bien sûr. Iron Maiden dès son premier essai marqua les esprits en se plaçant en quatrième position des ventes dès la première semaine en Angleterre.
 


Pour revenir au groupe en lui même, Iron Maiden comme beaucoup de formations a eu des mouvements dans son line up, mais a surtout la particularité d'avoir changé à de nombreuses reprises de chanteurs. Le groupe se sépara rapidement de Paul Di Anno (photo ci dessus). Des fans de la première heure regrettent le côté punk et brut(e) de Di Anno, mais la majorité adhérera au frontman charismatique, bondissant, à la voix unique (et qui deviendra même plus tard, pilote de ligne) son nom est Bruce Dickinson. L'intérimaire au chant qu'est Blaze Bayley dans les années 1990 divisa par contre beaucoup plus les fans d'Iron Maiden, alors qu'avec du recul il apporta quelques chose de différent et se rapprochait vocalement de Di Anno. Ensuite ce fut de nouveau le retour de Bruce Dickinson, qui ne quittera plus ce qui fut un siège éjectable, restera désormais son trône.

Le premier album Iron Maiden, représente déjà ce qui sera la marque de fabrique du groupe. Des titres qui montrent un vrai talent de composition, une originalité dans la diversité des chansons, du speed, du mélancolique, de l'atmosphérique, un morceau instrumental, des soli envoutants, des prémices de progressif et le groupe se permet déjà de composer un titre (sublime) de plus de 7 minutes! Le groupe a réussi lors de ses 10 premières années de carrière à produire tout simplement des chefs d'oeuvre du heavy metal, qui comportent dans chaque album des hymnes indémodables et cultes! On peut citer Running Free, Iron Maiden, Killers, The Number of the Beast, Run to the Hills, Hallowed be thy Name, The Trooper, Aces High, Two Minutes to Midnight... La liste est longue vous l'aurez compris!

Le groupe se démarque aussi de par les nombreuses références dans ses textes. A des écrivains de science fiction et d'horreur dans To Tame A Land (Piece Of Mind) il est abordé l'univers de Dune de Frank Herbert. Ils ne pourront malheureusement pas participer à la musique du film de David Lynch, un remake étant prévu pour 2011 ou 2012, le nouveau réalisateur fera t il appel à Iron Maiden? Le disque Seventh Son Of The Seventh Son est un concept album inspiré du roman d'Orson Scott Gard ' le Septième fils'. Il sera abordé aussi l'univers d'HP Lovecraft ou de Samuel Colendge dans les chansons du groupe. L'histoire et les légendes sont nombreuses à inspirer le groupe, Genghis Khan dans le titre du même nom, The Ides of March aborde Jules Cesar. Aces High est un titre en hommage aux pilotes de la Royal Air Force lors de la bataille d'Angleterre durant la seconde guerre mondiale. Alexander The Great comme vous l'aurez compris concerne Alexandre le Grand, d'autres exemples suivront dans la carrière du groupe britannique.

Le cinéma inspirera aussi la vierge de fer, citons The Duellist qui est directement inspiré par le sublime film culte de Ridley Scott, The Duellist avec Harvey Keitel. Flash Of The Blades sera elle retenue pour la bande originale du film Phenomena de Dario Argento, avec une actrice débutante au nom de Jennifer Connely (requiem for a Dream). Le titre d'une chanson sera celui de la série stressante et paranoïaque que les plus jeunes ne doivent pas connaître, qui est The Prisonner, avec Patrick Mac Gohan. Iron Maiden cite aussi une prostituée dans plusieurs chanson ( Charlott the Harlott , et 22 Acacia Avenue, et dans d'autres titres en 1990 et 1992) ou un condamné à mort et ses tourments. Les exemples sont nombreux, il en existe d'autres, et ceci démontre une culture, des connaissances, et une diversité au delà de l'imagerie diabolique dont fut catalogué le groupe assez rapidement. Image dont ils jouèrent allégrement c'est à souligner. Même si cela leur a fait aussi se confronter à la censure, et aux associations puritaines, catholiques et avides des bonnes moeurs (pour être poli).
 

Comment passer à coté le fait que ce groupe s'est lancé très tôt dans des tournées marathons. Se produisant dans des contrées inexplorées par des groupes rock ou metal, et offrant toujours de vrais shows pour leur public. Ils furent aussi précurseurs dans l'utilisation de décors de plus en plus imposants sur scène, et en rapport avec les albums dont la tournée suivait la sortie, Eddie la mascotte du groupe étant de la partie pour le plus grand plaisir des fans qui avaient en plus d'une prestation musicale de très grande qualité, un spectacle novateur et unique pour l'époque. La réputation scénique pris une envergure internationale et inégalable dès le World Slavery Tour de 1984-1985 avec plus de 220 dates de concerts et une moyenne de 6 concerts par semaine! Le groupe fut aussi tête d'affiche des plus gros festivals, jouant souvent devant plus de 100 000 personnes. Le public aussi avait un véritable dress code, et Iron Maiden sur ce point précis fut un des groupes qui avaient des fans, véritable armée de hardos au look identique. Les ancêtres des Metalleux sont les fans d'Iron Maiden, arborant des t-shirts avec les visuels horrifiques de Derek Riggs, patchs, cheveux longs, et couleur noir ou vestes en jean.

Retour à la musique, Iron Maiden est un groupe qui au fil des années a toujours proposé des compos de qualité, mais qui n'a jamais changé son fusil d'épaule en versant dans un extrême, que ce soit pour faire du commercial, ou encore pour faire de la musique plus violente pour attirer un autre public que le sien. On note une réelle évolution dans la musique du groupe au fil des années, mais pas de virage ou de changement notable. Le constat est simple en dépit des modes, des courants musicaux et du public, Iron Maiden fait du Iron Maiden et fera toujours du Iron Maiden, cela se vérifie encore de nos jours. Comme il a été dit précédemment, les albums chroniqués pour U-zine dans le cadre de l'anniversaire de la sortie du single Running Free, sont là pour vous apporter des renseignements et des informations précieuses et complémentaires à ce dossier pour mieux comprendre et analyser l'univers et l'histoire d'Iron Maiden.

Et si on se penchait particulièrement sur ce que pensait Steve Harris de la première partie de la discographie d'Iron Maiden? Steve Harris est le mentor, l'initiateur d'Iron Maiden, la tête pensante, le producteur, et le compositeur d'une majorité des titres du groupe. Son avis sur ses propres bébés semble plus intéressant qu'une énième analyse biographique de la carrière du groupe (pour cela jetez vous sur celle de Mick Wall qui est bien plus complète et qui plus est officielle). Il y a une dizaine d'année, en 1998 précisément, le magazine Hard'N Heavy avait édité un numéro spécial Iron Maiden, où Steve Harris, répondait en une dizaine de pages à une longue et rare interview des plus intéressantes. Il revenait entre autre sur chaque album du groupe. Aucune idée si cet exemplaire est encore disponible mais pour la peine, voici un petit résumé, album par album de ce que Steve Harris pensait de la discographie de son groupe Iron Maiden.

Iron Maiden : Pour lui ce premier album est celui qui a le plus mal supporté les années, de par la piètre qualité de l'enregistrement, et la totale confiance faite au producteur ce qui fait que la qualité s'en ressent. Cet album était à ses yeux plus un Best Of de ce que jouait Iron Maiden dans les clubs, et les bars à leurs débuts, avant de rentrer en studio. Ce sont des titres de grande qualité, et le tout fut enregistré en une quinzaine de jours environ, en conditions proche du live.

Killers : Une meilleure production due à Martin Birch (producteur de Black Sabbath, Deep Purple...). Il apprit plus tard à son grand regret, que ce producteur voulait déjà travailler avec eux à l'époque de leur premier album, ce qui aurait permis une meilleur qualité. Killers au final a un bien meilleur son, et il signale que seulement quatre nouveaux titres furent composés exclusivement pour ce disque, les autres chansons étaient déjà interprétées en live auparavant par Iron Maiden.

The Number Of The beast : C'est la première expérience dixit Harris dans l'histoire d'Iron Maiden de véritable composition d'un album en entier. Aucun titre en réserve et une pression de devoir pour la première fois composer et enregistrer les chansons au fur et à mesure pour un nouvel album. Cette situation de stress fut ensuite reprise à chaque fois intentionnellement pour les compositions des disques suivants, situation au final bénéfique pour la suite de leur carrière.

Piece of Mind : Paradoxalement cet opus enregistré aux Bahamas dans un cadre idyllique est plus agressif que le précédent. Il correspond aussi à l'arrivée de Nicko Mc Brain, à la batterie, ce qui a modifié indéniablement le son d'Iron Maiden. Pour Harris, plus encore que Number Of The Beast qui manquait pour lui de cohérence, Piece Of Mind de par son atmosphère et son intensité fut pendant longtemps son album préféré.

Powerslave : Harris a un avis tranché et surprenant sur cet album que beaucoup de fan plébiscitent. Pour lui ce disque comporte 4 très bonnes compositions ( 2 Minutes to Midnight, Powerslave, Rime Of The Ancient Mariner et Aces High) le reste dit il est 'anecdotique'...

Live After Death : Pour Steve Harris Iron Maiden est avant tout un groupe de scène, et ce live retranscrit parfaitement l'ambiance qui régnait lors de la captation de ce concert. Mais pour lui il a bien moins d'importance que les albums studio.

Somewhere in Time : Cet album fut enregistré alors que le groupe était revenu complètement exténué de leur tournée précédent l'enregistrement de ce disque. Particulièrement Bruce Dickinson qui avait des idées diverses (et saugrenues) pour la composition du nouvel album, et qui ne furent pas retenues. Cet album est celui où Adrian Smith s'est le plus investi dans la composition. C'est un disque expérimental pour lequel Steve Harris a une affection particulière.

Seventh Son Of a Seventh Son : L'album qui dans le coeur de Steve Harris a remplacé Piece of Mind car il représente la musique, le hard rock qu'il aime, avec des influences progressives, et une production qui en impose et qui est de qualité (ce sont ses mots). Un album ou tout avait parfaitement fonctionné. Pour lui le meilleur album d'Iron Maiden (en 1998, date de l'interview).

Steve Harris a un avis qui pourrait surprendre, mais il évalue le travail de son groupe à sa juste valeur, et ne va pas jouer la fausse modestie, ceci pourrait agacer, mais c'est sa manière de présenter à l'époque ses albums. En 2010 il est toujours le pilier du groupe. Il paraissait donc logique pour cette date commémorative, de rendre hommage particulièrement à Steve Harris, et de le mettre en avant. Sans son sens de la musicalité et aussi sa main de fer sur la manière de gérer Iron Maiden, il est probable que ce groupe n'aurait jamais eu le parcours qui est le sien, et qui, 30 ans après son premier single est toujours présent. Iron Maiden est prêt à électriser les foules, et à envahir prochainement (2011?) l'industrie du disque avec un album qui est attendu de pied ferme par les metalheads du monde entier!

Trente ans après la sortie du single Running Free, il serait dommage de conclure et de se quitter, sans entendre une seule note de musique. Ce dossier fut illustré par des photos, des images fixes, mais c'est mieux quand ça bouge non? En 1980 il fallait posséder un magnétoscope (hors de prix) pour avoir la chance de découvrir des images d'Iron Maiden, mais en 2010 on a la chance de vivre avec les nouvelles technologies. De nos jours en quelques clics il est aisé de pouvoir revoir des clips, ou live, ou d'écouter de la musique de nos groupes préférés. Et donc, pour fêter dignement ces 30 ans de la sortie du single RUNNING FREE d'Iron Maiden, ci dessous une invitation à découvrir ou redécouvrir quelques prestations live d'Iron Maiden, interprétant ce titre dont nous célébrons cette semaine à U-zine les 30 ans!

Place donc à Running Free sur différentes époques, avec les 3 chanteurs emblématiques du groupes, que sont Paul Di Anno, Bruce Dikinson et Blaze Bayley! Vous remarquerez que ce titre en plus d'être le premier single du groupe, fut aussi symbolique pour diverses raisons en 1980 et 1992. Ces vidéos vous seront présentées de manière à les déguster, comme si c'était un menu gastronomique, pour les oreilles et pour les pupilles au lieu des papilles.

Rendez vous en avril 2010 (ou tout de suite lecteur si tu lis ces lignes après la date d'anniversaire) pour fêter les 30 piges du premier album d'Iron Maiden, et avec la suite de ce dossier .Iron Maiden : 1980 – 2010, et la seconde partie de la discographie de la Vierge de Fer, chroniquée par la Team U-zine!

Up the Irons !

~ Au menu ~

~ A la Vierge De Fer ~

~ La version studio de Running Free de 1980 en guise d'apéritif vous est proposée avec tête d'Eddie à la sauce Derek Riggs (visuel du premier album Iron Maiden). ~

~ En amuse bouche une prestation épicée de Paul Di Anno, en 1980 à l'émission Top Of The Pops. Lors de ce show télévisé, Iron Maiden refusa de jouer en playback et fut le premier groupe depuis The Who en 1972 à jouer en direct. A déguster sur canapé bien évidemment. ~

~ Plat de résistance, un morceaux de choix avec du Dickinson sautillant, pour le Live After Death enregistré à Long Beach Arena, qui date de 1985. Le tout est accompagné de jolies tenues comme vous pourrez le constater. Une prestation live superbe, et en bonus les paroles en bas de la vidéo si vous voulez faire du karaoké, tout en vous délectant de cette vidéo! ~

~ En dessert un zeste de Monsters Of Rock 1996, Live au Brésil, avec une touche sucrée de Blaze Bailey au chant. ~

~ En digestif une version, en concert à Donington en 1992, avec un soupçon de Bruce Dickinson au chant. Cette prestation à la particularité de voir le retour d'Adrian Smith à la guitare, en cerise sur le gâteau, pour ce titre uniquement.(Lui qui avait quitté Iron Maiden après Seventh Son of the Seven Son, il rejoindra le groupe seulement en 1999 pour le Ed Hunter Tour).Une version live culte, pour tout fan de ce groupe! ~

~ Bon appétit ~

~ Up The Irons ~

La version studio de Running Free :


Live Top Of The Pops 1980 :


Live After Death 1985 :


Live Monsters Of Rock 1996 Sao Paulo :


Live à Donington en 1992 :


To Be Continued...